pomme
Portrait de cgelitti
Bonjour.

Je suis inquiète car ce matin, en se levant, mon mari m'a avoué qu'il ne voulait plus continuer la FIV, qu'en fait, il n'a jamais voulu d'enfants et que ça ne "l'intéressait pas". Ma vie s'écroule complètement. Je ne sais plus quoi penser. Ca a toujours été mon rêve d'avoir des enfants.

J'ai 35 ans. Que vais-je faire ? En ce moment, je suis sonnée par cette nouvelle mais je lui ai dit de réfléchir maintenant à notre avenir ensemble.

Quand on s'est rencontré, je lui ai dit dès le départ que je souhaitais plus que tout au monde avoir des enfants. Il m'a répondu tout de suite que lui aussi.

Il m'a menti. J'ai essayé de lui parler, de lui dire que ça aller marcher, qu'on aller y arriver. Mais je me rends compte que ce n'est pas que la FIV qui le bloque, c'est qu'il n'a vraiment pas envie d'avoir d'enfants.

Au secour !

Quand je vous lis, j'ai l'impression que vos maris ont tj voulu autant que vous un enfant. Est-ce que je me trompe ?

Merci.

Nathalie
Portrait de cgelitti
Merci beaucoup pour vos réponses. Ce soir, je vais essayer de lui parler, calmement.
C'est notre 1ère tentative FIV ICSI. Tout est prêt. Les examens sont terminés. J'ai rendez-vous demain pour mettre au point le traitement. Seule bien sur, mon mari travaille (moi aussi mais je prends des congés pour bien m'en occuper).
Je pense qu'au départ, il voulait avoir des enfants (plutôt 1 seul) mais naturellement. Après, il s'est rendu compte qu'on était très bien tous les 2, sans enfants. Et les rendez-vous chez le gynéco l'ont de plus en plus agacé. Il a fait 3 spermogrammes et ne veut plus en refaire. Hélas, le centre PMA voudrait qu'il en refasse un avant la FIV. Et demain, je vais essayer de les convaincre que ce n'est pas la peine !!!! C'est beau les rêves !!! Ils vont se demander si l'on souhaite vraiment avoir un enfant. Et le jour du reccueil de sperme pour le transfert... Je n'ose même pas y penser. Ce matin, j'en ai parlé à mon mari et il m'a dit "NON". M.... J'en ai marre. En plus, c'est lui qui a un problème. POur moi, ça va. Il m'a sorti ce matin qu'à 40 ans (il les as eu il y a qq jours), il n'avait plus envie d'avoir un enfant (je l'attendais celle là !!). Que s'il avait voulu, il en aurait eu avant (sympa !). Et je lui ai répondu qu'avec ces problèmes de spermatozoïdes vivants, il n'en aurait jamais eu (je sais bien que plus jeune, il aurait peut-etre pu, mais j'ai voulu semer la confusion dans son esprit, le culpabiliser un peu).
Merci encore
cecile
Portrait de cgelitti
Nathalie,
ton message m'a beaucoup touché. Je n'ai pas de solution a te donner, juste parler de mon experience.
Je crois que la fiv, avec ses ribambelles d'examens, d'attente et de deceptions met les couples a rudes epreuves.
Et pendant toute la durée, il y a des hauts et il y a des bas. Des fois pour l'un, des fois pour l'autre.
Des fois on dit des choses mechantes que l'on ne pense pas. Des fois on capitule...
Pour notre part (icsi), nous avons toujours fait bloc face aux traitements. Mais malgré cela, nous avons souhaité rencontrer un psychologue de l'equipe de PMA.

Elle te rappelle que le principal c'est d'en parler tout les deux, d'echanger ce que chacun ressent, de comprendre l'autre. Le traitment te met dans une marginalisation sociale qui est difficile a gerer et qui peut reveler les points faibles d'un couple.
Essayer de discuter, aller voir un psy.
Ouvrez vous d'autres horizons, don de sperme, adoption.

La vie est belle mais pas parfaite.
bon courage pour la prochaine discussion.

bises,

cecile
pomme
Portrait de cgelitti
Bonjour Nathalie

Les hommes ne ressentent pas comme nous le désir d'avoir un enfant. Nous, c'est tout notre corps qui attend cet événement. Cela fait partie de notre sexualité. Pour eux, c'est bien plus abstrait. Ce qu'il n'empêche qu'ils peuvent avoir très fort l'envie d'être parent.

Le problème avec la fiv, c'est qu'il faut être vraiment très motivé pour avoir cet enfant, donc en être sûr.
Pour les couples qui n'ont pas de problèmes d'infertilité, je pense que c'est beaucoup plus simple. Souvent, lorsque la femme arrête la pilule, c'est d'un commun accord et on se dit, on verra bien quand ça arrivera. C'est-à-dire qu'il suffit de laisser faire les choses et quand ça arrive on est un peu mis devant le fait accompli. L'homme n'a pas besoin de se poser des tonnes de questions pour concevoir l'enfant. A la limte, c'est quand sa compagne est enceinte qu'il se rend compte. Du coup, il est obligé d'aller de l'avant et de s'y faire, même s'il a encore des doutes.

