Fleurinette
Portrait de cgelitti

Je suis réputée pour être la fille timide, gentille et qui se laisse parfois marcher sur les pieds. Dans le milieu professionnel, mes supérieurs me font souvent la remarque de ne pas avoir assez de poigne ni d'autorité et que pour obtenir une éventuelle promotion, je devrais gagner en autorité, en carrure et même que je devrais travailler ma personnalité et ma voix beaucoup trop "douces" et trop faible pour pouvoir convaincre et diriger quoi que ce soit. Avec mon mari, c'est encore pire. Ironie du sort, j'ai épousé un homme qui a beaucoup de personnalité, beaucoup trop même voire dominante et extravertie, très autoritaire et qui ne recule devant rien pour ne pas se laisser marcher sur les pieds et qui a toujours son mot à dire. Il a la répartie facile, lance des piques désagréables envers moi et même envers mes parents ce que je n'oserais jamais envers sa famille (je ne sais même pas le faire d'ailleurs) il se défend avec combativité,et ose toujours exprimer son avis que ce soit sur ce qu'il approuve ou sur ce qu'il n'approuve pas et dans le dernier cas parfois à en devenir brutal et menaçant. Je vous laisse deviner la relation que j'entretiens avec lui. Moi qui suis tout son opposé, repliée sur moi-même, je manque de confiance en moi, j'ai peur d'exprimer mon avis dans nos disputes, d'émettre des reproches , la plupart du temps je ne trouve jamais rien à dire pour ma défense, même si je vois clairement qu'ils abusent parfois de ma gentillesse et de ma faiblesse. Il n'a jamais levé sa main sur moi, mais ses yeux et ses mots révèlent une violence qui me blesse au plus profond de moi. Du coup je me sens écrasée, vulnérable et j'ai plus du mal à me défendre. Mais le seul véritable problème reste ma belle-mère, qui a élevé son fils tel qu'il est, est une grande manipulatrice qui domine son entourage. Elle manipule mon mari à sa guise, qui est un fils à sa maman qui la vénère et la défends envers et contre tout. Il dissimule ses ingérances dans notre foyer et me fait croire qu'une décision ou un projet venant d'elle vient de lui. Je devine facilement que cela vient de la mère, parce qu'ils s'expriment avec les mêmes mots et les mêmes expressions. Une décision qu'on a prise en couple est soudainement remise en question après une visite chez la belle-famille, une décision est prise sans même qu'on ait eu à me consulter. et cela arrive souvent. Mon avis n'a aucun poids face à les leurs sur les décisions à prendre, et le pire c'est qu'il me manipule en affirmant le contraire, que soi-disant je ne tiens jamais en compte ses avis et que je préfère écouter les autres. Aidez-moi, parce que je souffre de cette situation, je ne suis pas en harmonie avec moi-même je voudrais changer de personnalité avoir du caractère du défendant, mais on me dit souvent que si on ne l'avait pas et que si notre personnalité est ainsi, c'est difficile voire impossible de le changer. Pourant le paradoxe c'est que je gagne ma vie et pas que, je gagne bien plus que lui, j'ai fait des études contrairement à lui, je devrais pouvoir me défendre et oser m'affirmer et pourtant je suis fermement convaincue que c'est juste une question de personnalité. merci de m'avoir lue jusqu'à la fin

Fleurinette
Portrait de cgelitti

 

Coucou,

Avoir un autre caractère n'est pas quelque chose d'impossible, mais plutôt de difficile ! Tout d'abord, je crois qu'il faut savoir ce que vous désirez réellement. Lorsque votre mari vous dit quelque chose qui ne vous plait pas, commencez par le contredire gentiment et si rien ne change, prévenez-lui que vous allez modifier votre comportement, car vous êtes fatiguée d'être soumise. Je vous donne un exemple, si vous souhaitez acheter quelque chose et que votre époux n'est pas d'accord, faites votre achat. Au fur et à mesure, il s'habituera à ce changement. Bon courage.

