Hypocondriaque : malade imaginaire, angoisse réelle...

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 05 Novembre 2007 : 01h00
Mis à jour le Mardi 22 Avril 2014 : 10h54
-A +A
L'hypochondrie est la conviction intime qu'ont certaines personnes de souffrir d'une maladie, alors que la médecine est incapable de découvrir quoi que ce soit. Molière appelait cela le « malade imaginaire ». Alors, si la maladie est imaginaire, pourquoi est-ce si difficile à vivre ?

L'hypocondriaque vit dans la peur

C'est que si la maladie est imaginaire, l'angoisse, elle, est bien présente et elle est très forte.

L'hypocondriaque a peur

Peur d'en être au début d'une maladie grave, avant même qu'il ne soit possible de la détecter, peur que le médecin soit incompétent et ne la diagnostique pas, peur qu'on s'aperçoive trop tard que oui, c'était grave, peur que chaque petit signe soit le témoin que la maladie grave est là.

Un mal de tête : et si c'était un anévrisme qui allait se rompre ? Ou une tumeur cérébrale ?

Une douleur dans la poitrine ? Et si c'était un infarctus ? Ou même un cancer du poumon ?

L'entourage d'un hypocondriaque est usé par l'angoisse de l'autre

Vivre avec une personne angoissée, c'est usant. Et ce qui est usant, c'est que l'angoisse, l'anxiété, comme tous ces sentiments, ne sont jamais logiques, ni raisonnables.

C'est une angoisse disproportionnée quand on la met en face des symptômes.

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 05 Novembre 2007 : 01h00
Mis à jour le Mardi 22 Avril 2014 : 10h54
A lire aussi
Les hypochondriaques, des malades imaginaires ? Publié le 19/02/2003 - 00h00

Si vous êtes en permanence inquiet pour votre santé, si à la moindre blessure, vous imaginez que la gangrène vous guette, si vous consultez de nombreux médecins, tous incapables de vous rassurer et pire encore qui vous disent « vous n'avez rien ! », il est fort possible que vous soyez...

Vous n'avez rien... Publié le 06/09/2005 - 00h00

« Madame (ou monsieur), vous n'avez rien ! » Cette phrase est assez souvent entendue chez le médecin, quand, suite à un bilan, ce médecin ne découvre rien d'anormal. Mais cette phrase n'est pas toujours bien reçue !

Entre inconscience et anxiété Publié le 15/02/2005 - 00h00

Adeline s'inquiète dès que son fils de onze ans part seul à l'école en bicyclette. Clothilde, elle, ne s'inquiète jamais et laisse même le sien se déplacer sur son vélo sans lumière, en vêtements sombres, alors qu'il fait nuit à l'heure où il rentre…

Vivre sa séropositivité aujourd'hui Publié le 25/10/2013 - 14h27

Comment annoncer sa séropositivité à ses proches et en particulier à son partenaire ? Comment aimer, faire l’amour, fonder une famille sans craindre de transmettre le virus ? Bref peut-on vivre harmonieusement au quotidien avec le VIH ?

Plus d'articles