charlinou
Portrait de cgelitti
Bonjour,

Cela fait très longtemps que je me pose la question de savoir si mon conjoint est alcoolique... Il ne boit pas tous les jours, loin de là mais le problème c'est que lorsqu'il commence, il ne sait plus s'arreter... là ou cela m'inquiète c'est qu'il lui arrive de boire le soir tout seul... il me dit, "tiens je vais me prendre un p'tit apéro"... et puis finalement il boit jusqu'à être ivre... Effectivement ça n'est pas tous les jours, mais je dirai que c'est au moins 1 fois par semaine... dois-je le considérer comme un alcoolique ? Je l'aime à la folie et si c'est le cas je souhaiterai tellement l'aider... mais tous ça me fait peur ! ! ! merci de vos réponse, ça m'aidera à y voir plus claire...

melody
Portrait de cgelitti
Hello! j'ai été dans la même situation que ton ami, je ne
pensais pas que j'étais alcoolique juste parce que je buvais
que quelque fois par semaine et me retrouvais dans des états
déséspérant...

je suis allée voir un psychiatre pour d'autre raison et je me suis
sentie tellement soulagée psychologiquement que aujourd'hui
je ne bois plus ou 1 verre de temps en temps souvent on boit
pour oublier certain détails dans notre vie et on ne sait plus
s'arrêter essaie de parler avec lui et surtout écoute-le il en a
peut-être besoin si tu vois que rien ne change ou qu'il
augmente la boisson fais le nécessaire pour qu'il voit un
pschychologue ou les alcoolique anonyme... fais aussi
attention à toi car il peut changer de caractère et devenir
violent.

je te souhaite pleins de courage pour la suite
gege71
Portrait de cgelitti
bonjour LM si ton conjoint te dit je vais prendre un apero et qu'il fini ivre c'est qu'il a un probleme avec sa propre vie le stress les soucies de la vie parle lui discute avant que sa devienne une dependence ou une habitude.la sur ce point tu peu me faire confiance je sais de quoi je parle .j'espere t'avoir etait une aide bonne chance
Sophie
Portrait de cgelitti
Je te propose de contacter l'association al-anon.
Ce sont des parents , amis de malades alcooliques.
Ils pourront répondre à vos questions.
Le tél: 01.42.80.17.89 ou 01.42.81.97.05

Bonne chance,
salutations
pascal
Portrait de cgelitti
[QUOTE=LM] Bonjour,

Cela fait très longtemps que je me pose la question de savoir si mon conjoint est alcoolique... Il ne boit pas tous les jours, loin de là mais le problème c'est que lorsqu'il commence, il ne sait plus s'arreter... là ou cela m'inquiète c'est qu'il lui arrive de boire le soir tout seul... il me dit, "tiens je vais me prendre un p'tit apéro"... et puis finalement il boit jusqu'à être ivre... Effectivement ça n'est pas tous les jours, mais je dirai que c'est au moins 1 fois par semaine... dois-je le considérer comme un alcoolique ? Je l'aime à la folie et si c'est le cas je souhaiterai tellement l'aider... mais tous ça me fait peur ! ! ! merci de vos réponse, ça m'aidera à y voir plus claire...
[/QUOTE]
CESARINE
Portrait de cgelitti
J'ai passé un bonne partie de mon enfance (à partir de 7 ans exactement) à me dire que ma mère n'était surement pas alcoolique. Que peut-etre c'est moi qui mal interprétait la réalité.
(A cette époque son alcoolisme était mondain, elle avait une bonne situation et était entourée de gens qui la respectaient, elle buvait du vin tous les jours sans se rendre ivre )

Je me suis réveillée vers 14 ans OU 15 ans: Son mari l'avait quitté, elle ne travaillait plus, son état que je ne voulais pas appeler de l'ivresse démarrait dès le matin, elle descendait à 23h acheter du sel à l'épicerie du bas. Au passage, elle buvait sur la route un petite bouteille de vin rouge en plastique dont elle jetait le cadavre dans le local à poubelle du bas avant de remonter pour ne pas que je m'énerve. Je te passe les éléments sordides. Ne t'inquiète pas, peu de gens connaissent un dégradation aussi majeure.

