Gynécologie et sexualité : conseils sur l'hygiène intime

Publié par Anne-Laure Guiot le Vendredi 01 Juillet 2016 : 14h07
Mis à jour le Jeudi 25 Août 2016 : 16h12
-A +A

Brûlures, pertes, démangeaisons…, peuvent gêner votre sexualité. Des soins et de bons réflexes d’hygiène intime peuvent venir à bout de ces bobos, sources d’inconforts.

Hygiène intime : les brûlures

Vous ressentez des brûlures au niveau de la vulve ? Inutile de renforcer la toilette, même à l’eau, et de recourir aux crèmes et ovules antimycosiques et aux crèmes à base de dermocoticoïdes. « Il est recommandé de faire quelques jours de bains de siège avec une cuillère à soupe de bicarbonate de soude pour rétablir le pH avant d’appliquer un baume cicatrisant neutre. Si les symptômes persistent, consultez votre médecin qui réalisera un prélèvement bactériologique », conseille le docteur Marie-Claude Bénattar, gynécologue, psychosomaticienne, auteure de Petit manuel de soins intimes pour les femmes aux Éditions Josette Lyon.

Hygiène intime : les démangeaisons

Des démangeaisons au niveau du vagin et de la vulve vous gâchent la vie ? Pour ne rien arranger, vous constatez la présence de pertes épaisses ? Vous avez probablement une mycose, souvent engendrée par les conditions climatiques (chaleur brutale), la prise d’antibiotiques, une grossesse ou les règles. Il n’y a pas de risque de contagion mais cela entraîne une gêne. « Plus vous agressez votre zone intime avec des mesures d’hygiène décapantes, plus cela favorise ce phénomène de démangeaisons. Modérez la toilette, prenez un comprimé en une prise d’antimycosique, appliquez un baume cicatrisant sur les lèvres et insérez des ovules réparateurs de la flore pendant quelques jours », recommande la spécialiste. Le comprimé oral supprime les filaments mycéliens de votre organisme et les ovules de probiotiques jouent le rôle d’enzymes gloutons en nettoyant et en renforçant la flore vaginale. Ce traitement est efficace : il permet d’apaiser les démangeaisons, avec moins de récidives.

Vos sécrétions vaginales changent d’aspect ? Évitez de faire des toilettes à répétition qui aggraveront ces symptômes, et d’utiliser une crème ou un ovule antimycosique sans avis médical. Si vous avez confiance en votre partenaire, appliquez un baume cicatrisant sur vos lèvres et des ovules de probiotiques. « Dans le cas contraire, il est conseillé de consulter un médecin pour un dépistage d’une maladie sexuellement transmissible (chlamydiae) », indique le docteur Marie-Claude Bénattar.

Publié par Anne-Laure Guiot le Vendredi 01 Juillet 2016 : 14h07
Mis à jour le Jeudi 25 Août 2016 : 16h12
Source : " Gynécologie et sexualité : soins intimes"  Magazine Côté Santé N°100 - juin/juillet 2016
- Petit manuel de soins intimes pour les femmes, du docteur Marie-Claude Benattar, Éditions Josette Lyon.
- Docteur, j’ai encore une question…, du professeur Philippe Descamps, Éditions Larousse.
A lire aussi
Les mycoses vaginales en 4 questions/réponses Publié le 07/04/2015 - 09h54

Entre 10 et 20 % des femmes développent des mycoses vaginales. Ces affections représentent l’un des premiers motifs de consultation en gynécologie. Bénignes, elles nécessitent un traitement simple puis la mise en place de quelques règles d’hygiène pour prévenir les récidives.

Mycose vaginale : les signes qui ne trompent pas ! Publié le 28/01/2013 - 10h37

Les mycoses vaginales sont des infections bénignes très fréquentes dues à un champignon, Candida Albicans, d’où son autre nom de « candidose » vaginale. Quels sont les signes typiques indiquant une prolifération de ces champignons ? Comment reconnaître une mycose vaginale ?

Plus d'articles