Il souffre d’une accumulation de liquide autour du cœur après un accident de bricolage

Publié par Audrey Vaugrente, journaliste santé le Jeudi 01 Mars 2018 : 13h10

Les pistolets à clous sont dangereux, on le sait. Un Américain en a fait la douloureuse expérience : un clou s'est planté près de son cœur, provoquant une accumulation de liquide.

© Istock

Les pistolets à clous, il faut savoir les manier avec précaution. Et les professionnels du bâtiment ne sont pas épargnés par ce conseil. L'un d'entre eux l'a appris à ses dépens, signale une équipe de l'école de médecine Homer-Stryker à Kalamazoo (Etats-Unis).

L'homme de 32 ans qui fait l'objet de ce rapport, publié dans le BMJ Case Reports, est un véritable miraculé. Alors qu'il travaille sur un atelier de charpenterie, il perd le contrôle de son pistolet à clous pneumatique. Un clou de plus de 8 centimètres se plante alors dans sa poitrine, du côté droit.

Malgré le choc, l'imprudent retire le clou et continue son ouvrage. Avant de s'arrêter et de se rendre aux urgences. Victime de nausées, il ressent une sensation de brûlure dans la poitrine.

Après plusieurs examens, le couperet tombe. Le patient souffre d'une péricardite aigue, directement liée à l'accident. Celle-ci s'accompagne d'un épanchement de liquide au niveau du péricarde, le "sac" qui contient le cœur et la base de l'aorte et de l'artère pulmonaire.

Un cas unique au monde

PUB

Et pourtant, le charpentier est chanceux. La blessure qu'il s'est infligée est mortelle dans un cas sur quatre. Le reste du temps, une opération est nécessaire pour poser des drains et retirer le clou.

Le jeune homme n'a pas eu besoin de tout cela. Hospitalisé en soins intensifs, il n'a pris qu'un traitement, l'indométacine (Indocid®). Cet anti-inflammatoire évite la survenue d'un syndrome de Dressler.

Cette péricardite provoque des douleurs thoraciques, une fièvre et une augmentation des globules blancs. Le médicament permet d'accélérer la guérison du patient, mais aussi de prévenir cette pathologie. De fait, trois mois plus tard, l'homme se portait bien.

Les médecins qui ont pris en charge ce chanceux précisent qu'il est, à ce jour, le seul patient n'ayant pas eu besoin d'une chirurgie. Un cas précédent, rapporté en mars 2017, s'est en effet soldé par la pose de deux drains.

Un élément a favorisé ce petit miracle. En effet, le clou s'est planté dans la partie droite de la poitrine, limitant les risques de complications. Le myocarde n'a donc pas été touché.

A lire aussi
Le prix du plaisirPublié le 21/06/2005 - 00h00

Depuis quelques années, il existe des médicaments à visée sexologique, en particulier des facilitateurs de l'érection. Il ne s'agit pas vraiment de soigner une maladie, mais d'y pallier ou d'aider à lever des blocages entraînés par une anxiété paralysante. Mais quel prix un homme est-il...

Plus d'articles