L'impuissance est une alerte cardiovasculaire

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 12 Décembre 2005 : 01h00
Mis à jour le Vendredi 16 Novembre 2012 : 11h16
-A +A

Malgré les nouveaux traitements, nombre d'hommes concernés par un trouble érectile n'osent toujours pas en parler à leur médecin. Or une dysfonction de l'érection (ou impuissance) révèle très souvent la présence d'une maladie cardiovasculaire sous-jacente. Une excellente raison de parler à son médecin de ses troubles sexuels…

La dysfonction érectile constitue un véritable problème de santé qui peut considérablement altérer la qualité de vie. Assez fréquents chez les hommes de plus de 40 ans, de tels troubles sexuels induisent une diminution de la santé générale, sociale et mentale, ainsi qu'une perte d'estime de soi. Une telle souffrance justifie à elle seule une prise en charge médicale.Pour ceux qui n'osent toujours pas en parler à leur médecin, voici une raison supplémentaire non négligeable de le faire sans attendre : un trouble érectile signale très souvent un risque cardiovasculaire !En effet, les problèmes de l'érection peuvent être un véritable signal d'alerte de maladies non déclarées, notamment cardiovasculaires. Ainsi, engager une démarche de prise en charge pour trouble érectile, permet aussi de découvrir et de soigner une pathologie cardiovasculaire sous-jacente. On constate que la plupart des patients consultant pour une dysfonction érectile ne sont pas initialement connus comme étant à risque cardiovasculaire. Pourtant, ces hommes ont 38% de risque en plus d'avoir une hypertension artérielle, par rapport aux personnes non atteintes de troubles de l'érection (1). Selon une étude antérieure, 30% de ces patients présentent un risque cardiovasculaire intermédiaire ou élevé, 17% une hypertension, tandis que 6% avaient une angine de poitrine présumée (2). Sachant qu'une dysfonction érectile est généralement présente depuis au moins trois mois avant l'apparition des premiers symptômes d'une maladie cardiovasculaire, celle-ci constitue un des premiers signes cliniques évidents de l'existence d'une pathologie vasculaire sous-jacente.

Comment expliquer ce phénomène ?

L'artère caverneuse de la verge est une artère vasculaire comme les autres, qui peut se scléroser. De plus, faisant partie des artères les plus étroites du corps, elle est plus rapidement obstruée en cas d'athérosclérose, notamment en cas d'hypertension, d'excès de cholestérol, de diabète ou encore de tabagisme. En conclusion, l'enjeu de la prise en charge est double : traiter le trouble sexuel et dépister une maladie sous-jacente, laquelle peut alors être traitée plus précocement, ce qui évite les complications ultérieures. Il s'agit là d'une excellente incitation à aborder le sujet de l'impuissance avec son médecin. En pratique, lorsqu'un patient présente une dysfonction érectile, il convient de prendre en charge ce trouble et d'effectuer un bilan de santé cardiovasculaire : mesure de l'hypertension artérielle, taux de cholestérol, de triglycérides, glycémie, recherche d'antécédent familial de maladie cardiovasculaire, tabagisme, obésité abdominale, etc.Inversement, surveiller sa santé cardiovasculaire (règles hygiéno-diététiques et bilans réguliers) permet de prévenir les problèmes d'érection

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 12 Décembre 2005 : 01h00
Mis à jour le Vendredi 16 Novembre 2012 : 11h16
Source : Communiqué de presse Lilly, 8 novembre 2005 ; (1) Sun P. et coll., J. Urol., 174 : 244-8, 2005 ; (2) Solomon H. et coll., Int. J. Clin. Practice, 57 (2) : 96-99, 2003.
A lire aussi
Panne d'érection : elle cache quelque chose Publié le 03/04/2006 - 00h00

La dysfonction érectile est aujourd'hui un sujet que l'on aborde plus facilement. Mais elle reste taboue et souvent passée sous silence. Pourtant, l'enjeu se situe bien au-delà de l'amélioration de la santé sexuelle, car chez un tiers des personnes atteintes de troubles de l'érection, ce...

Dysfonctionnement érectile (ou impuissance sexuelle) Publié le 06/09/2001 - 00h00

Le terme " impuissance " n'est plus guère utilisé par les médecins. Ceux-ci parlent plutôt de troubles d'érection ou de dysfonctionnement érectile, expressions qui font référence à l'incapacité d'obtenir et de maintenir une érection suffisamment rigide pour avoir une activité sexuelle...

Plus d'articles