orangesameres
Portrait de cgelitti
bjr a toutes et tous j'ai posté sur la rubrique "baco" mais n'ayant pas encore de réponses j'ouvre une discussion si ça peut vous intérressé.alcoolique depuis de nombreuses années,cures qui n'ont abouties a rien et ayant tout perdues (enfants mari travail et santé)je viens vers vous pour le peu d'espoir qu'il me reste.merci d'avance pour celles et ceux qui voudront bien me soutenir "moralement".
Moz
Portrait de cgelitti
Bonjour à tous,
Le seul traitement qui permette petit à petit de cesser de boire sans avoir d'angoisse, c'est le baclofène, je vous conseille d'aller sur le forum du même nom pour parler avec nous qui sommes des usagers de ce traitement ,qui a déjà soulagé beaucoup d'entre-nous.
Le baclofène marche mieux que tous les autres médicaments destiné au sevrage.Franou, il faut lire le livre du dr Olivier Ameisen (qui a découvert ce traitement)intulé "Le dernier verre",tu verras que tu vas y trouver un très grand espoir,et cela n'empêche pas bien-sûr de continuer à aller aux réunion AA et de se soutenir. Le baclofène n'est pas non plus un médicament "miracle" mais il est très très éfficace quand il est bien dosé et il calme vraiment la souffrance des angoisses.
Bon courage à tous

Moz
Portrait de cgelitti
Ah ben tiens, plus personne?
marrant...
Franou, lis ce bouquin, ça va t'aider.
orangesameres
Portrait de cgelitti
Ne porte pas le malheur comme une croix suspendue à ton cou.
Franou , j'ai oublié de te dire que ce n'est parcequ'on a eu une mère alcoolique , qu'on est obligé de suivre la même voie. Tu dois t'émanciper , te libérer , créer ta propre personnalité.
Ma mère était alcoolique ,elle me faisait très peur.
La psychiatre qui me suivait à l'hopital , m'a indiqué , que j'avais bu pour me "rapprocher" de ma mère , j'avais trouvé cela un peu ridicule , mais en fait cela se passe au niveau du psychisme , de l'inconscient. Ma mère a bu par solitude , ratage, manque de confiance en elle , malgré qu'elle ait été belle , instruite , quelque part il y avait une félure (mère autoritaire, dure et père mort dans un accident).
On trouve toujours de bonnes excuses pour boire , personne ne te juge parmi ceux qui te lisent ici ou qui t'accueilleront dans des associations d'anciens buveurs ou autres organismes (diéteticiennes, psychologues , psychiatres, ergothérapeutes) , tu dois trouver de bonnes raisons d'arréter et trouver la petite voix qui va te motiver. L'abstinence , cela s'apprend , on va t'aider, il y a des techniques , c'est comme passer un permis de vivre libre, l'alcool on l'a dans la tête (obsession) , on va te l'enlever du corps (perfusions avec vitamines) et on te l'enlevera de tes pensées . Tu n y penseras plus car tu penseras à autre chose , c'est sûr qu'il ne faut plus boire du tout d'alcool et qu'il faut s'alimenter correctement , retrouver une autre hygiène de vie , respecter certaines règles de sécurité au début, renouer avec de vrais amis et faire des choses que l'on aime.
On a le droit de dire j'ai bu parceque je suis issue d'une famille d'alcoolique mais ensuite on peut approfondir et dire je me sentais triste , seule , je ne savais pas à qui me confier ; je faisais semblant d'être heureuse ...aujourdhui je suis contente de t'avoir écrit , je suis fatiguée , j'ai un cancer , certains de mes amis me déçoivent et nos ex-enfants devenus des adultes prétentieux , n'ont plus envie de nous fréquenter (pas le temps, on fait trop la gueule parait-il) , c'est une dure épreuve , je ne sais pas si je survivrai mais à 61 ans , j'ai peut-être fait mon temps, c'est un autre sujet , un autre problème , en tout cas je suis heureuse de t'avoir lu et j'espère que tu franchiras des étapes , grace à notre soutien . LOL.
??????
Portrait de cgelitti
[QUOTE=pourtous] le 21 juin 2009 à 19:17

baam a écrit

Je suis sous baclofen depuis 1 an, et à part une rechute, ce médoc m' a complètement libérée de la dépendance à l' alcool. Je prends 150mg/jour étalés dans la journée, et le manque a disparu, j' en suis même à oublier l' envie de boire!
J' ai rencontré Olivier Ameisen à Genève lors d' un mini-colloque organisé par mon médecin-alcoologue, et la rencontre a été magique.
Avant le baclofen, j' ai entrepris maintes cures et traitements, mais chaque fois avec rechute. Depuis la découverte de ce médicament, je ne puis que le recommander!!![/QUOTE]
martine
Portrait de cgelitti
bonjour franou, je viens de découvrir ton message moi aussi je suis dans la même galère que toi, je bois depûis 10 ans, je ne vois plus mes enfants et c'est très dur, donc je te comprends,je pense qu'il nous faut beaucoup de volonté pour sortir de cet enfer, mais c'est difficile parfois j'ai l'impression d'être deux personnes, celle qui se sermonne après avoir bu et me dire je suis tout de même mieux les jours ou je ne bois pas et celle qui ne peut plus se raisonner quand que l'envie est là -
depuis combien de temps ne vois-tu plus tes enfants et quel âge ont-ils ?
à bientôt - martine
soeur de franou
Portrait de cgelitti
ma soeur franou est décédée hier soir suite a une réalcolisation avec médicaments .merci pour tout ce que vous avez essayé de faire pour l'en sortir.je n'ai pas dormi de la nuit et je vais essayé d'aller me reposé un peu.
lillou62
Portrait de cgelitti
Heureusement qu'au bout d'un an, on en arrive à oublier l'alcool..sinon où irions-nous?..six mois pour vivre pleinement et sans baclo son abstinence...qui d'aprés de nombreux témoignages revient à revivre tout simplement..sans contraintes!!!!!!

De plus, le baclofène n'est pas une découverte!!
Alain 13
Portrait de cgelitti
Allez Franou
Franchis le pas !... contacte une association d?anciens buveurs, quelle qu?elle soit : tu trouveras des personnes qui ont vécu ce que tu connais actuellement, qui s?en sont sorties, qui se sont ré-apprivoisées, et qui vivent pleinement leur vie d?homme ou de femme. Ces personnes sauront t?écouter, sans te juger, et t?orienter pour le mieux.
Rien ne peut remplacer ces contacts humains dans une démarche, tu le vois, qui n?est pas facile. Mais tu y arriveras.
Bisous.
franou
Portrait de cgelitti
merci jeanne et orangesameres mais aujourd'hui je ne vais pas bien du tout.je sais jeanne qu'il faut que jarrète définitivement l'alcool mais dur dur vu mon contexte actuel.je vous donne de mes nouvelles demain car je vais me couché il est tard.merci pour tout !
Alain 13
Portrait de cgelitti

Bonjour Franou
Si tu estimes avoir touché le fond, il est grand temps que tu agisses : tu vas dans un centre d?alcoologie, où les consultations sont gratuites, et tu vois ensuite : soit un simple sevrage, soit un sevrage suivi d?une cure, ce qui te permettrait de te mettre à l?abri et de voir venir..
Quant aux associations, si tu y es allée, je ne pense pas que tu t?y sois faite « engueuler »? on a certainement insisté pour que tu entreprennes des soins. Encore une fois, il n?y a que TOI qui peux le décider? et ce n?est pas une question de volonté : c?est un choix de vie.
Courage.

Pages

Sujet vérouillé