L'interruption volontaire de grossesse

Publié par Dr Cécile Malartic, gynécologue obstétricien le Mardi 14 Août 2001 : 02h00
Mis à jour le Lundi 10 Mai 2004 : 02h00
-A +A
L'interruption volontaire de grossesse est autorisée en France depuis les lois de 1975 et 1979. On estime actuellement le nombre d'IVG à 225 000 par an. En France, le nombre moyen d'avortement par femme est de 0.53, près d'une femme sur deux aura donc une fois dans sa vie recours à l'IVG.

1. La législation

· Toute femme française peut bénéficier d'une interruption volontaire si elle s'estime placée en situation de détresse. Pour cela elle doit :1) être à moins de dix semaines de grossesse (les nouvelles lois doivent dorénavant allonger ce délai à 12 semaines de grossesse) ;2) être de nationalité française ou résider en France depuis au moins trois mois ;3) être en situation de détresse ;4) être majeure ou avoir l'autorisation écrite de l'un des deux parents. La nouvelle loi prévoit maintenant une dérogation aux mineures si l'autorisation parentale ne peut être obtenue. Les jeunes filles seront alors accompagnées dans leur démarche par une personne majeure de leur choix ;5) effectuer une première demande d'IVG auprès d'un médecin et fournir un certificat médical de cette première consultation ;6) avoir, après cette première consultation, un entretien social (dans un service social ou un centre de planification familial avec une assistante sociale ou un psychologue) et fournir un certificat d'entretien social ;7) respecter un délai de réflexion de 7 jours minimum à la suite duquel la demande d'IVG devra être renouvelée par écrit au cours d'une deuxième consultation médicale. Ce délai de réflexion peut être réduit à 2 jours si le terme de la grossesse ne permet pas d'attendre la semaine obligatoire.· De son côté, le médecin :1) n'est pas obligé de pratiquer l'IVG mais doit en informer la patiente et doit l'adresser à un médecin ou à une structure acceptant de la prendre en charge ;2) durant la première consultation, il doit confirmer la réalité de la grossesse, expliquer les dangers et les modalités de l'IVG, fournir le certificat de consultation et prévoir une méthode contraceptive. Souvent, une échographie sera pratiquée afin de déterminer précisément le terme de la grossesse.· L'IVG peut être pratiquée dans un établissement public ou privé agréé et ses frais sont pris en charge par la sécurité sociale.

2. Les techniques

L'aspiration- L'aspiration est dorénavant pratiquée jusqu'à 12 semaines de grossesse.- Elle est le plus souvent réalisée sous une courte anesthésie générale. Le col de l'utérus est progressivement dilaté au moyen de bougies afin de pouvoir introduire une petite canule d'aspiration dans l'utérus et aspirer la grossesse. Le geste opératoire est généralement très court (dix à quinze minutes) et, en l'absence de complication, l'hospitalisation ne dure que quelques heures après l'intervention. - A sa sortie, la patiente est informée de la possibilité de crampes pelviennes trois à quatre jours après l'intervention et de saignements modérés pouvant durer 5 à 10 jours. En cas de fièvre ou de saignements importants, elle doit consulter rapidement. Habituellement, des antibiotiques sont prescrits pour quelques jours ainsi qu'une pilule pour un mois. Une consultation de contrôle est programmée pour le mois suivant.L'IVG médicamenteuse- Elle ne peut être pratiquée que jusqu'à 49 jours de grossesse.- Dans un premier temps, la patiente doit prendre en présence du médecin 3 comprimés de mifépristone (RU 486). - Environ deux jours plus tard, elle doit prendre un deuxième médicament à base de prostaglandine (habituellement le CYTOTEC) qui provoquera les contractions utérines et l'expulsion de la grossesse une ou plusieurs heures après la prise. Ce médicament est donné en milieu médical, souvent durant une courte hospitalisation de jour.- Une échographie de contrôle est généralement effectuée quelques jours après afin de vérifier que l'expulsion a été complète. La patiente est revue en consultation un mois plus tard.

Publié par Dr Cécile Malartic, gynécologue obstétricien le Mardi 14 Août 2001 : 02h00
Mis à jour le Lundi 10 Mai 2004 : 02h00
A lire aussi
L'IVG en pratique Publié le 16/07/2001 - 00h00

Le délai légal d'avortement de dix semaines a été allongé à 12 semaines de grossesse. Adoptée définitivement par l'Assemblée nationale, cette loi a été publiée au Journal Officiel du 7 juillet 2001. Quelque peu en avance sur les dispositions légales, l'Agence Nationale d'Accréditation...

Les fausses couches du premier trimestre Publié le 14/08/2001 - 00h00

Les fausses couches du premier trimestre surviennent en moyenne sur 15 % des grossesses. Leur fréquence est même sous-estimée car il est difficile de comptabiliser le nombre d'avortement très précoce survenant avant ou au moment des règle et passant ainsi inaperçu. Certaines études estiment...

La grossesse extra-utérine Publié le 14/08/2001 - 00h00

La prise en charge actuelle des grossesses extra-utérines a permis d'en réduire considérablement les conséquences, parfois mortelles, pour la femme et offre aujourd'hui des traitements de moins en moins agressifs. En effet, les performances de l'échographie et des dosages hormonaux ont permis...

Saignements féminins : réagissez promptement ! Publié le 09/10/2000 - 00h00

Dès l'arrivée de leurs premières règles, les femmes subissent stoïquement ces quelques jours d'hémorragies menstruelles. Toutefois, le cycle féminin peut parfois devenir défaillant. Des pertes de sang se produisent alors de façon anormale. Des saignements peuvent avoir lieu en dehors des...

Plus d'articles