Grossesses précoces : les ados sont imperméables à la prévention

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 05 Juillet 2002 : 02h00
-A +A
Les actions préventives visant à éviter les grossesses non désirées chez les adolescentes, apparaissent inefficaces. Devant ce constat d'échec, les programmes préventifs doivent être revus en hâte et ce, dans tous les pays.

Les différentes stratégies de prévention des grossesses précoces chez les adolescentes ont été analysées à partir de 26 essais. Elles apparaissent toutes inefficaces. En effet, elles ne permettent ni de retarder l'initiation aux premiers rapports sexuels, ni d'améliorer le recours aux méthodes contraceptives. Un bien triste constat. Les Etats-Unis arrivent en tête de cet échec, notamment avec quatre programmes prônant l'abstinence. Ces derniers n'ont pas eu l'effet escompté puisque inversement le nombre de grossesses a augmenté.Les taux les plus bas ont été enregistrés aux Pays-Bas avec 8,1 pour 1.000 jeunes femmes âgées de 15 à 19 ans. Par comparaison, on dénombre 93 grossesses précoces pour 1.000 Américaines. Ce chiffre est de 62,6 en Angleterre et au Pays de Galles et de 42,7 au Canada.

Ces résultats démontrent qu'il est urgent d'entreprendre des actions dès l'école primaire. Par ailleurs, il semble intéressant d'analyser les aspects sociaux de ces grossesses et de définir les caractéristiques des pays ayant peu de grossesses précoces.Une leçon à prendre très au sérieux afin d'améliorer la prévention chez les jeunes.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 05 Juillet 2002 : 02h00
Source : DiCenso A. et coll., BMJ, 324 : 1426, 2002.
A lire aussi
Plus d'articles