lalouise
Portrait de cgelitti

Bonjour,

Depuis un an je partage la vie d'un garçon formidable qui est alcoolodépendant depuis des années.

Il ne me l'a jamais caché.

Chaque jour, je constate que sa dépendance le fait de plus en plus souffrir. Il veut s'en sortir. Il est conscient de son état, mais à chaque fois qu'il se retrouve seul, sa bouteille de whisky prend le pas sur sa volonté d'arrêter. J'essaye de l'aider, mais quand il est dans son état d'ivresse, il n'est plus la même personne, et il peut devenir violent. Comment puis je faire pour l'accompagner vers la guérison. Je pense qu'aujourd'hui c'est devenu vitale pour sa sécurité.

Avec mes remerciements. Bonne journée.

barth
Portrait de cgelitti

bonjour LOULOU, je m'appel olivier et abstinent depuis une cure et post cure

 

loulou24
Portrait de cgelitti

Bonsoir Lalouise. Merci beaucoup pour votre message. J'ai bien pensé à le prendre en photos ou le filmer quand il est dans son état d'alcoolémie mais j'éprouve quelques scrupules à utiliser cette methode. De plus, je sais qu'il m'en voudrait de faire cela. Depuis quelques jours il parle de consulter pour se faire soigner. Mais il a peur d'etre enfermé comme s'il était fou. J'avoue que par moment je perds confiance en moi et je me dis que jamais je n'arriverai à l'aider. De plus, ses crises sont de plus en plus violentes. Tout ce que nous vivons quand tout va bien, il me le repproche quand il est saoul. Votre message et celui de Franck me redonne du courage. Merci à vous deux. A bientot. Loulou24

lalouise
Portrait de cgelitti

                                Bonjour, Loulou        Je suis alcoolique ( ABSTINENTE DEPUIS LE DEBUT D'ANNEE )  et je vie avec un alcolique chronique, il est tout a fait conscient de son alcoolisme mais il ne veux pas arrêter. Je comprends très bien la difficulté que vous rencontrer car comme moi vous devez subire l'alcoolisme de l'autre, a la seul diférence que mon compagnon n'est pas violent quant il est alcoolisé. Nous en parlons régulièrement parce que j'insiste sur le sujet et quand je vois qu'il commence a en avoir marre je change la discution rapidement, mais ce qui est dit est dit! Dejà votre ami veut s'en sortir! c'est un grand pas vers l'avant, il faut maintenant essayer de le convaincre qu'il est bien mieux pour vous deux qu'il arrête.  Trouver son gros point faible et jouez en ça marche souvent! ( prenez le en photo ou faite plusieurs films de lui [a son insu puisque il est violent quand il boit] de lui quant il est a jeun et quant il est saoul, choisissez le moment opportun pour lui glisser photos ou films parmi d'autres! Tout celà dépend de son caractère alors a vous de juger si vous pouvez le faire ou non!!!  Surtout jouer de ses points faible ça peut marcher!!    Vous dite qu'il souffre de sa dépendance a t'il essayer une cure?    En a t'il parler avec son medecin car celui-çi pourai l'aider medicalement!   Personnellement je suis toujours sous traitement et je dois dire que c'est très efficace si on le suit bien!!     En éspérent avoir de bonnes nouvelle de vous, je vous souhaite beaucoup de courage et perseverez dand votre demarche         a bientôt   LALOUISE

lili43
Portrait de cgelitti

moi aussi je vis ça. un homme "normal" avec lequel nous vivons bien dans la journée et les mêmes choses qui sont déformées et reprochées quand il a bu. C'est très compliqué. J'ai 2 enfants en plus, il a un travail.. mais voilà des années que j'ai supporté, vécu tout ca... , parlé, dis des choses dès que je le sentais un peu réceptif... Le problème c'est que quand il est à bout de nerfs..... et à cran et qu'il boit... il ne contrôle plus ses réponses . Devient vulgaire et agressif verbalement plus avec les enfants (qui lui répondent) qu'avec moi et me reproche de prendre leur parti quand je vois que ca dégénère... ("tout le monde est contre moi - c'est vous qui avez commencé") . Je l'ai beaucoup aimé cet homme-là, soutenu, encouragé, porté... même dans sa confiance en lui et dans son travail... mais ça ne lui a jamais suffi et je n'ai jamais réussi à cicatriser son mal-être... Et avec les années, où est la place de l'amour dans tout ça. ?