Je te dis tout çà parce qu'à chaque seconde de ma vie (j'ai 24 ans aujourd'hui), malgré le fait que j'étais un enfant, je me dis que j'aurais du taper du poing sur la table, la prendre entre quatre yeux et lui décrire ce qui était en train de se passer (quitte à ce qu'elle me prenne pour un folle si mes allégations s'avéraient fausses). Car finalement, mes inquiétudes étaient fondées. Peut être que j'aurai pu changer quelques chose si j'étais intervenue plus tôt dans son parcours d'alcoolique. Mais par peur de vexer, de déranger, j'ai laisse la situtation se dégrader à un tel point que les médecins pensent aujourd'hui qu'elle ne pourra pas s'en sortir, même si elle le voulait vraiment. Cette femme tant respectée , elle représente aujourd'hui la poivrote du bar.

Bref, il s'agit de toi ici alors écoute:
La question que tu dois te poser c'est:
"Est-ce que moi je me servirai un verre d'alccol que je dégusterais seule le soir régulièrement? Est-ce qu'après avoir pris une cuite seule sans personne et sans occasions quelconque, je recommencerai le lendemain?
Esc-ce que si un jour mon comportement déraillait j'aimerai que mes proches me rattrapent par la main pour ne pas me laisser sombrer.

Enfin, il ne faut pas oublier que ton intention est la plus belle qui soit: empêcher ton mari de sombrer dans une maladie dont il n'y a à ce jour encore aucun traitement au point réellement.

Si j'étais toi, j'essaierai de lui en parler tout d'ab ord innocemment pour observer sa réaction: Plus elle sera vive, plus ton inquiétude méritera d'être grande. Mais il faut rester positif: lorsque le pavé sera lancé, il n'aura plus d'autres choix que de réagir s'il se sent intimement (peut être non officiellement) concerné et j'espère que vous aurez tout les deux la force de le sortir de là.

Encore une fois, les pressentis que nous avons concernant nos proches s'avèrent souvent justifiés mais par convenances nous préférons les taire pour ne pas déranger. Je suis sûre que notamment dans le domaine des drogues et de l'alcool (qui en est une), nous pourrions éviter boucoup de dépendances graves en osant dire nos ressentis. Il est toujours plus facile de faire remonter sur le bateau un homme qui flotte qu'une personne qui a atteint le fond des eaux.
charlinou
Portrait de cgelitti
moi j'ai le même problème: mon mari ne boit pas tous les jours mais il va boire peut être une fois toutes les deux semaines mais il se met dans un état second!! il fait ca quand je m'absente. J'ai donc peur de le laisser tout seul! il ne boit pas la semaine mais prend son apéro le weekend! et il refuse de ne pas le prendre sinon il rale. Je me pose la même question surtout que sa maman est une alcoolique. J'ai peur pour mes enfants.
Et c'est vrai que je pense que pour moi il est alcoolique mais je n'ose pas en parler car il ne boit pas tous les jours et il cache bien son jeu. Je pense que je vais en parler à mon médecin traitant. Peut etre m aidera t il?
daphné
Portrait de cgelitti
c'est une situation très difficile pr toi et pr lui bien sûr! Tu as fait ce q tu as pu en essayant de lui ouvrir les yeux sur son état et des médecins l'ont certainement informé de ce q'il risquait, ms si lui s'en fiche tu ne peux rien y faire, tu ne peux pas le forcer. A priori ton ami cherche une solution finale, il doit avoir des problèmes tellement importants au point q'il ne tient plus forcément à la vie;et un malheur risque d'arriver s'il continue comme ça, ms là encore tu ne pourras rien faire, tu ne peux pas le sauver malgré lui, tu ne dois pas culpabiliser, tu as fais ce q'il fallait! Je te souhaite bon courage pour la suite.
9eor9es
Portrait de cgelitti
si une personne est dépendante de l'alcool, elle ne pouras pas tenir une semaine sans boire, ou le fait de l'interdire de boire, la rend agressive, stressé.Il faut voir la réaction de ton ami quand il dit qu'il va prendre un verre, tu le luis interdit. S'il accepte ça va, s'il pose trop de questions genre "quoi tu penses que je suis alcolo" "ce n'est q'un petit verre" etc, faudra s'inquieter. A noter qu'on peut etre alcolique, sans jamais etre saoul et avec de petites doses. Aussi faut voir sa consommation si elle est progressive. Moi j'ai commençé à boire à 14 ans, une canette bière jour, et j'ai fini à 28 ans avec 1 bouteille et demi wisky jour minimun.
linda
Portrait de cgelitti
[QUOTE=LM] Bonjour,

