Hemi-daonil

Vous consultez la fiche Hemi-daonil sous la présentation suivante : 2,5 mg Comprimé sécable Boîte de 180.

Consultez les autres présentations de Hemi-daonil :

Classe thérapeutique : Métabolisme et nutrition

Composition : Glibenclamide

Présentation : 2,5 mg Comprimé sécable Boîte de 180

Laboratoire : Sanofi-aventis France

Prix : 8.96 €

Statut : Retiré de la vente le 17/07/2012

Remboursement : 65%

Indications Hemi-daonil

 

Diabète non insulino-dépendant, en association au régime adapté, lorsque ce régime n'est pas suffisant pour rétablir à lui seul l'équilibre glycémique.

 

Posologie Hemi-daonil

 

RESERVE A L'ADULTE.

 

Comme pour tout agent hypoglycémiant, les posologies doivent être adaptées à chaque cas particulier.

 

En cas de déséquilibre glycémique transitoire, une courte période d'administration du produit peut être suffisante, chez un patient habituellement bien équilibré par le régime.

 

Sujet de moins de 65 ans

 

Dose initiale

La dose initiale recommandée est de ½ comprimé par jour, administrée avant le petit déjeuner.

  Paliers

Les ajustements de posologie se font habituellement par paliers de ½ comprimé en fonction de la réponse glycémique en répartissant les doses avant les 2 ou 3 principaux repas. Plusieurs jours au moins doivent séparer chaque palier de dose.

  Traitement d'entretien

La posologie maximale est de 15 mg de glibenclamide

Si nécessaire, le relais peut être pris par DAONIL 5 mg.

 

Sujets à risques

 

Sujet âgé de plus de 65 ans

·         Débuter le traitement par 1 comprimé de DAONIL faible 1,25 mg une fois par jour.

·         Cette dose pourra être progressivement augmentée jusqu'à équilibre glycémique satisfaisant du patient, en respectant des paliers de 7 jours minimum et sous surveillance glycémique étroite.

 

Chez les autres patients à risque

·         Chez le patient dénutri ou présentant une altération marquée de l'état général, ou dont la ration calorique est irrégulière et chez les patients présentant une insuffisance rénale ou hépatique, le traitement doit être instauré à la dose la plus faible et les paliers posologiques doivent être scrupuleusement respectés, de façon à éviter les réactions hypoglycémiques (voir rubrique  Mises en garde et précautions d'emploi).

 

Chez les patients recevant d'autres hypoglycémiants oraux

·         Comme pour tout sulfamide hypoglycémiant, ce médicament peut prendre le relais d'un traitement antidiabétique sans période de transition. Lors du passage d'un sulfamide hypoglycémiant à demi-vie plus longue (comme le chlorpropamide) à ce médicament, les patients seront attentivement suivis (pendant plusieurs semaines) afin d'éviter la survenue d'une hypoglycémie, en raison de la possibilité de chevauchement des effets thérapeutiques.

 

Contre-indications Hemi-daonil

 

Ce médicament est contre-indiqué en cas:

·         d'hypersensibilité au glibenclamide, à d'autres sulfonylurées ou sulfonamides ou à l'un des excipients utilisés,

·         de diabète insulino-dépendant, en particulier diabète juvénile, diabète acido-cétosique, pré-coma diabétique,

·         d'insuffisance rénale ou hépatique sévère,

·         de porphyries,

·         de traitement par miconazole (voir rubrique Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions),

·         d'allaitement.

 

Interactions Hemi-daonil

Association contre-indiquée

1) Le produit suivant est susceptible de majorer l'effet hypoglycémiant :

+ Miconazole (voie générale, gel buccal) :

Augmentation de l'effet hypoglycémiant avec survenue possible de manifestations hypoglycémiques, voire de coma.

Associations déconseillées

1) Les produits suivants sont susceptibles de majorer l'effet hypoglycémiant :

+ Phénylbutazone :

Pour toutes les formes de phénylbutazone, y compris locales: augmentation de l'effet hypoglycémiant des sulfamides par diminution de leur métabolisme hépatique.

Utiliser de préférence un autre anti-inflammatoire moins interactif ; sinon, prévenir le patient et renforcer l'autosurveillance glycémique ; adapter éventuellement la posologie pendant le traitement par l'anti-inflammatoire et après son arrêt.

+ Alcool :

Effet antabuse (chaleur, rougeurs, vomissement, tachycardie). Augmentation de la réaction hypoglycémique (inhibition de réactions de compensation), pouvant faciliter la survenue de coma hypoglycémique.

