Implants péniens

Publié par Blausen (Collectif) le Jeudi 19 Août 2010 : 16h58
Mis à jour le Lundi 13 Février 2017 : 11h12
-A +A

Vidéo associée: 

Partager cette vidéo :

Publié le 19/08/2010
242 vues

Dans le but d'obtenir une érection, les messages provenant de l'encéphale et d'autres organes sensoriels déclenchent la dilatation des artères du pénis. Cela permet qu'une quantité accrue de sang circule dans les trois colonnes de tissu spongieux du pénis.

Au fur et à mesure que les artères alimentent en sang le corps spongieux et que les deux plus grosses colonnes, les corps caverneux, se remplissent de sang, le pénis grossit et devient rigide. La pression du tissu engorgé contre les veines du pénis piège efficacement le sang à l'intérieur du pénis jusqu'à l'obtention d'un orgasme ou bien que les sensations diminuent.

L'impuissance, ou incapacité à obtenir ou conserver une érection, peut être causée par une interruption de ce processus à n'importe quel moment. Il existe plusieurs types d'implants péniens pouvant créer une érection artificielle. Deux types courants d'implants sont la tige malléable semi-rigide et l'implant gonflable.

La tige malléable semi-rigide est généralement faite de plastique avec un cœur de fil métallique souple. Ces tiges peuvent être penchées pour cacher le pénis sous les vêtements, ou dressées pour former une érection artificielle. L'implant gonflable est plus complexe et comporte plusieurs parties mobiles : un réservoir de liquide implanté dans l'abdomen, un système de pompe situé dans le sac scrotal près des testicules et deux cylindres gonflables.

Afin d'obtenir une érection, la pompe scrotale doit être pressée plusieurs fois afin d'envoyer le liquide dans les cylindres péniens. Lorsque l'érection n'est plus souhaitée, on appuie sur une valve de vidange sur le côté de la pompe et les cylindres se dégonflent. Les personnes envisageant d'utiliser ces types d'implants doivent parler à leur médecin ou à un professionnel de la santé des éventuels risques et complications.

A lire aussi
Dysfonctionnement érectile (ou impuissance sexuelle) Publié le 06/09/2001 - 00h00

Le terme " impuissance " n'est plus guère utilisé par les médecins. Ceux-ci parlent plutôt de troubles d'érection ou de dysfonctionnement érectile, expressions qui font référence à l'incapacité d'obtenir et de maintenir une érection suffisamment rigide pour avoir une activité sexuelle...

Des implants pour le pénis ? Publié le 01/12/2004 - 00h00

Après les implants pour les seins, les fesses, est-on en train d'inventer des implants similaires pour le pénis ? Absolument pas ! Il ne s'agit pas ici de chirurgie esthétique, mais fonctionnelle. Le but est de permettre à des hommes n'ayant plus de vie sexuelle possible d'en retrouver une.

L’impuissance : physique ou psychologique ? Publié le 04/11/2012 - 23h00

Au-delà de 40 ans, un homme sur deux souffre de troubles de l’érection.À partir de quand parle-t-on d’impuissance ? S’agit-il d’un problème physique ou psychologique ?Quelles en sont les causes ? Les traitements sont-ils efficaces ? Réponses.

Plus d'articles