Leatrice
Portrait de cgelitti
j'ai vécu cette situation en 97, avant la mise en place des lois sur les harcèlement moral. L'inspection du travail a reconnu ce fait, mais je m'étais retrouvée coincée à cause d'un manque de preuves. J'ai démissionné, mais 7 ans après, je ne suis toujours pas guérie des blessures que j'ai eues. Une collègue (de mon nouvel emploi) est elle aussi confrontée à ce problème (nous travaillons dans une administration "sociale"), et je ne sais pas comment l'aider. je veux qu'elle tienne le coup (cela fait bientôt un an qu'elle est en arrêt), cela lui permettrait, je pense, de savourer sa victoire, et surtout d'arriver à tourner la page. Moi j'ai choisi de démissionner à l'époque, et je le vis comme un échec, comme si mon ancien "boss" avait eu raison.

Alors pot de fer contre pot de terre, quand et comment faut-il s'arrêter de souffrir pour travailler ?

claire tabouret
Portrait de cgelitti
bonjour à tous.
je suis étudiante en maitrise de Psychologie à Nanterre et je m'interesse beaucoup au harcelement moral au travail: En effet, c'est mon sujet de mémoire. Dans le but de cette recherche, je souhaiterais rencontrer des personnes qui vivent ou ont vécu un harcelement moral au travail pour m'aider à avancer dans ma recherche et mieux comprendre ce phénomène. Il me semble indispensable de faire appel à vous pour que ma recherche soit cohérente et ai un sens.
Pour précision, j'habite dans le Val d'oise mais je suis prête à me deplacer en région parisienne et je saurais me rendre disponible.
merci d'avance de votre aide.

claire
Claire3
Portrait de cgelitti
Lorsque le harcèlement commence, il faut vous organiser et la patience est nécessaire pour lutter contre le harcèlement.
1-Dès que vous vous en apercevez, notez chronologiquement dans un cahier (et pas sur l'ordi de l'entreprise) tous les faits concrets, UNIQUEMENT LES FAITS CONCRETS, interdisez vous d'interpréter des évènements et rassemblez les éléments de preuve de ces faits concrets (notes administratives, mails reçus, compte-rendus de réunion, post-its...). Constituez un dossier que vous gardez chez vous.
2- Ne recevez pas de correspondance privée ni n'en émettez de votre travail. Pas de mails trop longs et inutiles. Attention car les mails étant devenus des objets puissants de harcèlement, apprenez à vous en servir à bon escient. Par exemple : ne reprenez que ses mots, formule de politesse, pas de points d'exclamation, pas de jugement sur le travail, rien qui ne puisse vous mettre en situation de faute professionnelle. Utilisez ses expressions, ne donnez que les renseignements demandés. Trop de mails envoyés de votre part à votre harceleur avec de nombreuses personnes mises en copie ne vous aide pas. Quand votre harceleur vous fait un mail, accusez réception juste, en faisant réponse pour que l'ensemble du contexte soit sur la même page. mettez dans dossier tous les mails reçus.
3- Le harceleur vous isole de toute l'entreprise. Peu de collaborateurs vous soutiendront. Certains peuvent même se servir des renseignements qu'ils obtiendront de vous pour leur carrière ("pensez à votre carrière" sic). on va vous faire passer pour quelqu'un d'associal, qui est renfermé, qui est paranoiaque, qui ne s'entend avec personne, avec qui personne ne veut travailler. mais c'est connu : présentez vous à toutes les élections internes de délégué du personnel, syndiquez vous, inscrivez vous à l'association de charité de la femme de votre patron..faites pompier d'étage,... à tout ce que vous pourrez.
C'est en restant debout, en action, en ne le prenant pas de face, en se montrant dans l'entreprise que l'on résiste. C'est une lutte invisible de toutes les minutes, que l'on perd, mais l'essentiel est de ne pas se laisser emporter dans un comportement qui sert le harceleur.
Si le harceleur vous dit dans son bureau que vous ne valez rien, que votre travail est mauvais, que on se plaint souvent de vous, que vous créez une mauvaise ambiance, ne lui répondez pas directement. Prenez une feuille, notez l'heure de début de l'heure de fin de l'entretien et pendant qu'il parle habituez vous à noter toutes phrases qu'il dit. Ne croisez pas son regard, car il cherche à vous déstabiliser, à vous provoquer. Pendant que vous prenez des notes de ce qu'il vous dit, votre esprit souffre moins. Puis quand il a fini, vous relisez ce qu'il a dit et lui demandez si vous avez bien compris.
S'il vous demande votre avis, vous lui dites que vous avez bien noté, que vous vous réservez un temps de réflexion et que vous reviendrez le voir car cela mérite réflexion. Vous dites que vous ne partagez pas son point de vue. Vous pouvez faire un espèce de lettre factuelle reprenant tous les points de l'entretien,(aidée ou non avocat) où vous contestez les FAITS reprochés lors de cette réunion, envoyé en AR. Pas de mails, car ces mails vont circuler dans l'entreprise et on dira que vous cherchez des histoires.
Et puis, consultez un avocat, qui n'aimera pas beaucoup votre histoire car si vous n'avez pas rassemblé assez de preuves, il aura du mal.
Et puis, faites une main courante auprès de la police, dès que vos droits sont, preuve en main obligatoire, atteints. Il faut que ce soit sérieux et grave.
Un conseiller prud'hommal me disait que lorsqu'un employeur veut se séparer d'un employé, il y arrive toujours. Le tout est de ne pas se laisser détruire en construisant une sratégie de crise (car le harcelé est en crise et souffrance) et de prévoir d'autres pistes de travail.
Poussez le à faire une faute, si vous arrivez à devenir comme lui et à comprendre comment il joue. Il faut se faireexpliquer la psychologie de tout harceleur, manipulateur, pour faire comme lui et le coincer. On y arrive. Le psy c'est plus pour savoir vous comporter que pour vous plaindre. Pendant le harcèlement actif, être victime ne sert à rien, comprenez qu'il faut que vous appreniez à gagner l'adversaire.
Pour cela, faites vous coacher et soyez clair, le malade c'est pas vous, c'est lui. ca coûte un peud'argent, mais l'investissement en vaut le coup. Faites vous des compliments aussi. Aimez vous. Attention à ne pas polluer votre vie privée. ne ramenez pas à la maison votre souci. Au contraire, tirez de votre vie privée la différence qui vous fait sortir la t^te de l'eau.

