L'homme à l'approche de la cinquantaine : comment anticiper la crise ?

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 13 Février 2006 : 01h00
Mis à jour le Lundi 26 Octobre 2015 : 11h22
-A +A
La crise du milieu de la vie survient entre 45 et 55 ans. Elle correspond à la fois à un bilan et aussi à une remise en cause profonde de notre mode de vie. Quels sont, chez les hommes, les indices précurseurs d'une crise importante ?

4 facteurs de crise de la cinquantaine

Il semble exister des conditions nécessaires et suffisantes à l'émergence de la crise du milieu de la vie.

Quatre conditions principales ont ainsi pu être répertoriées :

  • la difficulté à établir une priorité dans ses valeurs,
  • l'orientation vers le passé supérieure à l’orientation vers le futur et le manque de buts dans l'avenir,
  • une sensation d'oppression par le temps,
  • une introversion et un manque d'ouverture face aux expériences nouvelles.

Quel est l'intérêt de connaître ces facteurs qui semblent favoriser une crise profonde ?

Connaître les facteurs à l’origine d’une crise de la cinquantaine, cela permet d'anticiper cette crise. Personne n'échappe à des remises en causes profondes. À 50 ans environ, on se pose forcément un jour ou l'autre quelques questions simples et essentielles : qu'ai-je fait de ma vie jusqu'ici ? En suis-je satisfait ? Qu'est-ce que je veux faire du temps qui me reste ? Ai-je des choses à changer pour que ma vie soit en accord avec ce que je veux vraiment ? Comment faire pour que ma vie soit réussie ? Dois-je changer certaines choses ?

Ces questions entraînent ou non des changements visibles. Certaines personnes semblent ne rien changer, peut-être parce qu'elles se posaient ces questions depuis bien longtemps déjà, et qu'elles y avaient déjà répondu et ont agi en conséquence ! D'autres se les posent brusquement et les réponses sont plutôt agréables : oui leur vie est en accord avec leurs désirs, leurs rêves. Pour d'autres hommes, c'est le contraire, et ils réalisent que leur vie n'est pas telle qu'ils la rêvent, voire même à l'opposé. C'est alors le temps de grands changements et des grosses crises.

An-ti-ci-pez la crise !

Pour que la crise soit moins forte, pour ne pas laisser s'installer un gouffre entre nos aspirations et notre réalité, les quatre conditions sont à regarder de près.

  • Pensez à établir une priorité dans vos valeurs : si votre famille est votre priorité, trouvez-vous normal de ne lui consacrer qu'un temps très limité et de favoriser votre travail ?
  • Pensez au futur : avez-vous des buts, des projets qui vous transportent agréablement dans l'avenir, qui vous donnent envie de vous dépasser ?
  • Profitez du temps qui est devant vous : sentez-vous que vous utilisez le temps qui passe comme un ami et non comme un ennemi contre lequel il faudrait lutter ?
  • Restez curieux : avez-vous envie d'apprendre, de découvrir des expériences nouvelles, des personnes nouvelles ?

Si vous fonctionnez déjà assez naturellement de cette manière, votre crise surviendra, mais restera une remise en cause associée à une adaptation sans révolution. Attention, ce type de crise ou de remise en cause peut tout de même durer plusieurs mois. Il ne s’agit pas d’une crise de quelques minutes, ou de quelques jours mais d’une réflexion profonde sur l’aménagement et la réussite de sa vie. Même chez un homme pour lequel la crise de la cinquantaine se passe bien, cela peut prendre du temps si l’on réfléchit en profondeur.

Si au contraire, vous présentez les quatre conditions de la crise, vous risquez de passer par des moments de crise de forte intensité, voire de révolution de vie ! Sachez prendre le temps de réfléchir et aussi de prendre les décisions de changement. Après tout, cela fait 50 ans que vous êtes sur terre, vous pouvez prendre plusieurs mois pour choisir votre cap plus tranquillement

Et si ces facteurs de crise ont été étudiés chez l'homme et non chez la femme, il est fort possible que ces données soient cependant tout à fait transposables !

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 13 Février 2006 : 01h00
Mis à jour le Lundi 26 Octobre 2015 : 11h22
Source : D'après le livre de Françoise Millet-Bartoli, " La crise du milieu de la vie " aux éditions Odile Jacob.
A lire aussi
Migraine Publié le 06/09/2001 - 00h00

On distingue deux sous-groupes de maux de tête : les maux de tête primaires (céphalées primaires) et maux de tête secondaires (céphalées secondaires).Les maux de tête primaires sont le résultat de problèmes biologiques du cerveau, tandis que les maux de tête secondaires accompagnent une...

Stress Publié le 31/05/2001 - 00h00

Le stress exprime l'état réactionnel d'un organisme soumis à l'action d'un excitant ou d'une pression quelconque. Il est le plus souvent une réaction nerveuse ou psychologique à une émotion désagréable et intense.Le stress peut parfois être utile, en mobilisant les énergies et les efforts...

Plus d'articles