Pour une fiv, il faut déjà être sûr, s'être déjà posé des tas de questions et vouloir absolument cet enfant.
On ne fait pas une fiv comme ça, sans motivation.
Alors peut-être qu'à force, vu la lourdeur des ttts, l'homme considère que c'est beaucoup trop lourd pour un résultat qui n'est peut-être pas ce qu'il souhaitait vraiment. Disons que ça le fait douter encore plus sur l'envie d'avoir un enfant.

Mais chaque cas est différent.

Par contre, crois-tu vraiment que ton mari t'a menti au début de votre relation ?
Peut-être qu'il te ment à présent et qu'il se ment aussi à lui-même en essayant de se persuder qu'il ne veut pas cet enfant car le parcours pour y arriver est trop difficile.
Peut-être avait-il réellement envie d'avoir des enfants avec toi avant l'infertilité.
Peut-être qu'il se protège en se persuadant qu'il ne veut pas avoir d'enfant car vous ne "pouvez" en avoir.

Pourquoi avez-vous recours à la fiv ?

Si l'infertilité vient de lui, peut-être qu'il culpabilise beaucoup et que c'est trop dur à supporter pour lui.

Essaye d'avoir une autre conversation avec lui pour tirer tout ça au clair et savoir exactement pourquoi il ne souhaite pas d'enfant.
Il vit peut-être aussi une période de doute. Laisse lui un peu de temps.

Vous en êtes où dans votre parcours ?

Bon courage et reviens donner de tes nouvelles.

Pomme
essai bébé depuis 3 ans,
en attente 2e fiv-icsi,
infertlité mixte
virg73
Portrait de cgelitti
bonjour nathalie ,
    Si vraiment tu es persuadée qu'il se complait dans son choix , tu ne dois pas te sacrifier ; mais tu es LA seule juge de ton avenir , et peut on reprocher à une femme de tout tenter pour avoir un enfant ?? Je ne pense pas ou bien les juges ne comprennent rie !!
VIS TA VIE COMME TU L4ENTENDS ET FAIS DES TAS DE BEBES !! AMITIES !!
pomme
Portrait de cgelitti
Nathalie

Nous aussi, au début de notre parcours d'AMP ça n'a pas été facile pour notre couple.
J'avais l'impression que mon mari s'en fichait complètement, qu'il ne voulait pas vraiment d'enfant.
Il me disait que si on en avait c'était bien, si on n'en avait pas c'était bien aussi.
Coome toi, dès que je parlais de mes RV chez le gynéco ça l'agaçait, donc difficile d'en parler.

Notre 1er RV au centre d'AMP s'est mal passé. Mon mari s'est braqué face à ce médecin qui lui répétait (4 fois) d'arrêter de fumer.
Ensuite il devait voir un urologue pour faire un examen par voie endorectale (je sais pas si ça se dit comme ça) et refaire des spermogrammes.
Il m'a dit qu'il ne ferait pas ces examens, qu'il en avait marre de tout ça (nous n'étions qu'au début !). Bref, très dur à gérer, j'étais effondrée et je n'avais personne à qui en parler.
Je crois que je me suis jamais sentie aussi seule de ma vie, je pleurais souvent en cachette, j'étais désespérée.

Et puis j'ai pris énormément sur moi pour arriver à me rapprocher de mon mari et nous avons pu échanger sur le sujet. Il était d'accord pour faire les examens et tenter d'avoir cet enfant.
Parallèlement à ça, mon médecin du centre m'a recommandé de rencontrer la psy avant de commencer le ttt. C'était la 1ere fois que j'en voyais une. Je me suis effondrée pendant pratiquement tout l'entretien. Elle m'a dit que je portais beaucoup trop de choses toute seule et qu'il fallait que je parle avec mon mari. Je suis sortie en pleurs. Idem en rentrant le soir chez moi, je me suis remise à pleurer, nous avons enfin pu discuter mon mari et moi, de ce qu'on ressentait chacun face à notre infertilité (moi OPK, lui asthéno-terastospermie). On a chacun vidé son sac.
Cette journée-là a été difficile mais elle a été aussi une véritable délivrance.

Depuis, on est de plus en plus proches et on souhaite tous les 2 très fort avoir cet enfant. Nous avons aussi parlé d'adoption et nous sommes tombés d'accord.
Cet enfant est un projet qui nous tient vraiment à coeur. Ca fait 10 ans qu'on est ensemble et on se rend bien compte qu'il manque quelqu'un. Mais si nous n'arrivons pas à le concrétiser, on continuera à avancer et à profiter de la vie tous les deux.
Ce sera bien sûr très difficile de faire le deuil de cet enfant. Surtout pour moi, car j'ai vraiment ce désir très fort en moi.

Ton mari me fait penser au mien au début du ttt.
Il rejète tout en bloc car il est très en colère. Je pense que pour lui, l'idée de ne pas pouvoir procréer doit être très difficile à supporter.
Mais Cécile a bien résumé la situation et comme elle dit, il faut discuter et le psy de votre centre d'AMP est là pour vous y aider.

Je te souhaite bon courage pour "débloquer" tout ça.

Reviens-nous donner des nouvelles.
Sujet vérouillé