J’ose l'hypnose et même l’auto-hypnose

Publié par Côté Santé le Lundi 31 Mars 2014 : 10h30
Mis à jour le Jeudi 03 Avril 2014 : 11h22
-A +A

Loin du spectacle de music-hall, l'hypnose est une piste de développement personnel expérimentée et semble n’offrir que des avantages entre les mains de bons professionnels.

Le point sur l’hypnose.

L'hypnose : un passé chaotique

Chargée de préjugés, révélant des passions ou des détestations, vue par certains comme un mouvement sectaire ou sous la plume de Freud en 1917 comme « un travail de manœuvre n’ayant rien de scientifique, rappelant plutôt la magie, l’exorcisme, la prestidigitation », l’hypnose a eu ses heures de gloires, ses périodes d’abandon, celles des condamnations. Elle revient aujourd’hui en force.

Condamnée de longues années, l’hypnose reprend du galon au 19e siècle avec les travaux de Charcot sur l’hystérie à l’hôpital de la Salpêtrière à Paris et ceux d’Hyppolyte Bernheim à Nancy. Puis c’est de nouveau la disgrâce, jusqu’en 1960.

Les travaux du psychiatre et psychologue américain Milton H. Erickson qui pratique l’auto-hypnose, vont révolutionner l’hypnose.

Erickson propose au patient d’utiliser l’état hypnotique pour accéder à ses ressources intérieures alors que les méthodes anciennes étaient basées sur l’hypnose directive. Léon Chertok*, psychiatre et spécialiste de la médecine psychosomatique, hypnotisé par Erickson contribuera à l’évolution de l’hypnose tout comme François Roustang, philosophe, thérapeute et hypnothérapeute.

C’est quoi l’hypnose exactement ?

L’état hypnotique est un état de conscience modifiée.

« C’est un état d’élargissement de la conscience, une technique d’accompagnement pour travailler sur les émotions, souligne Kevin Finel**. Les mécanismes cérébraux sont délicats, la plupart du temps on ne sait pas agir dessus. »

« Notre cerveau fonctionne à différents niveaux : le niveau conscient, qui génère surtout nos pensées analytiques et objectives, est situé dans notre cortex et l’hémisphère gauche, et le niveau inconscient qui est situé dans l’hémisphère droit et dans notre cerveau limbique explique Michèle Freud***. Sur le mode conscient, nous ne contrôlons pas cette dernière partie de notre cerveau. »

On connaît tous l’état hypnotique

Au quotidien, nous avons l’expérience de situations où nous agissons de manière automatique : nous conduisons sans avoir conscience de tous nos gestes.

« L’état hypnotique est identique à cet état de semi-conscience.

En hypnose, cet état est encore amplifié et provoqué délibérément afin d’atteindre un objectif comme perdre du poids, par exemple », précise Michèle Freud. Un état naturel, sans artifice auquel tout le monde a accès à chaque fois qu’on est dans un état de rêverie par exemple ou que notre attention est absorbée (par une personne, une musique, un discours…) oubliant la notion de temps.

Publié par Côté Santé le Lundi 31 Mars 2014 : 10h30
Mis à jour le Jeudi 03 Avril 2014 : 11h22
Source : "J’ose l'hypnose et même l’auto-hypnose", un article du Magazine n°84 de Côté Santé - mars 2014
A lire aussi
L’autohypnose Publié le 22/07/2013 - 12h04

Agir sur votre inconscient pour améliorer certains aspects de votre vie ça vous plairait ? Alors tentez une séance d’autohypnose.

Peut-on maigrir par l'hypnose ? Publié le 03/04/2006 - 00h00

L'hypnose est une technique en pleine expansion, notamment utilisée en France pour la prise en charge des problèmes de poids. L'hypnose fait-elle vraiment maigrir ? Quels sont ses intérêts ? Le Dr Dominique Boute* qui utilise l'hypnose auprès de personnes souhaitant perdre du poids répond à...

L'hypnose, c'est quoi ? Publié le 11/08/2004 - 00h00

L'hypnose en psychothérapie n'a absolument rien à voir avec l'hypnose de spectacle. Il ne s'agit en effet pas de faire du théâtral, mais d'aider une personne à s'épanouir psychiquement....

Plus d'articles