Eviter la prise de boissons alcoolisées et de médicaments contenant de l'alcool.

2) Le produit suivant risque d'entraîner une augmentation de la glycémie :

+ Danazol :

Effet diabétogène du danazol.

Si l'association ne peut être évitée, prévenir le patient et renforcer l'auto-surveillance glycémique et urinaire. Adapter éventuellement la posologie de l'antidiabétique pendant le traitement par le danazol et après son arrêt.

Associations nécessitant des précautions d'emploi

1) Les produits suivants sont susceptibles de majorer l'effet hypoglycémiant :

+ Bêtabloquants (sauf esmolol) :

Tous les bêtabloquants peuvent masquer certains symptômes de l'hypoglycémie: les palpitations et la tachycardie. La plupart des bêtabloquants non cardio-sélectifs augmentent l'incidence et la sévérité de l'hypoglycémie.

Prévenir le patient et renforcer, surtout en début de traitement, l'autosurveillance glycémique.

+ Fluconazole :

Augmentation du temps de demi-vie du sulfamide avec survenue possible de manifestations hypoglycémiques.

Prévenir le patient, renforcer l'autosurveillance glycémique et adapter éventuellement la posologie du sulfamide pendant le traitement par le fluconazole.

+ Inhibiteurs de l'enzyme de conversion :

L'utilisation des inhibiteurs de l'enzyme de conversion peut entraîner une majoration de l'effet hypoglycémiant chez le diabétique traité par les sulfamides hypoglycémiants.

La survenue de malaises hypoglycémiques semble exceptionnelle. Une hypothèse avancée serait une amélioration de la tolérance au glucose qui aurait pour conséquence une réduction des besoins en insuline. Renforcer l'auto-surveillance glycémique.

+ Clarithromycine, érythromycine :

Risque d'hypoglycémie par augmentation de l'absorption et des concentrations plasmatiques de l'antidiabétique.

Prévenir le patient, renforcer l'autosurveillance glycémique et adapter éventuellement la posologie du sulfamide hypoglycémiant pendant le traitement par la clarithromycine (ou l'érythromycine).

2) Les produits suivants risquent d'entraîner une augmentation de la glycémie :

+ Chlorpromazine (neuroleptiques) :

A fortes posologies (> 100 mg par jour de chlorpromazine), élévation de la glycémie (diminution de la libération d'insuline).

Prévenir le patient et renforcer l'auto-surveillance glycémique. Adapter éventuellement la posologie de l'antidiabétique pendant le traitement par le neuroleptique et après son arrêt.

+ Glucocorticoïdes (sauf hydrocortisone en traitement substitutif) :

(Voies générale et locale: intra-articulaire, cutanée et lavement rectal) et tétracosactide: Elévation de la glycémie avec parfois acido-cétose (diminution de la tolérance aux glucides par les corticoïdes).

Prévenir le patient et renforcer l'auto-surveillance glycémique, surtout en début de traitement. Adapter éventuellement la posologie de l'antidiabétique pendant le traitement par les corticoïdes et après son arrêt.

+ Bêta-2 mimétiques (Ritodrine, salbutamol, terbutaline) : (voie I.V.).

Elévation de la glycémie par les bêta-2 stimulants.

Renforcer la surveillance sanguine et urinaire. Passer éventuellement à l'insuline.

3) Autres interactions :

+ Bosentan :

Risque de moindre efficacité du glibenclamide par diminution de ses concentrations plasmatiques, en raison de l'effet inducteur du bosentan. Par ailleurs, des cas d'hépatotoxicité ont été rapportés lors de l'association.

Surveillance de la glycémie, adaptation du traitement si besoin, et surveillance des constantes biologiques hépatiques.

+ Analogues de la somatostatine :

Risque d'hypoglycémie ou d'hyperglycémie: diminution ou augmentation des besoins en sulfamides hypoglycémiants, par exemple diminution de la sécrétion de glucagon endogène.

Renforcer l'autosurveillance glycémique et adapter si besoin la posologie du sulfamide hypoglycémiant pendant le traitement par l'octréotide ou la lanréotide.

+ Colesevelam :

L'administration concomitante de colesevelam et de glibenclamide a entraîné une diminution de l'AUC0-inf et de la Cmax du glibenclamide de 32 % et de 47%, respectivement.

Aucune interaction n'a été observée lorsque le colesevelam était administré quatre heures après le glibenclamide. 

En conséquence, le glibenclamide doit être pris au moins 4 heures avant le colesevelam.

