Max
Portrait de cgelitti
Bonjour à tous, je passais par là et je me suis dis pourquoi pas mettre des mots sur mes maux comme vous le faites...

En résumer j'ai 21 ans, et accro à l'hero depuis plus de quatre ans...

J'ai eu un ^ptit passage à la coke quand j'avais 15ans et maintenant je peux le dire ces dépendance n'ont rien à voir et maintenant je préfererais de loin etre restée à la c...

Bref entre descente et montée terrible j'ai du mal à gérer, ces derniers temps je ne fais plus qu'en IV, je me sens glisser mais apparemment je n'ai pas eu le déclic suffisant pour décrocher..

Ha ce fameux déclic...

Chimère ou réalité ?

J'aimerais bien savoir comment ca c'est passé pour vous, le déclic vient il toujours ou ce n'est qu'un tournant que le contexte oblige ?

J'ai pas l'impression de vouloir arreter, mais est ce bien moi qui parle .....?

J'essaie de laisser ma famille à l'eccart mais ce devient de plus en plus inévitable, ne serais ce que parce que je commence a avoir beaucoup trop de traces sur les bras et mains.

Comme tout tox je suis perdue, je me bat pour conserver une vie normale, j'y arrive assez bien à dire vrai, alors pourquoi dois je ressentir de la culpabilité ? C'est vrai je me sens plus marginalisée que marginal, alors est ce la société qui me dit d'arreter parce que moi c'est pas comme ça que je le sens, ne peut on pas dire que chacun trouve son bonheur et son réconfort comme il peut.....

Enfin voilà quoi le tableau est dressé j'ia pas besoin d'en dire plus...

Max
Portrait de cgelitti
Salut Bernard,

Je pensais comme toi "prise modérée" il y à 5 ans, et je le pense encore parfois, mais depuis que j'ai décidé de vraiment arrêter le sub, et que je trouve toujours une bonne raison de continuer, travaille difficile etc...
je ne suis plus sur de ce raisonnement, aujourd'hui à 0.6mg par jour 1 et 12, sub commencé depuis + de 10ans, je pense que l'abstinence me serai salutaire, trop de perte de mémoire, j'assure et j'assume pas mal ma vie, mais...
Pour l'histoire des battements etc... j'ai eu des piques au coeur, il y à une quinzaines d'années, et après examens, il s'agissait d'un stress aigu, dont je n'avais pas vraiment conscience "on n'est vite stressé par n'importe quoi", et à ma grande surprise des décontractant avaient réglé ce problème, on ne parle peut être pas de la même chose. A+
Bernard,
Portrait de cgelitti
Bonjour,

je ne suis pas toujours tres présent sur ce forum, néanmoins de temps en temps actif. Je suis un consomateuyr d'héroine en rémission, néanmoins devant toujours gérér ma dépendance. 48 ans, plutot bien intégré, 5 années de consommation plutot soutenue jusqu'au démarrage d'un traitement de substitution depuis bientot 2 ans (sub 6 mg au début descendu à 0.4 à présent). Je voulais parler de qques rechutes ponctuelles depuis le début de mon traitement(conso 1 g de temps en temps, espacée tous les 15 à 60 jours). Je ne suis pas particulièrement partisant de l'abstinence totale et pense que l'on peut tenter de gérer une consommation modeste (éventuellement aidé par un traitement en parrallele). Je souhaiterais avoir l'avis de personnes qui arrivent à tenir sur ce type de rythme. Par ailleurs, un facteur naturel constitue un frein à cette gestion: depuis qqes temps, une consommation meme modérée (1/2 traits) occassionnent souvent une tachycardie soudaine et qui va aussi s'arreter tout aussi brutalement. C'est effectivement très impressionnant la premiere fois (battement à 150 par minute, peut etre plus, pendant 5 minutes). J'ai l'impression qu'il sagit d'un phénomène dit "de Bouveret" qui arrive sur des sujets sains et n'est pas à, priori dangereux. Est ce que quelqu'un qui consomme a déjà connu ce phénomène? Merci pour tout témoignage. Et bon courage pour toutes et tous, vers la modération voir l'arret total pour les plus ambitieux.
Max
Portrait de cgelitti
Salut hero...
Le bonheur se trouve souvent dans des petites choses de la vie et s'est souvent après pas mal d'année, que l'on juge que c'était le bonheur, "j'ai 51 ans", et c'est pas dans la poudre qu'on le trouve. Quand on est pas trop mal dans sa vie, on peut penser que ce n'est pas très grave, ya toujours pire, surtout quand on a 21 ans, mais c'est pourtant maintenant, qu'il faut te ressaisir, pour pouvoir mieux appréhender les années qui viennent, pendant que tu n'a pas trop de charge à assumer. Comment s'en sortir? pas de miracle!, la cure ou tout seul comme un grand que tu est, changer de mode de prise, et diminuer, avec le risque que ça dure longtemps, changer ses fréquentations ou apprendre à dire non, s'occuper, se comporter pour être le plus souvent possible dans les meilleurs dispositions, pour ne pas replonger, ou aller vers d'autres addictions, tout un programme, Bon courage A+
Sujet vérouillé