Cela fait très longtemps que je me pose la question de savoir si mon conjoint est alcoolique... Il ne boit pas tous les jours, loin de là mais le problème c'est que lorsqu'il commence, il ne sait plus s'arreter... là ou cela m'inquiète c'est qu'il lui arrive de boire le soir tout seul... il me dit, "tiens je vais me prendre un p'tit apéro"... et puis finalement il boit jusqu'à être ivre... Effectivement ça n'est pas tous les jours, mais je dirai que c'est au moins 1 fois par semaine... dois-je le considérer comme un alcoolique ? Je l'aime à la folie et si c'est le cas je souhaiterai tellement l'aider... mais tous ça me fait peur ! ! ! merci de vos réponse, ça m'aidera à y voir plus claire...
[/QUOTE]
sandrine
Portrait de cgelitti
il faut l'aider a ne pas utiliser l'alcool comme solution...facil a dire ...je vie depuis 10 ans avec mon compagnon qui a lui 20 ans de plus(52).des le depart il buvait...mais je ne m'en suis pas appercu je pense que j'etais aveuglée par l'amour.hors,malgres que j'ai fini par aborder le probleme(1 an apres)il m'a dit que ce n'etait rien ...le fait de banaliser cette situation n'a rien arrengé...je me suis ennervéeplusieur foie lorsqu'il rentrait je l'ai menacé de le quitter ...de me suicider(que j'ai essayé plusieur foie)...on s'est battu,car je ne supporte pas son etat de mechanceté quand il a bu...mais il boit toujours...1l de wyski tout les 3 jours en moyenne plus les biere au café...plus la cloppe...il y laisse presque sa paye...la il vient de faire un infarctus...il lui on posé un stin en lui debouchant les corronaires,2heurres apres sa sortie de l'hopital il etait deja au bistrot a boire du mousseu ...j'ai reagit en criant ...mais il s'en fout...la il refume (50cigarettes par jour)et malgres qu'il est ete prevenu qu'il y aurait des problmes plus gaves dans 6 mois s'il recommencait cette vie rien n'y fait. je pense qu'il est donc un peu facil dedire qu'il faut l'aider...car finalement lors des saouleries de nos partenaires qui nous aide ??? moi,personne,je ne rencontre plus personne et je cache cet etat au reste du monde de peur sans doute d'etre jugéeje pense et de toute facon,je sais pertinamantqu'il lui arrivera un probleme plus grave...j'en arrive meme a me demander si se n'est pas une solution surtout quand je l'entends me dire qu'il se fout de mourrir et que la prochaine foie s'il faut une operation il l'a refusera...a votre avis,suis je encore humaine ??? ou non de penser que le mieu est d'attendre qu'il reagisse tout seul (parceque je n'y peu rien) ...merci,d'avoir lu jusqu'au bout...il est bon de savoir parfois que l'on est pas seule...

Pages

Sujet vérouillé