claire
Portrait de cgelitti
Soit

D'une je suis diagnostiqué bipolaire (je ne sais plus quel type mais on s'en fout pas mal) étant donné que je suis "un cas psychiatrique relativement exceptionnel" dixit ma psychiatre=> J'ai des cycles extremement rapides sur qqs heures voire minute, je n'ai jamais vraiment fait de manie, souvent de l'hypomanie, et puis aussi de la dépression évidemment.

Mais ce qui m'amene ce n'est pas tellement ceci mais les hallucination auxquelle je suis sujet, et dont il semblerait que je sois le précautionneux marionettiste(orthographe ?).

Je les classe en 2 catégorie

le décor : un scintillement en rvb (rouge-vert-bleu, comme sur les tubes) qui ressemble à peu prers à ca

http://www.enseignement.ch/doc/images_site/GIMP/filtres/11.j pg

en moins opaque et en grain moins épais je vous rassure.

Et d'autres : de grande trainées (rvb tjrs, mais avec de termps en temps du jaune fluo), dnas le genre éphémère des persistance rétinienne, leur "résonnance" variant entre une grandeur allant de la milliseconde (elle sont alors très opaque et ce n'est plus vraiment de la persistance rétinienne)à plusieurs seconde (elle sont dès lors, plus transparentes) : on pourrait équationner le tout. Elles peuvent etre spontannées, ou prendre naissance à partir d'une autre persistance rétinienne, bien réelle et normale celle la

Le scintillement, ou, pour d'une appelation plus professionnele, le bruit est omniprésent : je ne sais plus ce qu'est le noir total. Les pers. réti. sont présentes d'une maniere globale elle aussi mais sont extrement amplifiée lorsqu'en phase hypomaniaque.

ainsi

Mais ce qui est interressant c'est la facon dont j'agis dessus : tout d'abord je peux les provoquer (sauf le bruit qui lui ne disparait jamais, indépendamment de ma volonté (ah le joli mot) )et j'ai la sensation de partir de me mettre à distance de la réalité, comme derriere une lentille ou un écran. Je ressent des espacements dans mon corps(je le dis comme ca, mais j'imagine que ca doit ressembler à ce "corps immense de la nature" comme le disait rimbaud) et enfin je suis chaud visuellement pour :

me projetter dans des orifices, trous de souris, coins meubliers : je focalise à l'exclusivité.

me diffuser dans le décor : je n'ai plus à porprement parlé de champ de vision : mon oeuil ne voit plus que le tableau de la réalité, mais en l'embrassant du regard entierement : ma vision est excentrée et je vois aussi bien sur les bord que sur le milieu.

Je commande aux formes et au couleurs des pers. rét. , peux leur faire prendre des aspects figuristique, comme dans les images hypnagogiques, ou bien plus abstraites in the style of pulp fiction (scene de la voiture, avant d'entrer dans le restau, travolta et thurman qui trace un rectangle (mais c'est relativement difficile à ce que ce soit régulier, franc et honnete).

Par momment aussi lorsque j'écoute de la musique, tout ce "bordel astronomique" (je me permet cette vulgarité parceque les quantités sont vraiment gigantesques) est synchrone à la musique, couleurs, formes qui s'étalent à coups de cymbales etc.

De plus je suis caution à bien plus d'hallucinations visuelles avec le H-isch que la majorité des gens, la substance grasseuse amplifiant le phénomène : j'ai déja eu des hallucinations à 5-6 dimensions, le principe consistant à assigner à chaque coordonnée spatiale une valeur spirituelle (mot, impression, ou autres truc philosophiques).Bien sur je ne vois pas réellement plus de trois dimensions, mais je les combine simultanément pour en meme temps 2 visions du meme "truc"et puis il y a aussi des astuces, comme assigner un dimension à la couleur, bon j'abandonne la description je crois que le mieux étant de vous reférer à certaines images fractales particulierement évocatrices que l'ont peut trouver un peut partout sur le net, bien que dommagement ce ne soit pas si décoiffant.

