Grippe : une mutation génétique la rend dangereuse

Publié par Manon Anger, journaliste santé le Vendredi 23 Mars 2018 : 13h11

Nous ne sommes pas tous égaux face aux virus. Et pour la première fois, une équipe scientifique explique pourquoi. Une mutation génétique les rendrait plus dangereux.

© Istock

L'égalité face aux virus remise en cause. Les chercheurs de l'Institut Imagine à l'hôpital Necker-Enfants Malade (Paris) et du Rockfeller Institute à New York semblent en tout cas le croire. Leurs travaux ont été publiés dans la revue Cell le 22 février 2018.

Lorsque nous sommes enfants, nous contractons toutes sortes de virus. Mais alors que certains ont des symptômes bénins, d'autres développent une encéphalite virale sévère. Pourquoi ? 

Après dix ans de recherches sur la réponse immunitaire face à ces infections virales, les scientifiques ont identifié le responsable : le gène DBR1, dont la défaillance a été mise en lumière. Pour mener à bien cette étude, les chercheurs ont séquencé l'ADN de 7 personnes ainsi que leurs familles pour identifier plusieurs mutations du gène DBR1.

Le système de défense immunitaire contre les virus serait perturbé par un dysfonctionnement partiel du gène DBR1. Pour vérifier cette hypothèse, les scientifiques se sont intéressés à trois types de virus : l'HSV1 (virus de l'herpès type 1), un virus de la grippe et le norovirus - responsable des gastro-entérites. Les résultats ont montré que la mutation de DRB1 entraîne davantage d'infection sévère du tronc cérébral. 

Le tronc cérébral se situe sous notre cerveau et fait partie du système nerveux central. Il contrôle plusieurs fonctions vitales, ce qui veut dire qu'une infection sévère à ce niveau là pourrait entraîner la mort.

Prévenir et soigner ces complications

PUB

"C'est donc une nouvelle maladie génétique de l'immunité qui a été identifiée, explique l'Institut Imagine dans un communiqué. Celle-ci se traduit par une vulnérabilité extrême à des infections virales habituellement sans gravité". La mutation génétique en question est héréditaire et doit être présente chez les deux parents pour se produire.

Grâce à ces découvertes, les chercheurs vont pouvoir améliorer leur diagnostic ainsi que la prise en charge de patients montrant des signes d'une infection possible du tronc cérébral.

"Si des traitements sont déjà connus pour l'encéphalite liée au virus HSV1 par exemple, les séquelles neurologiques sont sévères, et il reste à mieux comprendre le mécanisme responsable de la sévérité et de la localisation de ces infections chez l'enfant", ajoute l'Institut.

Shen-Ying Zhang, une spécialiste des facteurs génétiques de la susceptibilité aux primo-infections virales et première auteur de l'article scientifique, compte créer et étudier des modèles simulant la maladie afin de la prévenir et la soigner. Pour ce faire, elle utilisera la technique d'édition génétique CRISPR Cas 9.

Publié par Manon Anger, journaliste santé le Vendredi 23 Mars 2018 : 13h11
Source : Découverte du gène de la vulnérabilité aux infections virales du tronc cérébral.Institut des maladies génétiques. 22 mars 2018
Inborn errors of RNA lariat metabolism in humans with brainstem viral infection. Shen-Ying Zhang, Correspondence information about the author Shen-Ying ZhangEmail the author Shen-Ying Zhang, Nathaniel E. Clark, Catherine A. Freije, Elodie Pauwels, Allison J. Taggart, Satoshi Okada, Hanna Mandel, Paula Garcia, Michael J. Ciancanelli, Anat Biran, Fabien G. Lafaille, Miyuki Tsumura, Aurélie Cobat, Jingchuan Luo, Stefano Volpi, Bastian Zimmer, Sonoko Sakata, Alexandra Dinis, Osamu Ohara, Eduardo J. Garcia Reino, Kerry Dobbs, Mary Hasek, Stephen P. Holloway, Karen McCammon, Stacy A. Hussong, Nicholas DeRosa, Candice E. Van Skike, Adam Katolik, Lazaro Lorenzo, Maki Hyodo, Emilia Faria, Rabih Halwani, Rie Fukuhara, Gregory A. Smith, Veronica Galvan, Masad J. Damha, Saleh Al-Muhsen, Yuval Itan, Jef D. Boeke, Luigi D. Notarangelo, Lorenz Studer, Masao Kobayashi, Luisa Diogo, William G. Fairbrother, Laurent Abel, Brad R. Rosenberg, P. John Hart, Amos Etzioni, Jean-Laurent Casanova. Cell. 22 février 2018
A lire aussi
Téléthon : deux jours pour des années de recherche... et de viePublié le 03/12/2003 - 00h00

Le Téléthon utilisera les 5 et 6 décembre 2003 l'immense vague de solidarité comme arme contre la progression des maladies. Pour l'AFM, la guérison des affections qu'elle combat viendra d'une médecine nouvelle : les génothérapies, qui combinent thérapies génique et cellulaire. Aujourd'hui,...

Avancée dans la génétique de l'autismePublié le 09/04/2003 - 00h00

Fortement suspecté, mais jamais indiscutablement prouvé, le rôle de la génétique dans l'autisme s'affirme. Deux gènes situés sur le chromosome X viennent d'être identifiés dans deux familles différentes comportant plusieurs membres atteints.

Plus d'articles