Intoxication : un homme confond antidouleur et pastille de javel

Publié par Audrey Vaugrente, journaliste santé le Jeudi 28 Juin 2018 : 09h30

Un homme a été hospitalisé parce qu'il avait confondu une pastille de javel avec un cachet de paracétamol. Il est resté sous trachéotomie pendant deux semaines.

© Adobe Stock
PUB

Toujours penser à ranger ses médicaments loin de ses produits ménagers. Un sage conseil que ce sexagénaire saura sans doute se rappeler. Pris de maux de tête, un Suisse de 65 ans a récupéré un comprimé blanc près de son évier, pensant prendre du paracétamol. Il s'agissait en fait d'une pastille de javel, révèle un article publié dans le BMJ Case Reports.

Signée par une équipe de l'Hôpital universitaire de Genève (Suisse), cette publication incite à la prudence. Immédiatement après avoir ingéré la pastille de javel, le malheureux s'est rendu compte de son erreur : une intense brûlure s'est manifestée dans sa bouche et sa gorge. En cause, la soude caustique qui compose en partie le produit, et qui est hautement alcaline.

Une quinte de toux lui a permis de recracher une partie de la pastille, ce qui lui a évité le pire. Aux urgences, la situation est loin d'être catastrophique. Hormis une douleur à la déglutition et de légères difficultés à parler, l'homme ne souffre pas. Son état de santé général est plutôt normal. A la fibroscopie, rien d'inquiétant de ressort.

5 000 incidents par an

Un traitement antidouleur est proposé à l'imprudent qui est ensuite placé sous surveillance. Pendant six heures, rien ne se produit. Mais subitement, son état se dégrade. Le sexagénaire respire mal et souffre à chaque déglutition.

L'ORL l'examine de nouveau. Cette fois, la situation est critique : un œdème réduit son flux respiratoire et les tissus sont légèrement nécrosés. C'est ce qu'on appelle une nécrose de liquéfaction. Une intubation est nécessaire. Le lendemain, une trachéotomie est nécessaire, car la guérison est trop lente. Elle reste en place deux semaines.

Tout au long du traitement, un traitement antiacide est utilisé deux fois par jour, et le patient doit être nourri par sonde nasogastrique. L'alimentation solide est, par la suite, introduite de manière progressive.

Ne pas mélanger les produits d'entretien peut sembler anecdotique, mais chaque année, 5 000 personnes ingèrent de la soude caustique aux Etats-Unis. Ces accidents sont les plus fréquents.

PUB

Comment limiter les risques ?

  • Ne pas acheter de berlingots ou de pastilles en trop grandes quantités
  • Toujours stocker les produits hors de portée des enfants et à l'écart des autres produits d'usage courant
  • Ne jamais mélanger à d'autres produits ménagers et systématiquement rincer après usage
  • Toujours refermer les flacons après utilisation
  • Se laver les mains après chaque utilisation
  • En cas d'ingestion, appeler le centre antipoison, ne pas boire et ne pas vomir
  • En cas de projection sur la peau ou les yeux, rincer abondamment pendant 15 minutes.
PUB
PUB
A lire aussi
Les 5 polluants inattendus qui empoisonnent notre air intérieurPublié le 17/09/2015 - 13h35

Avec l’évolution des techniques industrielles et de notre mode de vie, l’air intérieur que nous respirons dans nos logements est devenu plus pollué que l’extérieur, ce qui n’est pas sans répercussions sur notre santé (troubles ORL, respiratoires, neurologiques, de la fertilité,
cancers, maladies cardiovasculaires…). Les principaux polluants qui altèrent la qualité de l’air intérieur sont bien connus : tabagisme, matériaux de construction, produits d’entretien, insecticides, cosmétiques, monoxyde de carbone, COV pour composés organiques volatils, radon, etc. En
...

Cosmétiques : quelques notions à connaîtrePublié le 04/12/2006 - 00h00

Notre peau, nos cheveux, nous en prenons grand soin . Et pour cause, ils sont gages de notre beauté. Les fabricants de cosmétiques s'en donnent à coeur joie. Mais certains produits ne sont pas à la hauteur de ce qu'ils annoncent. Comment s'y retrouver dans la jungle des cosmétiques ? La tâche
...

Plus d'articles