Précautions d'emploi Hemi-daonil

Mises en garde spéciales

Ce médicament contient du lactose. Son utilisation est déconseillée chez les patients présentant une intolérance au galactose, un déficit en lactase de lapp ou un syndrome de malabsorption du glucose ou du galactose (maladies héréditaires rares).

Chez les sujets porteurs d'un déficit enzymatique en G6PD, des cas d'hémolyse aiguë ont été rapportés avec le glibenclamide. Sa prescription n'est donc pas recommandée chez ces patients, et le recours à une alternative thérapeutique, si elle existe, est fortement recommandée. En l'absence d'alternative, la décision doit prendre en compte pour chaque patient, le danger d'hémolyse et le bénéfice potentiel attendu du traitement. Si la prescription de ce médicament est nécessaire, la survenue d'une hémolyse éventuelle sera dépistée.

Hypoglycémies : Des hypoglycémies peuvent survenir sous sulfamides hypoglycémiants. Certaines peuvent être sévères et prolongées. Une hospitalisation peut alors s'avérer nécessaire et le resucrage doit être éventuellement poursuivi sur plusieurs jours.

Ces hypoglycémies sont le résultat de l'action hypoglycémiante du glibenclamide et surviennent lorsque les doses de glibenclamide ne sont pas adaptées à l'état métabolique du patient (régime alimentaire, exercice physique et autres facteurs qui influencent le métabolisme).

De plus, des signes de contre-régulation adrénergique peuvent être observés : sueurs, peau moite, anxiété, tachycardie, hypertension, palpitations, angine de poitrine et arythmie cardiaque.

Le tableau clinique d'un malaise hypoglycémique sévère peut ressembler à un accident vasculaire cérébral.

Les symptômes disparaissent en général après absorption d'hydrates de carbone (sucre) ou quand l'hypoglycémie est corrigée.

Une sélection soigneuse du patient, de la posologie utilisée ainsi qu'une information adéquate du patient sont nécessaires si l'on veut éviter des épisodes d'hypoglycémie.

Les patients âgés, dénutris ou présentant une altération de l'état général, de même que les patients présentant une insuffisance surrénalienne ou un hypopituitarisme, sont particulièrement sensibles à l'action hypoglycémiante des antidiabétiques.

L'hypoglycémie peut être difficile à reconnaître chez le sujet âgé et chez le patient sous traitement par bêta-bloquants.

Ce médicament est généralement déconseillé en association avec la phénylbutazone et le danazol (voir rubrique Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions.)

Ce traitement ne sera prescrit que si le patient est susceptible de s'alimenter régulièrement (notamment de prendre un petit déjeuner). Il est important de prendre des hydrates de carbone régulièrement en raison de l'augmentation du risque de survenue d'hypoglycémie, en cas de repas pris tardivement ou d'alimentation insuffisante ou déséquilibrée en hydrates de carbone.

L'hypoglycémie est davantage susceptible de survenir en période de régime hypocalorique, après un effort important ou prolongé, après ingestion d'alcool, ou lors de l'administration d'une association d'agents hypoglycémiants.

Une insuffisance rénale ou hépatique peut altérer la distribution du glibenclamide et l'insuffisance hépatique peut également diminuer la capacité de néoglycogenèse, ces deux effets augmentant le risque de survenue de réactions hypoglycémiques graves.

Déséquilibre glycémique : l'équilibre glycémique d'un patient bénéficiant d'un traitement antidiabétique peut être menacé en cas de survenue des évènements suivants : fièvre, traumatisme, infection ou intervention chirurgicale. Dans ce cas, il peut être nécessaire d'arrêter le traitement et d'administrer de l'insuline.

L'efficacité de tout hypoglycémiant oral, y compris le glibenclamide, pour abaisser la glycémie au niveau souhaité, diminue au long cours chez certains patients, ce qui peut être dû à une progression de la sévérité du diabète, ou à une diminution de la réponse au traitement. Ce phénomène est connu sous le nom d'échec secondaire et doit être distingué de l'échec primaire, où le médicament s'avère inefficace lorsqu'il est prescrit en première intention à un patient donné. Une adaptation adéquate de la dose et l'observation du régime alimentaire doivent être envisagées avant de classer un patient comme échec secondaire.

Analyses biologiques : la glycémie et la glycosurie doivent être surveillées périodiquement. La mesure du taux d'hémoglobine glycosylée peut s'avérer utile.

Insuffisance rénale et hépatique : la pharmacocinétique et/ou pharmacodynamie du glibenclamide peut être modifiée chez les patients présentant une insuffisance rénale ou hépatique. En cas de survenue d'une hypoglycémie chez ces patients, celle-ci risquant d'être prolongée, une prise en charge appropriée doit être instituée.