il faut penser à vous et ne pas donner toute votre énergie.. IL faut quand même en garder pour soi-même, pour ce qu'on est, pour ce qu'on aime faire etc...

Bon courage.

appollons
Portrait de cgelitti

salut a toi !! si tu veux nous pouvons discuter du probleme de ton ami !!!! je suis moi meme malade alcoolique !!! je cest ce que tu peux endurer !! ton envie de l aider a sans sortir est grande !!et sa ce vois !! moi j ais eu le declique il y a 1 ans et demie !!! j ais 45 ans marier depuis 22 ans deux enfants de 16 et 13 ans !!!! j ais prit le taureaux par les cornes !!! tu cest i lne fault pas oublier que la maladie alcoolique est une maladie a part entiere !! et que la personne reconnaise qu elle est malade et qu elle a besoin d aide !! et bien crois moi cest tres dur !! ton amis le reconnait il ???? je ne pense pas !! j ais donc entreprit le 15 juin 2011 de suivre une cure de desintoxication !!!!! je me suis soigner pendant 5 semaines dans une clinique specialisee !!!! et maintenant je vais beaucoup mieux !!! je suis soigner !! mais pas gueris !!! de quel departement est tu ??? et pense tu pouvoir en discuter par tel?? moi sa ne me derange pas car aujourd hui j assume entierement ma maladie !!! et je suis pret corps et ame a t aider pour que toi meme tu puissse aider ton amis alors repond a ce message et ont verrat comment faire ok?? aussi soit forte et soutien le du mieux que tu peux car crois moi je pense qu il doit enormement souffrir !!! cordialement FRANCK.

lalouise
Portrait de cgelitti

         Bonjour Loulou, Vous dite qu'il voudrai se faire soigner mais qu'il as peur d'être prit pour un fou ou d'être enfermer, croyer moi une cure de désintoxication n'est pas une prison bien au contraire, le personnel médical s'occupe des patients non pas comme "des fous" mais bien comme des malade, car l'alcoolisme est bien une maladie, on la soigne mais c'est quelque chose qu'on as en soi pour la vie. Quant on s'arrête c'est pour la vie et ça il faut en être conscient car si la personne replonge c'est encore pire, elle boit plus qu'anvant l'arrêt. Vous devriez choisir une clinique spécialisé, il s'en trouve beaucoup maintenent, je peux en parler car j'y suis allée et franchement je ne le regrette pas même si a la sortie j'ai replonger (c'est pour celà que je vous dit que l'on boit plus si on replonge), celà ne m'as pas empechée de m'arrêter de nouveau et là je suis sur la bonne voie, j'ai mis toutes les cartes de mon coté pour y arriver et je suis consciente qu'il ne faut plus que je boive une seule goute d'alcool, même du riz au lait avec raisin je ne peux pas car il y as un peu de rhum dedans, (la semaine dernière j'en ai acheter par megarde et je peux vour dire que je m'en suis tout de suite rendue compte, j'ai recracher tout de suis tellement le gout de l'alcool était present), comme quoi le corps reagit très vite. Peut être pouriez vous aller de vous même voir certaine clinique pour connaitre leur fonctionnement et le reglement interne comme celà vous pourrai mieux aborder le sujet avec votre mari. Je ne sais pas dans quelle region vous vous trouver, moi je suis dans le Gars et la clinique où j'était est très reputée,personnage public ou autre y sont passé... je vous souhaite beaucoup de courage  L

Sujet vérouillé