La grossesse extra-utérine

Publié par Dr Cécile Malartic, gynécologue obstétricien le Mardi 14 Août 2001 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 26 Février 2016 : 15h44
-A +A
La prise en charge actuelle des grossesses extra-utérines a permis d'en réduire considérablement les conséquences, parfois mortelles, pour la femme et offre aujourd'hui des traitements de moins en moins agressifs. En effet, les performances de l'échographie et des dosages hormonaux ont permis d'en faire le diagnostic précocement et ainsi de les traiter avant que surviennent les complications. Elle reste néanmoins une des premières causes de mortalité chez la femme enceinte au premier trimestre de grossesse.

Définition de la grossesse extra-utérine

Une grossesse extra-utérine résulte de l'implantation d'un œuf en dehors de la cavité utérine. Cette implantation est généralement située dans une des trompes, plus rarement au niveau d'un ovaire ou de la cavité abdominale.

La mauvaise implantation de cet œuf ne peut aboutir à une grossesse viable ; souvent, seul le tissu trophoblastique va proliférer sans qu'il y ait de réel développement embryonnaire.

Les signes de découverte de la grossesse extra-utérine

Une grossesse extra-utérine peut être découverte à n'importe quel moment du premier trimestre, car elle peut rester asymptomatique pendant plusieurs semaines.

Les saignements sont fréquents, habituellement de faible quantité et de couleur brune. Ces saignements sont parfois trompeurs, assimilés par la femme à des règles inhabituelles, elle ne sait donc pas qu'elle est enceinte.

Des douleurs accompagnent souvent les saignements, mais sont parfois isolées. Il s'agit classiquement de douleurs latéralisées d'un seul côté, d'intensité variable.

Des malaises avec perte de connaissance peuvent témoigner d'une rupture de la trompe ou d'une hémorragie intra-abdominale.

L'examen clinique pratiqué en consultation peut évoquer le diagnostic quand il permet la palpation d'une masse douloureuse correspondant à la grossesse extra-utérine.

Le diagnostic est généralement confirmé par deux examens :

  • le dosage de la béta-HCG (hormone de grossesse) qui peut être anormalement élevé ou dont le taux ne progresse pas normalement ;
  • l'échographie par voie vaginale qui peut, soit directement voir la grossesse extra-utérine, soit retrouver des signes suspects comme l'absence de sac dans l'utérus associé à un épanchement de sang dans l'abdomen.

L'utilisation de ces deux examens permet de faire le diagnostic dans presque tous les cas. Parfois, ces examens doivent être répétés une ou deux fois à 48 heures d'intervalle pour que le diagnostic soit certain.

Guide: 

Publié par Dr Cécile Malartic, gynécologue obstétricien le Mardi 14 Août 2001 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 26 Février 2016 : 15h44
A lire aussi
Grossesse extra-utérine : y penser toujours Publié le 14/05/2001 - 00h00

Dans les milieux chirurgicaux circule une boutade qui dit que "toute femme en âge de procréer ayant des douleurs abdominales ou des saignements est suspecte de grossesse extra-utérine (GEU) jusqu'à preuve du contraire ". Cela peut paraître bien excessif, mais il s'agit de diagnostiquer...

Grossesse extra-utérine : 1 à 2% des femmes enceintes Publié le 11/04/2000 - 00h00

Une à deux grossesses sur cent est extra-utérine (1% à 2%), c’est-à-dire que la grossesse ne se développe pas dans l’utérus, mais en dehors, le plus souvent dans la trompe (grossesse dite tubaire). Il s’agit d’une urgence (première cause de mortalité du premier trimestre de la...

Plus d'articles