Le gland du pénis rend la pénétration plus agréable

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 06 Août 2003 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 23 Octobre 2014 : 14h24
Lors des rapports sexuels, le pénis se remplit de sang. Il durcit beaucoup. Pour éviter de faire mal au sexe de sa partenaire, il possède un amortisseur naturel...

Le pénis a besoin d'un amortisseur

Cet amortisseur, c'est le gland du pénis.

En effet, même lors d'une érection complète, cette zone du corps reste douce, ronde et beaucoup moins dure que le reste du pénis. Le sang y afflue tout en restant à basse pression, ce qui lui donne une consistance plus spongieuse.

Et c'est prévu comme ça par la nature. Le gland est en effet dans la continuité de ce que l'on appelle le corps spongieux, zone érectile du pénis qui se trouve dessous lors de l'érection. Ce cylindre est entièrement à basse pression, de la base du pénis jusqu'au gland.

Lors de la pénétration, le gland joue le rôle d'amortisseur tandis que le corps spongieux protège l'urètre

Et si le gland sert d'amortisseur lors de la pénétration, la longueur des corps spongieux sert à protéger l'urètre, tuyau dans lequel chemine le sperme. Car l'urètre se situe au milieu du corps spongieux. Ainsi, même lors d'une érection complète, si vous appuyez un doigt sur le corps spongieux ou le gland, ils ne résistent pas, et votre doigt s'enfonce un peu. Le sang afflue de nouveau dès que vous ôtez votre doigt. Cela ressemble à la consistance d'une éponge, d'où le nom de corps spongieux.

Ainsi, le pénis en érection est à la fois doux et ferme.

Il possède, sur le dessus, des corps érectiles qui durcissent, lui donnent sa rigidité et permettent la pénétration. Sur le dessous, un corps érectile plus souple, prolongé par le gland, amortit en douceur la pénétration.

Et c'est bien pour cela qu'elle est agréable, pour l'homme comme pour la femme !

Notre corps possède beaucoup de qualités, souvent ignorées, qui sont pourtant d'un grand intérêt car la connaissance et la compréhension sont les premiers pas vers le bien-être.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 06 Août 2003 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 23 Octobre 2014 : 14h24
A lire aussi
Dysfonctionnement érectile (ou impuissance sexuelle)Publié le 06/09/2001 - 00h00

Le terme " impuissance " n'est plus guère utilisé par les médecins. Ceux-ci parlent plutôt de troubles d'érection ou de dysfonctionnement érectile, expressions qui font référence à l'incapacité d'obtenir et de maintenir une érection suffisamment rigide pour avoir une activité sexuelle...

Plus d'articles