Instinct ou raison, les deux sont précieux !

Publié par Dr Catherine Solano le Mercredi 29 Septembre 2004 : 02h00
-A +A
Devant un choix, on vous a appris à réfléchir, à être raisonnable. Est-ce toujours la bonne solution ? Pas si sûr ! Faire un tableau comparatif des avantages de tel ou tel choix, ça peut aider à se faire une idée, mais en aucun cas servir à décider vraiment.

Un exemple : vous avez une possibilité d'emploi vraiment intéressante loin de chez vous. Vous pensez donc à déménager, et vous hésitez tout naturellement. Votre famille est proche, vos enfants ont leurs amis, vos habitudes vous rassurent. Partir pour un peu plus d'argent, est-ce que ça vaut la peine ? Personne d'autre que vous ne peut répondre à cette question, et certainement pas un tableau comparatif logique. Car certaines choses ne se mesurent pas : êtes-vous sociable, vous ferez-vous des amis rapidement ou non ? La région où vous pouvez partir risque-t-elle de vous plaire ou de vous déplaire ? Votre conjoint est-il partant ou freine-t-il des quatre fers ? Aimez-vous l'aventure, ou au contraire, le changement a-t-il tendance à vous déprimer ? Autant de questions qu'il faut vous poser, comme toutes celles qui vous viennent à l'esprit. N'en fuyez jamais aucune.

Ainsi, pour décider, la meilleure solution, c'est de vous installer tranquillement, de fermer les yeux, et de vous imaginer dans votre future vie. Comment vous voyez-vous, comment vous sentez-vous ? C'est cette projection dans le futur et le ressenti qui en découlera qui peuvent vous donner une indication sur vos désirs profonds. Peut-être qu'ensuite vous vous avouerez : « Non, je ne peux pas partir, j'habite au bord de la mer, et la présence de la mer est pour moi vitale. Je me sentirais mal autrement ». On pourrait rire de vous ou vous dire que vous n'osez pas, mais vous seul savez ce qui est bien pour vous. Vous pouvez, au contraire, conclure : « L'aventure, le risque me plait. J'ai tout ici, mais je m'ennuie, je sens que j'ai besoin de grand renouvellement plutôt que de faire du surplace ». Cela ne signifie pas que vous fuyez votre présent, mais que vous vous sentez appelé à autre chose.

Le meilleur conseil que l'on puisse vous donner est le suivant : « suivez votre voie et ne vous laissez distraire par aucune remarque négative ». Si vous réussissez, vous serez heureux, et si c'est difficile, vous saurez surmonter, assumer votre choix chose plus difficile si vous aviez suivi l'idée de quelqu'un d'autre. Vous pourriez vous en vouloir de ne pas avoir été capable d'imposer votre choix profond.

Publié par Dr Catherine Solano le Mercredi 29 Septembre 2004 : 02h00
A lire aussi
Couple, comment convaincre l'autre ? Publié le 04/01/2010 - 00h00

" Je voudrais réussir à convaincre mon ami(e) de partir en vacances à la montagne. Comment m'y prendre ? " Cette demande de stratégie pour amener l'autre à ce que l'on désire revient régulièrement dans les couples... et sur tous les plans. Alors comment faire pour convaincre ? Quelques...

Faire face à la maladie d'Alzheimer Publié le 15/09/2004 - 00h00

Il cherche constamment son gillet, il grignote plutôt qu'il ne mange, il lui arrive de ne plus remettre une voisine ? Bien sûr on préfère en rire, on évoque son « grand âge », on accuse « la vieillerie ». Finalement on trouve ça presque normal... Mais au fond, on sait bien que ce n'est...

Plus d'articles