Jojjo
Portrait de cgelitti

Salut,

Je me reconnais un peu dans ce que tu a écrit. Dès mon enfance, j'étais très timide, j'avais peur de décevoir les autres et j'essayais de combler leurs attentes, et je passais souvent pour le petit garçon modèle. Par contre avec ma famille proche j'étais bien plus facilement moi-même. On m'a aussi dis que j'étais trop gentil, que je me laissais me marcher sur les pieds. Quand j'étais en colère contre qqn, j'avais honte de cette colère et je la cachais. C'est seulement récemment que quand je suis en colère contre qqn (autre que de ma famille proche), je commence à oser l'exprimer, à oser poser mes limites face à ceux qui les dépassent. Et parfois je remarque que je suis excessif dans ma manière d'exprimer ma colère ou que je me met en colère pour des idées que je me fait et qui ne correspondent pas à la réalité et que je dois faire un travail sur moi, ce que j'aurais pas vu si j'avais continué à cacher ma colère.

J'étais aussi très timide avec les filles. Quand j'étais amoureux d'une fille, j'avais honte de mes sentiments et je faisais tout pour cacher ça. C'était un peu comme avec la colère : c'était pour moi des sentiments honteux que je devais cacher parce que je croyais que c'était mieux comme ça. Du coup j'ai jamais eu de copine à part une fois à la maternelle. Une fille était amoureuse de moi mais ce n'était pas réciproque. Mais j'ai fait semblant et elle est devenue ma copine parce que j'avais peur de la blesser en lui avouant que je ne l'aimais pas. En même temps je disais bien à mes copains que je ne l'aimais pas, non pas parce que je voulais leur dir la vérité, mais parce qu'à cet âge là on se moque gentillement de ceux qui sont amoureux et ça m'aurait fait honte. Maintenant je me rends compte que j'ai fait plus de mal à moi-même et à cette fille que si j'avais dis la vérité dès le départ. C'est vrai qu'à cet âge-là il ne se passe pas grand chose, mais quand même. Elle avait des attentions pour moi (petits cadeaux), mais moi rien. Elle me demandais de temps en temps si je l'aimais et à chaque fois je mentais en répondant que oui. On avait tous un petit carnet qu'on s'envoyais les uns aux autres pour qu'on y laisse un dessin. En fouillant dans le grenier récemment je suis tombé sur ce carnet et il y avait un dessin qu'elle avait fait et à la fin elle m'avais encore posé la question si je l'aimais, je devais cocher oui ou non. J'ai vu que j'ai coché oui (je devine pour lui montrer après), mais que j'ai aussi que j'ai bien raturer la case du non en appuyant bien sur le crayon et en faisant plein d'aller retours (sans doute pour évacuer discrètement la colère que j'avais contre elle pour cette relation que je voulais pas avec elle, alors que c'était moi qui était en tors à cause de mes mensonges).

Dernièrement j'ai été amoureux d'une fille et j'ai bcp moins cherché à cacher ce que je ressentais, ni à entrer dans des schémas habituels (par exemple créer une distance artificielle pour cacher mes sentiments) et j'ai même avouer directement mes sentiments. Malheureusement ça n'a pas marché, mais je me suis étonné moi-même des bonnes choses qui ont pu ressortir de moi avec tout ça (courage, tendresse, écoute, compréhension) qui ne l'ont pas laissé indifférente. Mais il y avait aussi des choses moins bonnes qui sont ressorties (projections, attachement fusionnel, amertume) que j'avais en moi depuis mon enfance mais dont je m'étais jamais bien rendu compte. Avant j'avais tjrs caché mes sentiments par rapport à une fille parce que j'avais peur que ça allait créer une gêne insurmontable et permanente avec elle. Il y a peut-être eu des fois un peu de gêne entre nous, mais globalement je garde des bons souvenir de cette histoire, et ça m'a donné une opportunité de prendre confiance, de mieux me connaître, de progresser là où il faut progresser. Du coup je ne regrette pas un instant d'avoir été courageux.

En conclusion, pendant longtemps j'ai cru qu'il y avait des choses que je devais cacher parce que j'avais peur du mal que ça ferait en les révélant. Après coup je me rends compte que le mal a été fait justement en les cachant, mais aussi qu'en les révélant ça m'a donné une opportunité de progresser. Pendant longtemps j'ai cru que je serais tjrs comme j'avais été, et j'ai même aimé cet état et je jugeais ceux qui osaient montrer ce que j'avais honte et que je cachais tout en était jaloux de leur réussite. Mais après je me suis rendu compte que ça m'handicapais et que ça faussais mes relation et j'ai commencé à vouloir du changement. Et depuis j'ai fait des progrès et j'ai pas fini d'en faire.

