Grossesse gémellaire et jumeaux : guide de survie

Publié par Véronique Ozanne, journaliste santé le Jeudi 08 Septembre 2016 : 13h22
Mis à jour le Jeudi 08 Septembre 2016 : 15h58
-A +A

Attendre un bébé c’est formidable, deux en même temps, c’est l’état de choc. Avoir des jumeaux devient un vrai bonheur si vous apprenez très vite, dès l’annonce de la grossesse gémellaire,  à être une vraie Shiva aux multiples bras et à la tête super organisée. Quelques mois vraiment denses pour une expérience passionnante. Et surtout, pas de panique, puisque 13 900 mamans de jumeaux, triplés ou quadruplés se sont sorties en beauté de cette situation en 2014 !

C’est quoi des jumeaux ?

L’arrivée de jumeaux est un moment pas toujours facile à vivre, pour toutes la famille : quand votre aîné comprend qu’il y a non pas un concurrent mais deux dans le ventre de maman, le coup est rude. Jusque là le roi du monde, ou presque, il apprend avec stupéfaction qu’il va devoir partager papa et maman : une expérience que la plupart d’entre nous ont faite avec l’envie, quand il arrive, de mettre l’intrus dans le micro-onde ou de le rapporter à la clinique. Deux sœurs, deux frères ou un assortiment ?

  • Jumeaux dizygotes : c’est le cas le plus courant, deux enfants qui n’ont pas génétiquement plus de points communs que deux enfants de la même fratrie qui ne seraient pas nés en même temps : vous avez tout simplement libérés deux ovocytes au même moment qui ont été fécondés par deux spermatozoïdes différents.
  • Jumeaux monozygotes : c’est le cas une fois sur trois. Ils sont issus de la fécondation d’un seul ovule qui se divise pour former deux embryons, deux garçons ou deux filles avec le même capital génétique, en théorie deux individus 100% identiques. En réalité, des différences épigénétiques vont apparaître, et plus la séparation en deux se fera tôt, plus les jumeaux seront différents.

Grossesse gémellaire : des mois pour être au top

Arrive le moment d’annoncer la grossesse gémellaire aux proches. C’est une épreuve qui n’arrange pas votre anxiété bien alimentée par la perspective de faire face à deux fois plus de biberons, de couches, de fatigue et de complications, voire encore, en perspective, deux fois moins de sommeil que le minimum vital. En dehors de celles qui, comme beaucoup d’entre nous, ont rêvé secrètement que cela leur arrive, et se réjouiront pour vous, la grande majorité des réactions de votre entourage ne va pas vous aider. De, « Quelle galère, ma pauvre ! » à « Vous ne vous en sortirez jamais ! » en passant par « Ma cousine a eu des jumeaux, c’était horrible ! ». Renvoyez vos charmants interlocuteurs dans les cordes en leur expliquant que vous ne garderez que le plus beau ! Soyez convaincue que vous avez des ressources que vous n’imaginez pas et que nécessité fait loi. Vous avez plusieurs mois pour mettre en place une organisation béton pour accueillir vos jumeaux, mais si vous avez déjà des enfants, vous allez bien vite vous rendre compte qu’il ne vous sera pas possible de tout gérer comme vous l’avez fait pour eux : renoncez donc tout de suite à être une mère parfaite mais acceptez seulement l’idée d’une maman aimante et efficace et le plus en forme possible.

Publié par Véronique Ozanne, journaliste santé le Jeudi 08 Septembre 2016 : 13h22
Mis à jour le Jeudi 08 Septembre 2016 : 15h58
Source : "Grossesse gémellaire et jumeaux : guide de survie", Magazine Côté Santé N°102 - juin/juillet 2016.
A lire aussi
Grossesse gémellaire Publié le 17/03/2004 - 00h00

La naissance de jumeaux reste l'exception. Et même si la procréation médicalement assistée a favorisé son augmentation ces dernières années, elle ne représente qu'environ 3 % des naissances. Mais l'essentiel est bien que cette grossesse à risque doit être particulièrement surveillée… Il...

Grossesse : le congé de maternité Publié le 07/06/2010 - 00h00

Le congé de maternité se calcule à partir de la date théorique de l'accouchement. Dans le cas d'une première ou d'une deuxième grossesse par exemple, il se répartit de la facon suivante : 6 semaines avant et 10 semaines après. Il existe cependant quelques particularités à connaître.

Le congé de maternité en 10 questions Publié le 03/08/2011 - 08h44

Vous attendez un enfant ou bien c’est au programme ? Vous vous demandez comment va se dérouler le congé de maternité, quels sont vos droits et les variations possibles selon les situations ? Testez vos connaissances sur le congé de maternité.

Pourquoi tant de grossesses tardives ? Publié le 21/04/2008 - 00h00

L'âge de la première grossesse est passé de 24,2 ans en 1978 à 27,6 ans en 1998. Puis, en 2007, en région parisienne, les femmes ont en moyenne leur premier enfant à 32 ans (1). Cela entraîne des difficultés importantes pour la fécondation, car la femme est moins fertile en avançant en...

Plus d'articles