Allez, courage, c'est très dur, mais le MALADE c'est l'autre. par contre, il faut vous interroger sur ce qui fait qu'il vous a choisi pour vous harceler. Il y a peut-être quelque chose à réfléchir.

A votre disposition. Bien entendu, c'est fonction de chaque cas, mais il faudrait que chaque personne qui a trouvé une astuce pour lutter pendant le harcèlement, dise comment il a fait. cela aidera les autres. moi par exemepl, J'avais collé sur mon ordi, un smile et écris "souffle". et je travaillais sur ma respiration dans les moments les plus durs. le yoga est pas mal.

Amitiés.


ginette
Portrait de cgelitti
nul ne doit se laisser traité comme de la MERDE
un supérieur doit se comporter en etre humain si se n'est pas le cas :
           REPONDEZ!!! REPONDEZ !!!! REPONDEZ!!!!

1° SOIT IL EST SURPRIS ET IL LA FERME!
(en général il ne s'attaque qu'à des employées qui n'osent pas répondre) alors allez-y !!!

2° SOIT IL VOUS FORCERAT A DEMISSIONNER!
(ne lachez pas prise REPONDEZ ENCORE ET TOUJOURS!)

3° SOIT IL VOUS LICENCIERAT!
( le motif invoqué ne tiendrat pas la route ,et là les collègues pourront vous soutenir.

tictic93.com
Portrait de cgelitti
eric
                                         gagny le 28.05.06

                   bonjour à tous ,

suite au sujet , pour l'avoir vécue de la part d'un collègue , et après avoir consulter un psychiatre de renom , plusieurs choses à dire.

ce sont des personnalités perverses qui souffrent de troubles du comportement , le hic c'est toujours du domaine de l'invisible. il faut faire un travail sur soi-meme et ne pas se laisser faire mais il est vrai que ce qui fait la force du harceleur c'est l'absence de preuve . lire le livre du dr hiriguayen sur ce thème .
je connais le prix de cette souffrance , aussi apprenez à vous protéger de ces personnalités malveillantes. COURAGE .

