L’immunothérapie, une nouvelle piste contre les cancers du sein triple négatifs ?

Publié par La Fondation ARC le Lundi 14 Avril 2014 : 10h32
Mis à jour le Lundi 14 Avril 2014 : 10h39

La prise en charge des patientes atteintes d’un cancer du sein triple-négatif est rendue difficile par l’absence de thérapies ciblées et des résultats souvent insatisfaisants en chimiothérapie.

Les lymphocytes tueurs pourraient bien éclaircir ce tableau.

© Istock

Cancers du sein triple négatifs

Parmi les différents types de cancers du sein, les « triple-négatifs » sont les plus difficiles à prendre en charge et les thérapies développées pour les autres cancers du sein ne sont malheureusement pas efficaces.

Pourquoi « triple-négatifs » ?

Parce que les cellules cancéreuses n’expriment aucun des trois marqueurs présents dans les autres types de cancers : les protéines réceptrices d’hormones féminines EP et RP, et le récepteur au facteur de croissance HER2. Une absence qui explique l’insensibilité de ces tumeurs aux nouveaux traitements, conçus pour cibler les cellules exprimant l’un de ces trois marqueurs… Pour l’instant, aucun marqueur spécifique de ces cancers n’a été découvert, rendant vaine toute approche de thérapie ciblée.

PUB

Efficacité des lymphocytes tueurs

Une équipe chinoise a choisi d’évaluer l’effet de l’action non spécifique de cellules lymphocytaires tueuses, dont l’activité est stimulée in vitro par un cocktail de molécules immunitaires présentes naturellement dans la circulation sanguine, les cytokines. Selon plusieurs études, ces cellules salutaires seraient capables d’identifier différents types de cellules tumorales et de les détruire.

Combinée au traitement standard de chimiothérapie puis de radiothérapie, faisant suite à une mastectomie, l’injection en intraveineuse de ces cellules a montré des résultats très positifs, puisque la survie des patientes a été améliorée de manière très significative (+20 % environ) et que les risques de rechute ont été réduits.

Ce traitement d’immunothérapie s’est révélé efficace notamment chez des patientes présentant des métastases dans les ganglions lymphatiques drainant le sein et dont la tumeur était à un stade avancé.

Publié par La Fondation ARC le Lundi 14 Avril 2014 : 10h32
Mis à jour le Lundi 14 Avril 2014 : 10h39
Source : Fondation ARC - Pan, K. et al ; Clinical activity of adjuvant cytokine-induced killer cell (CIK) immunotherapy in post-mastectomy triple-negative breast cancer patients; Clin Cancer Res; Publié en ligne le 25 mars 2014.
PUB
PUB
A lire aussi
Cancer du sein : on avance…Publié le 30/09/2011 - 09h37

Les femmes ont 90% de chances de guérir d’un cancer du sein dépisté tôt. De nouveaux traitements voient le jour, de plus en plus ciblés selon chaque cas. Des progrès gigantesques en moins de 10 ans.

Plus d'articles