Derniere chose et c'est ma psyhciatre qui me l'a affirmé : cet effet secondaire du stillnox que je ressens n'est pas connu => je vois les objets se rapprocher mais sans bouger, ou alors ils bougent d'une maniere infinitésimale mais sans décélération je ne sais trop comment qualifier ce que je vois. Mais ce que je pense de ceci est simple :

les distances se dilatent et se contractent entre le objets, et peut etre le vois-je plus localement que d'autre gens, qui eux sous l'effet du somnifere le voient plus globalement et conséquement ne s'en rendent pas compte.

JE vous remercie d'avance ( ah la vieille ruse !)

Pour vos réactions : n'auriez vous qu'un décigramme

De ces symptomes, faites m'en part, ou bien si vs avez un conscience plus spécialiste à mon sujet j'aimerais en connaitre les modalité psychia-neurologiques.

Vs m'excuserez par mon style alambiqué, mais c'est pour faire oublier mes erreurs de graphie.

Visuellement, 68745(c'est juste un coup de pate sur le clavier)

claire
Portrait de cgelitti
tu es formidable elly de te connaitre a ce point mon fils est dans cet etat actuellement mais son etat cest amplifie en psychiatrie j ai peur qu il narrive plus a chercher en lui la force qu il avait saisit au debut de sa violente crise d hallucination de plus il est perdu face a lui meme par un manque de comprehenion et de rejet violent qu il a subit on lui a tellement fait ressentir sa difference qu il l est devenu é fois plus je ne vois pas dissue
Elly
Portrait de cgelitti
Bonjour 5634 !
Je connais le stylnox et g u aussi d visions flous sous son emprise....Comme il me faisait manger au lieu de dormir,ou me grimer en clown pour grimacer sous les néons de la salle de bains, je l'ai abandonné au profit de "imovane" qui me laisse sobre même s'il ne m'endort pas toujours à force d'être utilisé. Mon copain avait testé le stylnox et il avait pas mal déliré, il voulait que je lui rase entièrement le torse et l'a trouvé trop planant, lui qui a l'expérience de drogues illicites.
Pour tes hallu extraordinr, g connu, il y a deux ans, une forte bouffée délirante accompagnée d'hallucinations auditives très violentes. G ressenti ça comme une intrusion dans mon esprit que je ne dominais plus et tenté à tois reprises en trois mois de me suicider ( avec d somnifères ou d psychotropes c inefficace, je le sais maintenant )
Enfin, ayant rompu ma solitude et renoué avec mes prodches, aidée par un traitement plus léger (zyprexa) que celui auquel g été soumise lors de mon hospitalisation, g pu reprendre confiance en moi et constater le retour bénéfique de ma paix intérieure. G arrêté le traitement quelques mois plus tards, contre l'avis de ma psychiatre avec qui g également coupé les liens.
Aujourd'hui, je n'ai plus de troubles psychiques sauf de l'insomnie et une forte tendance au repli sur soi. J'admire les personnes qui vivent avec c troubles hallucinatoires et s'en accomodent au fil du temps, moi, je ne pourrai pas. Mes hallu étaiet intenses et violentes, elles ne correspondaient pas à ma personnalité et g du mal à adhérer à la théorie qui veut que ce soit notre esprit qui les fabrique pour cause de dopamine en excès ou glutamate en défaut et que sais je ? Ces voix m'étaient étrangères, je comprends le message qu'elles ont voulu me faire passer à travers cette cacophonie mais je ferai tout à l'avenir pour ne pas revivre une telle expérience qui au départ m'amusait un peu, trop fun les courses avec les invisibles, pour ensuite devenir intolérable car omniprésentes à en masquer la réalité. Bon courage, ce qui m'a conduite à entendre c voix a été tout un processus de malêtre et de solitude :
chomage, isolement, confusion au point de vue affectif, mélange des images et émissions médiatiques avec la réalité, perte de la notion du temps et de l'espace, fantasmes mais défaut de réalisation...
Peut être qu'en décryptant l'origine et le pourquoi de c symptômes tu guériras ?
N'écoutes pas trop ton psychiatre et cherche en toi même la solution, mon étiquette devait être "schizophrénie" mais non, tu vois c t juste un passage avide comme dit le dessinateur de BD Hullet je crois
Sujet vérouillé