                                       tictic
taotaquin
Portrait de cgelitti
concernant le harcèlement moral , je peux tranquillement vous en parler puisque maintenant j'en suis extrait et que je l'ai subi pendant 8 ans. sur le fond Ginette vous avez raison mais sur la forme vous êtes complètement à côté du sujet. si vous voulez comprendre exactement ce phénomène social et éviter l'erreur des jugements de valeur, il vous faudrait lire le livre du médecin à l'origine de loi contre le harcèlement moral le docteur HIRIGOYEN (aux éditions SYROS qu'on trouve maintenant en livre de poche).je ne peux que vous en recommander la lecture. j'y ai retrouvé pratiquement à chaque ligne l'analyse ou la description pertinente de ce que j'ai vécu. elle y explique tous les mécanismes et toutes les conséquences. pour mon cas je ne pouvais pas partir, mon statut administratif m'en empêchait, mes collègues fuyaient, prenaient part, ne voyaient rien, ou ne voulaient rien voir. dire aux gens qu'ils doivent partir est oublier les phénomènes d'emprise et de disqualification quand il s'agit de demander de l'aide. Il ne faut pas oublier que dans les administrations on dédit rarement l'échelon supérieur au profit de l'échelon inférieur. pour la solidarité des collègues je n'y crois pas vraiment et je l'attends encore. concernant la réparation ou la reconstruction psychologique ou résilience après ce choc traumatique, le livre du docteur HIRIGOYEN décrit aussi ce qui arrive et doit être fait. et il en ressort qu'il faut d'abord sortir de cette situation en s'éloignant le plus possible du harceleur. si vous pouvez changer par une mutation ou un autre emploi sautez sur l'occasion, votre peau est plus importante que la malfaisance d'individus cruels et malades qui vous rendent malades. ma chef en est actuellement probablement à son 20ème signalement ou même plus et elle est toujours en place. et je suis sûr que je n'obtiendrais jamais justice puisqu'à tous les échelons où j'ai demandé de l'aide, on m'a dit avec cette diplomatie verbale administrative euphémique : "nous savons que vous avez une chef difficile". oui et alors? alors RIEN RIEN TOUJOURS RIEN. c'est donc à vous de vous extraire de cette situation et de SAUVER VOTRE PEAU. hélas, aides-toi le ciel t'aidera. Il y cependant une chose sur laquelle vous avez raison Ginette, c'est qu'il faut sauver sa peau. et c'est ce que j'ai fait et je vais finir sans aucun scrupule ma carrière en situation de maladie de longue durée car c'est l'administration dont je dépends qui m'a laissé pourrir dans cette situation inacceptable et indigne. il m'a fallut 4 ans de dépression avec anti-dépresseurs à haute dose pour obtenir une mutation "pour motifs médicaux" et l'aide d'un psychiatre pour me remettre sur pied. ce harcèlement est aussi en partie responsable de l'effondrement de mon couple. désormais je vais bien et c'est MA PEAU et celles de ceux qui me sont chers qui comptent d'abord. rappellez vous cependant que les gens qui sont dans cette situation n'ont surtout pas besoin de JUGEMENTS mais tout d'abord d'écoute puis de conseils pertinents.
amicalement un ancien harcelé libéré Taotaquin
Edi
Portrait de cgelitti
La HALDE
Vanessa
Portrait de cgelitti
Bonjour!
Je prépare un diplôme d'état de conseillère en économie sociale et familiale. Dans le cadre de mon dîplôme je dois construire un mémoire. Afin de mener au mieux ce travail, je souhaiterais rencontrer des personnes qui vivent ou ont vécu un harcelement moral au travail pour m'aider à avancer dans ma recherche et mieux comprendre ce phénomène. Il me semble indispensable de faire appel à vous pour que ma recherche soit cohérente.
Merci par avance.
fran
Portrait de cgelitti
oryane, merci de votre aide, dommage que je ne vous ai pas connue plus-tôt, car je m'en suis posée des questions.cordialement.
oryane
Portrait de cgelitti
Bonjour,
Si je peux aider, ce sera avec plaisir.
Sachez que je ne suis plus "en activité" (la formule m'afflige) et que j'exerçais en cabinets d'avocats.
bien cordialement
fran
Portrait de cgelitti
ce sujet m'interesse car je l'ai vécu en partie dernièrement au cours d'un contrat à durée limitée heureusement. La personne est partie avant moi en retraite et les langues se sont déliées car elle n'en n'était pas à son coup d'essai. Un peu tard je leur ai dit, car dans les pires moments, c'était des silences, des têtes baissées, l'isolation, la solitude, je suis allée à l'inspection du travail, mais il faut des témoignages. Bon, c'est très dur et ce que je ne comprend pas c'est que le harceleur arrive à imposer un sentiment de crainte à tout le monde dans l'entreprise même si celui-ci ou celle-ci) est un sous- sous chef. Il faut dire que ce sont de sacrés manipulateurs. De plus c'est une vrai nuisance, car combien de personnes tombent malades, se mettent en maladies en déclarant avoir été harcelées par la même personne qui récidive et personne à la sécu ne fait le lien, c'est celle qui harcèle qui devrait partir sans indemnité.Je sais c'est un peu simpliste mais cela me soulage.à ++

Pages

Sujet vérouillé