Je crois qu'on a tous une personnalité de base qui nous rend unique, qui nous donne un charme particulièr et qu'il faut accepter. Par contre notre vécu ont parfois apportés des éléments négatifs à notre personnalité mais on peut y travailler.

Bon courage pour la suite !

Jojo

JEEPEE
Portrait de cgelitti

Bonjour, la situation que vous décrivez doit être difficile à vivre, mais comme vous l'avez mentionné, vous gagnez bien mieux votre vie que votre mari, vous avez fait des études, bref, vous êtes indépendante financièrement ! Concentrez-vous sur les côtés positifs, sur vos qualités ! Rien ne vous oblige à laisser la situation telle quelle, si vous en avez l'envie vous pouvez évoluer, vous en êtes capable. Le but n'est pas de changer votre caractère, ne vous comparez pas à votre mari ou à votre belle-mère, cela n'est pas une qualité que de mépriser l'avis des gens et d'être TROP autoritaire. Vous avez une qualité essentielle, vous savez être à l'écoute des autres et analyser les situations. Même si vous ne dites rien, on ne vous dupe pas facilement, à ce que je vois, et c'est important ! Le but pour vous, c'est de savoir vous opposer aux autres, et d'exprimer votre propre avis ! Alors réfléchissez à ce que vous souhaitez réellement (par exemple cette promotion), et concentrez vous sur ce but à atteindre pour évoluer ! Evidemment, ce ne sera pas facile, alors cherchez du soutiens auprès d'amis, de votre famille, ou même auprès de professionnels comme un psychologue si vous ne souhaitez pas vous exposer. Sachez seulement trouver des gens sur qui vous pouvez compter, vous en aurez besoin !!Pour votre voix, il existe également des professionnels qui peuvent vous aider à travailler dessus.Evidemment, tous ces conseils ne sont pas l'avis d'un professionnel, mais j'espère que cela pourra vous aider, et si vous êtes déterminée à avancer, je ne doute pas de votre réussite !

P-S : Je me permet d'évoquer un avis purement personnel (en espérant que vous ne le prendrez pas mal). Il me semble que vous n'entretenez pas une relation saine avec votre mari et que vous en souffrez. Et que vous souffrez de la manière dont il s'adresse à votre famille. Je le répète, vous êtes une femme indépendante, et rien ne vous oblige à subir cela. Prenez le temps de faire le point, de décider si vous voulez réellement continuer cette relation dans laquelle vous ne semblez pas vous épanouir ! Vous avez le droit de vous épanouir.Je vous souhaite plein de courage, Aurevoir, J. M 

noir
Portrait de cgelitti

   moi aussi une voisine à voulu profiter de moi en croyant que je lui donnerais de l'argents vu quelle n'à pas envie de se lever de bonne heure pour un travail n'y ce faire commander elle à 44 ans , alors que j'ai que 800 euros par mois !!!

les gens regarde leur interrais , et si vous leur demander un service ils crois que c'est vous qui regarder votre interrais , généralement il y à personnes pour rendre service , moi aussi on à profiter de moi !!!  non dans cette société c'est de plus en plus la juingle chacun pour sois , il faut mieux ne pas avoir d'amies dans ce cas , ni famille qui vous rejette à causse d'une fille satanique et c'est rien de le dire !!! il faut mieux rester toute seule que mal acccompagnée !!!

non dans ce monde pourrie à n'à que le droit de grever la bouche ouverte !!!

beautiful-smile
Portrait de cgelitti

Bonjour, ce que tu vis dois être extremement difficile au quotidien. Dans la vie, les autres ne nous donnent pas le moyen de s'affirmer, c'est un droit qu'il faut prendre soi-même. Tu es certainement une bonne personne qui a laisser la gentillesse déborder mais il est jamais trop tard pour changer . L'important c'est d'en avoir pris conscience, et de trouver les solutions pour gagner en caractère . Ne laissez personne vous dire que cela est impossible, croyez en vou

Il est urgent pour vous d'apprendre à vous faire un peu plus confiance afin de reprendre le contrôle de chaque situation de conflit . 

Au plaisir de vous aider, si vous habitez dans l'île de France, envoyez moi un petit mail .

 

Beautiful-smile75@hotmail.com

 

nanette 51
Portrait de cgelitti

Merci de ce que vous avez ecrit, en fait je suis éxactement comme Chachachou"", je vis avec un homme plutôt gentil en apparence mais qui m'a fait perdre totament confiance en moi...Enfant,ma mère déja décidait de tout pour moi..;elle voulait que ces enfant ait une position sociale meilleure, et c'est grace à son obstination que j'ai réussi a devenir institutrice alors que je n'étais pas une très bonne élève! merci à elle de cela.

