Mgeller
Portrait de cgelitti
Bonjour,

Voilà, je me tourne vers ce forum afin d'obtenir des avis et conseils... En espérant ne choquer personne...

Voici ma situation:

Il y a 8 ans, mes parents ont adopté un enfant. Je venais d'avoir ma fille, mon frère naturel était presque majeur. Mes parents approchaient de la cinquantaine (et avaient très peur de vieillir, je pense).

J'ai trouvé cette idée sympa, même si j'étais un peu effrayée. Mais les choses n'ont pas été simples du tout pour moi finalement, et aujourd'hui encore, j'ai beaucoup beaucoup de mal à gérer cette situation...

Il s'avère que je n'arrive pas à m'attacher à mon petit frère adoptif, et je culpabilise énormément. J'ai honte de le dire, mais il faut que ça sorte...

Je ne sais pas pourquoi cette difficulté à l'accepter... Plusieurs raisons possibles:

- Il est arrivé à l'âge de 6 ans

- Je n'ai pas vécu avec lui

- J'étais déjà maman...

- Je ne le trouve pas attachant... C'est horrible à dire, et ça me fait mal de l'écrire... Mais je souhaiterais tellement en parler pour y voir plus clair... Je trouve qu'il est calculateur, et qu'il n'est absolument pas attaché à sa famille d'adoption...

- Dès le début, mon petit frère s'est montré agressif envers ma fille, lui jetant des cailloux, etc... Et ce en prenant bien soin de le faire lorsque mes parents ne le voyait pas. Je ne voulais pas en parler de peur qu'on pense que je ne l'aime pas... Mais ça m'a profondément blessée.

- J'ai eu l'impression qu'à son arrivée, mes parents n'étaient plus des grands-parents pour mes enfants. Une sorte de "concurrence" s'est mise en place entre mon petit frère adoptif et mes enfants (j'ai eu un petit garçon par la suite). Il faut toujours l'encourager, le féliciter, alors que son comportement est loin d'être irréprochable (et je le comprends vu son passif difficile)...

Voilà, je ne suis pas fière de tout cela, et la culpabilité me ronge. Aujourd'hui, les réunions de famille sont difficiles, car si on ne lui parle pas, ou qu'on ne s'intéresse pas assez à lui, on a droit à des reproches (que je comprends). Mais à la fois, comment faire pour se sentir soeur lorsqu'on a 20 ans d'écart, qu'on n'a pas vécu avec son petit frère, qu'il n'est pas très agréable et qu'on est soi-même parent? Comment accepter que mes parents n'assurent pas leur rôle de grands parents, même si leur geste était très beau et généreux?

Suis-je égoiste? Jalouse????

Comment réagir face à mes parents, qui me culpabilisent. Je ne peux tout de même pas leur dire que j'ai une réaction de rejet vis à vis de mon petit frère? Mais je ne peux pas non plus faire semblant...

Si vous avez des témoignages qui pourraient me guider et m'aider à nouer un lien avec lui, à mieux gérer tout cela...

Je tiens à préciser que mon frère naturel a beaucoup de mal à l'accepter également...

Merci beaucoup. Je suis vraiment désolée d'avoir écrit des choses si dures, qui ont dû en choquer plus d'un... Mais j'espère trouver des solutions par le biais de ce forum...

Mgeller
Portrait de cgelitti
Merci Alice.

Je parle tout de même avec mon petit frère, et ce de manière tout à fait normale, sans l'agresser. C'est juste que n'ayant pas un retour satisfaisant et sincère, m'interesser à lui est une démarche que je m'oblige à faire mais qui n'est pas spontanée et pas aussi fréquente que le désireraient mes parents.

Je n'ai pas directement abordé cette question avec lui afin de ne pas lui dévoiler mon manque d'attachement à son égard, je pense que ce serait un aveu trop violent? Il a déjà beaucoup souffert, je ne veux pas en rajouter.

Mais il m'est arrivé de participer à des conversation qu'ont eues mes parents avec lui à propos de certains autres de ses travers: il ment souvent, cache des choses (notamment au niveau scolaire), a comme une double personnalité (il sait se montrer irréprochable devant nous mais dès qu'il est hors de notre vue, ce n'est plus le même).

Dans ces conversations, mes parents ont souligné le fait qu'il semblait toujours aller à l'encontre de ce qu'on attendait de lui, comme pour faire du mal. Alors il répond ce que mes parents ont envie d'entendre, ce qui les soulage et les satisfait, puis il recommence aussitôt, ce qui étonne systématiquement mes parents! Pourtant, c'est cette boucle à laquelle on assiste depuis qu'il est là.

