Gros ventre : surtout, mangez des fibres !

Publié par Manon Anger, journaliste santé le Jeudi 25 Janvier 2018 : 11h00

Il semblerait que pour perdre du poids, il faudrait manger plus de fibres. C'est en tout cas ce que suggèrent plusieurs chercheurs universitaires.

© Istock
Publicité

Perdre du poids tiendrait-il dans la consommation de fibres ? Plusieurs chercheurs en sciences nutritionnelles et biomédicales de plusieurs universités américaines dont celle de Géorgie le pensent. Ils viennent de publier une étude à ce sujet dans la revue scientifique Cell Host & Microbe.

Ils expliquent, dans leurs travaux, qu'il serait possible de prévenir l'obésité et le syndrome métabolique en augmentant la consommation de fibres alimentaires fermentescibles - c'est-à-dire capables d'entrer en fermentation. Mais ces élément pourraient également prévenir un ensemble de troubles comme l'obésité abdominale, un taux de triglycérides et glycémie élevés, ou encore une hypertension artérielle. Or, ces pathologies favorisent, notamment, le diabète et des maladies cardiovasculaires.

Comment ça marche ? 

Pour mener à bien cette expérience, les scientifiques ont utilisé des souris durant quatre semaines. Elles ont été séparées en deux groupes : l'un avec un régime à base de céréales pour rongeurs riches en graisses et contenant 5% de fibres de type cellulose. L'autre groupe, de son côté, a consommé un régime riche en graisses et enrichi en fibres fermentescibles (inuline) et insolubles (cellulose).

A noter que l'inuline est une molécule composée d'une chaîne de sucre, et appartient à la famille des fibres fermentescible. On la retrouve dans la racine de chicorée, le topinambour, l'artichaut, l'oignon, l'asperge, l'ail, ou le poireau. Elle est aussi présente dans de nombreux produits céréaliers. De son côté la cellulose est une fibre insoluble peu fermentescible qu'on retrouve dans les légumes frais et secs, ainsi que dans les céréales complètes et dans les fruits. 

Le docteur Andrew Gewirtz, co-auteur de l'étude, explique que les chercheurs "ont constaté que manipuler la teneur en fibres alimentaires, en particulier en ajoutant des fibres fermentescibles, protège contre le syndrome métabolique".

Pour appuyer leurs dires, les chercheurs indiquent qu'un régime riche en fibres n'est pas seulement lié à une perte de poids, mais aide également à réduire le taux de cholestérol et la glycémie, d'après les résultats observés sur les souris.

Publicité

Des changements bénéfiques pour le corps humain

Pour l'équipe de recherche, ces changements bénéfiques pour le corps humain s'expliquent par une restauration du microbiote intestinal - les bactéries qui vivent dans l'intestin - grâce à la consommation d'inuline et de cellulose. Grâce aux fibres consommées, les "bonnes" bactéries intestinales sont en pleine croissance. Mais les fibres multiplient aussi la présence de cellules de la paroi intestinale.

En supplément, ce régime alimentaire accélère la production de la protéine interleukine-22. Son rôle est d'empêcher le microbiote intestinal de s'induire entre les cellules de la paroi intestinale ce qui cause une inflammation de l'intestin. Bloquer ce phénomène permet au corps de lutter plus efficacement contre l'obésité et le syndrome métabolique. Désormais, l'espérance des scientifiques est de passer à la phase humaine de l'étude, et ainsi de mieux comprendre les mécanismes de l'obésité causée par l'alimentation.

Publié par Manon Anger, journaliste santé le Jeudi 25 Janvier 2018 : 11h00
A lire aussi
Fibres : un bon atout pour mincir ?Publié le 12/01/2015 - 07h00

Invisibles dans notre alimentation, les fibres tiennent pourtant une place prépondérante dans notre équilibre alimentaire sans nous apporter la moindre calorie. C’est une des raisons pour lesquelles ces indispensables fibres sont un bon atout pour mincir.

Plus d'articles