Lorsque j'ai commencé ma vie d'adulte, j'ai décidé alors de changer..; mais rapidement j'ai rencontrer un garçon qui s'est mis à m'aimertrès fort...très vite j'ai attendu un enfant, et je me suis mariée avec lui qui travaillait en usine. Ma mère à ce moment là n'a plus voulu me voir...dès le début de notre mariage, le "gentil fiancé" s'est révélé capricieux, changeant, exigeant/ côté ménage..,bref je n'avais plus que des défauts  et il a voulu me changer. Nous nous sommes souvent disputés mais avec un enfant (puis 2) nous sommes restés ensemble. Sa mère (divorcée)était son modèle référent et ils se racontaient tout...! je me suis souvent sentie exclue... mais je me suis aperçue qu'en fait il avait besoin de moi, autant que j'étais dépendante de ses gestes d'affection trop rares...mon sérieux,ma fiabilité, ma notoriété parfois, était quelquechose que lui n'avait pas!

Si j'avais à recommencer je ne referrai pas les memes erreurs,  ma vie a été difficile car j'ai toujours caché ma dépendance affective (surtout à ma mère qui a fini au décès de mon père par revenir vers moi, en faisant comme si rien ne s'était passé!)....

Maintenant ma b-mère est agée, elle n'a pas préparé sa vieillesse en faisant des economies... et mon mari doit  payer une grosse partie de la Maison de retraite malgré un frère et 2 soeurs non solvables! et là grosse colère il a  jeté à sa mère de 87 ans tout son courroux...fini la" belle complicité"apparante avec "la meilleure " des mères! je ne dirais que c'est un peu ma revanche, elle coute cher financièrement mais au moins ila compris que sa famille avait toujours eu des rapports interréssés vis à vis de lui!

Nos mères chacune a leur manière nous ont pourri la vie, car nous avons toujours rejoué les scénarios de notre enfance. C'est un peu tard mais ça fait un peu de bien de le comprendre!

 

beautiful-smile
Portrait de cgelitti

Désolé pour les petites fautes, j'avoue ne pas avoir relu avant de poster ce message . :)

Iris-Nice
Portrait de cgelitti

Ce que vous décrivez, bien que vous ne vous en rendiez pas compte, c'est un mari faible. Il est faible et il a peur de vous car il se sent inférieur. Alors, il est agressif avec vous pour cacher son manque de confiance.Il est faible car c'est sa mère qui le gouverne et il n'est pas capable de penser par lui-même.Vous avez besoin de vous affirmer et de prendre confiance, et peut-être encore davantage de prendre conscience de vos atouts.Sachez que quand on a un homme pathologique comme le vôtre, on a tendance à se sentir TRES dépendante car il faut tout pour vous donner l'impression que sans lui, vous ne seriez rien. Mais... C'est le contraire. Sans vous, il ne serait rien. C'est vous la personne forte, c'est vous qui avez le pouvoir de le quitter et de le laisser avec sa mère.Donc prenez-en conscience, faites vous aider psychologiquement (sans le lui dire bien sûr).Il faut sortir de cette dépendance émotionnelle qui n'est pas de l'amour, mais une réactions aux chauds et froids.Savez-vous que les couples où l'un des partenaires dit du mal de l'autre en public ont très peu de chances de durer. Parce que c'est un manque de respect flagrant. Et s'il ne vous respecte pas... C'est qu'il ne vous aime pas. Qu'il ne vous chérit pas. Alors, pourquoi ne pas penser à vivre autrement ? Soit en vous faisant respecter, soit en prenant le large.Je sais que c'est facile à dire, mais si vous avez des enfants, ils souffrent de vous voir maltraitée (et ils le sont peut-être aussi), et ils peuvent apprendre les relations toxiques au lieu d'apprendre l'amour et le respect. Je suis peut-être dure, mais croyez-moi, je vous envoie plein de positivité et surtout : vous êtes quelqu'un de très bien, et c'est pour cela que votre mari a du mal à le supporter : il se sent inférieur. Ne le lui dites pas, gardez-le pour vous, mais il faut que vous en ayez conscience.

Sujet vérouillé