Il veut que sa copine dorme à la maison, comment réagir ?

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 12 Juillet 2010 : 02h00
-A +A
Un adolescent sous votre toit, et un jour, vous apprenez qu'il a une petite amie. C'est la vie ! Et puis quelque temps plus tard, il vous demande si elle peut dormir à la maison.... sous entendu, dans le même lit que lui. Comment se situer et que répondre en tant que parent ? Faut-il l'autoriser ou bien l'interdire ?

Accueillir le copain ou la copine, il vaut mieux y réfléchir avant...

Quand vous recevez la question sans y avoir jamais pensé, vous pouvez rester muet. Ou répondre " heu oui ", ou bien " heu non " ! L'idéal serait d'avoir réfléchi à cette question afin d'y être préparé. Si ce n'est pas le cas, pas de panique. Vous n'êtes pas obligé de répondre à brûle-pourpoint. Vous pouvez temporiser en disant : " Je ne sais pas quoi te répondre, nous allons en parler et je te donne notre réponse ". Le nous a ici une importance, celle de donner la place à l'autre parent qui n'est pas là pour répondre. Il vaut mieux être d'accord entre parents pour présenter un front uni.

Pourquoi peut-on avoir envie de répondre oui ?

La curiosité peut être un élément qui compte. En tant que parent, on peut être intrigué, avoir envie de connaître la personne qui fait vibrer le coeur de notre ado. Mais est-ce une bonne curiosité ? Pas si sûr...

D'autre part, on sait aujourd'hui que la moyenne d'âge des premières relations sexuelles est de 17 ans et demi, et c'est une réalité. Pourquoi fermer les yeux à ce qui existe ? Accepter que les jeunes aient une vie sexuelle, n'est-ce pas faire preuve de lucidité ?

Les parents peuvent aussi penser que vivre le début de sa vie sexuelle dans un environnement sécurisé sera plus sain. Les jeunes pourront l'organiser tranquillement. Et l'interdiction pourrait peut-être entraîner des rapports sexuels vécus ailleurs sur l'impulsion du moment, c'est-à-dire parfois des actes inconsidérés. S'ils avaient des relations sexuelles n'importe où, n'importe quand, avec n'importe qui, en ayant bu ou fumé, donc sans se protéger ? Ce pourrait être grave.

Ajoutons encore que la conjoncture fait que certains jeunes restent chez leurs parents faute de moyens financiers pour s'offrir un logement décent. Refuser la petite copine à 14 ans, cela se comprend, mais à 18 ans, et 23 ans... Comment leur refuser de vivre leur vie ?

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 12 Juillet 2010 : 02h00
A lire aussi
Au secours, mes parents sont sur Facebook ! Publié le 09/09/2011 - 12h08

Les adolescents, puis les jeunes adultes composaient la majorité des inscrits sur Facebook. Oui mais voilà que les plus âgés s'y mettent aussi. Les plus de 50 ans sont dorénavant les plus nombreux à s'inscrire sur Facebook. Pourquoi ? Parce que les jeunes y sont déjà tous... Cet...

Enfants et grands-parents, des liens à réinventer Publié le 17/07/2010 - 00h00

Avec les vacances d'été, nombre d'enfants vont retrouver leurs grands-parents pour passer avec eux des moments mémorables. En quoi ces liens sont-ils si importants dans la construction de l'enfant ? Le point de vue de Maryse Vaillant, psychologue clinicienne, qui vient de publier " Au bonheur des...

Parentalité tardive : un effet de mode inconscient ? Publié le 05/05/2011 - 12h36

Johnny Hallyday, Elton John, Polnareff… À l’âge où ils devraient être grands-parents, certain(e)s profitent des progrès de la médecine (AMP pour les femmes, médicaments contre les troubles de l'érection et insémination artificielle pour les hommes) pour devenir mères ou pères à 65 ou...

Divorce : comment protéger vos enfants... Publié le 04/05/2009 - 00h00

L'actualité récente a mis en lumière, avec une série de procès autour d'enlèvements d'enfants, le climat passionnel des séparations très conflictuelles et les dangers qui en résultent pour l'enfant. Si nul ne peut assurer être à l'abri d'un divorce, au moins peut-on envisager, à l'heure...

Plus d'articles