Intoxication au monoxyde de carbone

Le monoxyde de carbone est produit lorsqu'un véhicule ou un appareil brûle un combustible tel que la gazoline, l'huile, le gaz naturel, le propane, le bois ou le kérosène. Les appareils mal utilisés ou mal entretenus peuvent dégager une quantité dangereuse de CO et provoquer des intoxications. L'intoxication au monoxyde de carbone, qui reste l'une des rares causes de décès accidentels par intoxication, fait chaque année de nombreuses victimes essentiellement du fait du non-respect de consignes élémentaires de prudence et de sécurité. Le monoxyde de carbone est fixé par l'hémoglobine des globules rouges, ce qui perturbe le transport d'oxygène aux cellules de l'organisme. L'oxygénation des tissus se trouve donc diminuée. Le monoxyde de carbone, gaz incolore et inodore, entraîne :

  • soit une intoxication brutale et aiguë, avec maux de tête, vertiges, nausées, perte de connaissance.
  • soit une intoxication insidieuse et chronique, se manifestant par des maux de tête, des nausées et une grande fatigue.
  • Appareil encrassé ou mal réglé. Le monoxyde de carbone est dégagé par toute combustion incomplète de substance carbonée (fuel, gaz, mazout, pétrole, essence, charbon, bois...). Les accidents domestiques, collectifs ou individuels, sont dus au mauvais réglage ou au mauvais entretien de chaudière, chauffe-eau, chauffage d'appoint, cheminée ou poêle à charbon.
  • Mauvaise aération. Le calfeutrage excessif des ouvertures et le confinement empêchent l'évacuation du monoxyde de carbone qui refoule alors à l'intérieur du logement.
  • Vétusté des appareils.
  • Utilisation incorrecte des appareils (appareils de chauffage d'appoint utilisés de façon continue) ou utilisation d'appareils non conçus pour être utilisés à l'intérieur des locaux (braseros, groupes électrogènes).
  • Intoxications lors d'incendies.
  • Suicides, par l'intermédiaire des gaz d'échappement d'un véhicule.
  • Dégager les aérations. Ne jamais les boucher. Assurez-vous que votre logement dispose de grilles ou de bouches d'aération permettant à l'air de circuler.
  • Faire ramoner le conduit de cheminée tous les ans. Faites contrôler et entretenir vos appareils de chauffage, chauffe-eau tous les ans par un personnel qualifié.
  • Respecter les indications du fabricant. N'utilisez pas de façon prolongée des panneaux radiants à gaz ou des poêles à pétrole. N'utilisez jamais une cuisinière, un brasero ou un barbecue comme chauffage de secours dans une pièce fermée.
  • Remplacer les appareils anciens, raccordés à des conduits de fumée, par des appareils raccordés conformes à la réglementation en vigueur.
  • Installer un avertisseur de CO aux endroits appropriés permettant d'alerter les occupants en cas de risque d'intoxication.
  • Ne jamais laisser fonctionner un véhicule dans un garage, même si la porte est ouverte.
  • Vous ou un membre de votre famille présente des signes d'intoxication, comme des maux de tête, des vertiges ou des nausées, une fatigue persistante.
  • A un degré plus important, il peut s'agir de vomissements, de torpeur, une diminution des réflexes.

Les signes d'une intoxication chronique peuvent être confondus avec un problème digestif ou un syndrome grippal. Par un interrogatoire détaillé, le médecin va évoquer l'intoxication au monoxyde de carbone devant des circonstances évocatrices (période hivernale, lieu et conditions de vie propices à une possible intoxication au CO). La gravité de l'intoxication est déterminée par un examen sanguin. En cas d'intoxication brutale et aiguë, de nombreuses équipes médicales ou de secours d'urgence disposent aujourd'hui de matériels de détection portatifs. Ces appareils permettent d'une part la mesure du CO dans l'air ambiant sur les lieux de l'intervention, permettant ainsi l'autoprotection des équipes de secours (une alarme sonore se déclenche dès que le taux de CO atteint un certain seuil), et d'autre part la mesure du taux de CO expiré par la victime.

Avant tout, il importe d'avoir les bons réflexes en cas d'intoxication au CO :

  • Evacuer la victime, en évitant de s'exposer soi-même.
  • Arrêter l'appareil présumé dangereux.
  • Ouvrir les fenêtres et aérer.
  • Quitter rapidement les lieux et appeler les secours : 18 pour les pompiers et 15 ou 112 pour le SAMU.
  • Ne pas réintégrer le logement sans faire appel à un personnel qualifié pour effectuer des travaux sur les installations défectueuses.

Le traitement institué en urgence est une oxygénothérapie, qui dans certains cas peut même se faire à l'aide d'un caisson hyperbare (chez la femme enceinte pour éviter une atteinte du foetus, chez les jeunes enfants, et chez les personnes présentant des troubles de la conscience). Ce traitement spécifique est associé à une réanimation symptomatique classique. Après l'accident, les patients doivent être suivis et régulièrement contrôlés, afin de dépister d'éventuelles séquelles neurologiques. Cependant, grâce à une prise en charge précoce, leur survenue reste limitée.

publié initialement le 09/08/2002 - 02h00 et mise à jour par Isabelle Eustache, journaliste santé le 11/01/2012 - 11h11

Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (INPES), http://www.inpes.sante.fr/CO/default.html. Le monoxyde de carbone. J.L. Géromini. Coédition TEC & DOC et EM Inter, 2000. Intoxication par le monoxyde de carbone. Ph. Bauer, M. Weber. Masson, 1995. Impact Quotidien n° 1177 du 03/03/1998, page 7.

Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Monoxyde de carbone : le " tueur silencieux " Publié le 01/09/2016 - 11h04

Avec l'arrivée du froid, nos appareils de chauffage reprennent leur fonctionnement. Comme les gaz d'échappement et les incendies, les chauffages, surtout lorsqu'ils sont situés dans des pièces de petite taille et peu aérées, dégagent du monoxyde de c...

Les cigarettes aux plantes sont toxiques Mis à jour le 01/09/2004 - 02h00

Finalement, les candidats au sevrage tabagique n'ont pas intérêt à troquer leurs cigarettes contre les versions alternatives aux plantes. Ces fausses cigarettes, sans tabac ni nicotine, sont toxiques.

A chaque pièce de la maison, ses polluants ! Publié le 29/05/2015 - 14h07

Saviez-vous que votre intérieur peut contenir de nombreux polluants nocifs pour votre santé ? Certains gestes simples contre la pollution intérieure peuvent être salutaires, d’autant plus que l’on passe environ 80% de notre temps entre quatre murs.

Plus d'articles