Pour moi, il est clair que mon petit frère est très manipulateur et mes parents très naïfs. Mais si j'ai le malheur d'exposer ce ressenti à mes parents, ils m'accuseront de ne pas l'aimer, de ne pas faire d'effort...

Je constate amèrement que cette expérience a apporté beaucoup de difficultés et très peu de satisfactions à mes parents (qui depuis sont toujours stressés et confrontés à de nombreux problèmes), même s'ils ne l'avoueront jamais. Bien sûr, ils ont sauvé cet enfant de la misère, ce qui est en soi quelque chose de fabuleux. Mais nous avons perdu beaucoup de la complicité qui existait dans notre famille auparavant: chacun guête et juge les réactions de l'autre à propos de cet enfant, les relations sont tendues, le contact ne passe pas entre cet enfant et nous, sa famille adoptive. L'harmonie est loin d'être au rendez-vous.

Je ne sais pas pourquoi ce grand malaise et ce sentiment d'échec. Peut-être qu'un autre enfant se serait mieux adapté? Peut-être ont-ils adopté trop tard? Peut-être n'étaient-ils pas prêts?
Je trouve ça tellement triste.

J'espère vraiment que les choses évolueront dans le bon sens, même si je suis un peu pessimiste vu qu e mon petit frère entame, comme vous le disiez Alice, cette période difficile de l'adolescence...



Zoe
Portrait de cgelitti
Bonjour,

En fait tout ce que tu dis est logique et pas choquant mais juste un peu dur envers 1 enfant de 6 ans
tu dois dire à tes parents exactement ce que tu as écrit et ressent sinon ils ne comprendront pas ton attitude et seront blessés
E ssaie juste de faire des efforts envers lui, c'est un enfant, c'est toi l'adulte qui doit faire les pemiers pas, d'autre part il ne faut pas laiisser passer le fait qu'il soit agressif envers tes enfants surement pas sous pretexte que ça va choquer tes parents il faut le guider aussi et lui poser des limites, il a juste besoin d'etre cadré mais aussi entouré;
Mgeller
Portrait de cgelitti
Merci de tout coeur Zoé pour ta réponse.
En fait, mon petit frère a maintenant 14 ans, et les problèmes sont toujours présents. C'est pourquoi cela m'inquiète. J'aurais compris que mes difficultés à m'attacher à lui soient présentes au tout début, mais rien ne s'améliore malgré les années qui passent...
Il n'est plus agressif envers mes enfants, mais dès qu'il le peut, toujours en prenant bien soin de le faire discrètement, il leur dit des bêtises, il cherche à leur faire de la peine. Pourtant, mes enfants l'aiment vraiment très fort...
Je me sens incapable de dire tout cela à mes parents... Ils sont très susceptibles à ce sujet, car ils sentent certainement que le contact est difficile. Ils souhaiteraient que je me comporte avec lui comme je me comportais avec mon frère naturel lorsque nous étions petits... Mais cette complicité n'existe pas, et ne peut pas, je pense, être semblable, de part la différence d'âge, le fait que nous n'ayons jamais vécu ensemble...
Bien sûr j'essaie de faire des efforts pour m'intéresser à lui, mais je me force, et c'est ce qui m'inquiète. Je n'ai aucune envie de discuter avec lui, je lis dans ce qu'il resssent, j'ai vraiment l'impression que tout ce qu'il dit et fait devant moi n'est qu'apparences, comme s'il jouait un rôle... Et je m'en veux de ne pas réussir à surmonter cela pour lui et pour mes parents.
Encore merci Zoé, j'attendais une réponse avec tant d'impatience...

Alice
Portrait de cgelitti
Bonjour,

en effet cela semble etre une situation difficile pour vous vous votre famille.

JE sais que vous dites ne pas avoir envie de parler avec lui, mais avez vous deja essayé de parler de ce probleme directement a votre petit frere.De prendre son point de vue, sans l'agresser ou le blesser pour autant, mais en lui demandant ce qu'il attend de votre famille. C'est un jeune homme de 14 ans, donc en age de comprendre, il cherche peut etre a exprimer le mal etre qu'il garde au fond de lui.

Il s'est probablement forgé une carapace, mais elle ne doit pas vous déstabiliser pour autant, de plus votre petit frere entre en période d'adelecence ce qui est deja une periode difficile, mais ce le sera encore plus pour vous et votre entourage je pense.

Bon courage.
Sujet vérouillé