Information du patient :

Les risques d'hypoglycémie, ses symptômes et son traitement, ainsi que les conditions qui y prédisposent, doivent être expliqués au patient et à sa famille. Les échecs thérapeutiques primaire et secondaire doivent également être expliqués (voir ci-dessus « déséquilibre glycémique »).

Le patient doit être informé des risques potentiels, des avantages de ce traitement et des autres types de traitement. Il doit être informé de l'importance qu'il y a à respecter le régime alimentaire, à suivre un programme d'exercice physique régulier et à surveiller régulièrement la glycosurie et /ou la glycémie.

Effets secondaires Hemi-daonil

Troubles du métabolisme et de la nutrition

·         Hypoglycémie : (voir rubriques Mises en garde et précautions d'emploi et Surdosage). Ces hypoglycémies peuvent être prolongées et sévères et ne sont pas toujours faciles à corriger.

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

·         Eruptions cutanéo-muqueuses : prurit, urticaire, éruption maculo-papuleuse.

·         Quelques cas de photosensibilisation ont été rapportés.

Atteintes du système immunitaire

·         Manifestations d' d'hypersensibilité à type de bronchospasme, hypotension voire choc.

Affections gastro-intestinales

·         Nausées, diarrhées, gêne épigastrique.

Affections hépatobiliaires

·         Atteintes hépatiques : une augmentation des enzymes hépatiques a été notée avec la possibilité de survenue d'hépatites cytolytique ou cholestatique nécessitant l'arrêt du traitement.

Ces atteintes peuvent évoluer vers l'insuffisance hépatique mettant en jeu le pronostic vital.

Affections hématologiques et du système lymphatique

Atteintes hématologiques généralement réversibles à l'arrêt du traitement :

·         Hyperéosinophilie, leucopénie, thrombocytopénie modérée ou sévère pouvant se manifester par un purpura.

·         Plus rarement : agranulocytose, anémie hémolytique, aplasie médullaire et pancytopénie.

Investigations

·         Cas d'hyponatrémie (cas isolés).

·         Élévations occasionnelles moyennes à modérées de l'urémie et de la créatinine.

Affections oculaires

Troubles visuels transitoires à type de flou visuel ou troubles de l'accommodation, surtout en début de traitement, avec ou sans variation glycémique.

Troubles généraux

·         Effet antabuse en cas d'ingestion d'alcool pendant les repas.

·         Expression clinique d'une porphyrie (hépatique ou cutanée) chez des patients porphyriques (voir rubrique Contre-indications).

·         Exceptionnellement, vascularite allergique cutanée ou viscérale pouvant menacer le pronostic vital.


Avertissement

Le guide des médicaments a pour seul objet de vous informer sur les caractéristiques des médicaments mais ne peut être utilisé pour l’établissement d’un diagnostic ou l’instauration d’un traitement. Seul votre médecin est habilité à mettre en oeuvre un traitement adapté à votre cas personnel.

Mis à jour le 04/11/2014

Sources : Banque Claude Bernard

intervenez sur e-santé
Prévisualisation

*Saisie obligatoire pour envoyer

Informatique et libertés

VOTRE COMMUNAUTÉ Médicaments

Participez aux discussions les plus actives

  • aucun n'est afficace, comme tous ceux qui prétendent supprimer les verrues une arnaque monumentale ...

    Par juliette-1000 17/12/2014 - 12h38

    1
    réponse
    362 consultations
  • un traitement par corticoides ne s'arrete surtout pas brutalement et surtout pas sans avis ...

    Par Judicael33 30/11/2014 - 13h59

    36
    réponses
    9366 consultations
  • je n'ai pas eu ces problèmes mais j'ai des nécroses dentaires (abcès) effets indésirable de ...

    Par martinehugo1 01/12/2014 - 12h12

    1
    réponse
    409 consultations
  • Bonjour, j'aimerais savoir si le Lovenox pouvait entrainer une baisse de la libido.

    Par vivie54 08/12/2014 - 12h38

    0
    réponse
    40 consultations
  • J'ai pris du fosavance pedant 4 mois je me suis progressivement retrouvée avec des douleurs osseuses...

    Par sboyer65 14/11/2014 - 20h10

    1
    réponse
    409 consultations
  • bjour j'ai telecharger une appli pour trouvé des infos sur les medicament 360medics, c super bien ...

    Par JPP21 27/10/2014 - 21h33

    0
    réponse
    77 consultations