Fracture d’ostéoporose : cinq différences hommes/femmes

Publié par Hélène Joubert, journaliste scientifique le Vendredi 12 Février 2016 : 17h02
Mis à jour le Jeudi 18 Février 2016 : 11h08

L’ostéoporose et le risque de faire une fracture ostéoporotique ne sont pas l’apanage de la femme et ne sont pas forcément liés à la ménopause. L’homme en souffre aussi, moins souvent mais avec des conséquences plus sévères. Homme ou femme, la même maladie ?

Ostéoporose, les hommes plus souvent épargnés

Avec des os plus volumineux et donc plus résistants à la fracture, les hommes ont une masse osseuse qui dépasse celle des femmes. L’ostéoporose - cet os devenu mince, poreux et très fragile - ne les épargne pas pour autant. Les hommes voient leur capital osseux diminuer dès 50 ans, sous le coup de la baisse de la production des hormones sexuelles (estrogènes, testostérone) et d’autres facteurs. Longtemps considérée comme une maladie féminine, l’ostéoporose et son risque de fracture touchent néanmoins 15% des hommes après l’âge de 50 ans.

Alors que l’immense majorité des fractures dues à l’ostéoporose chez la femme surviennent après la ménopause (du fait de la carence en œstrogènes), chez l’homme, elles sont surtout fréquentes entre 15 et 30 ans (fractures traumatiques liées aux accidents de la voie publique, du travail et du sport, accidents plus fréquents que chez la femme jeune) puis après 60 ans, où leur nombre (vertèbres, extrémité supérieure du fémur et de l’humérus, tibia, bassin) s’envole. Dans ce dernier cas, peu importe le sexe, la fracture ostéoporotique de la personne âgée est spontanée ou due à un traumatisme minime.

Pr Bernard Cortet, responsable de l’unité osseuse du service de rhumatologie au CHU de Lille et président du GRIO (groupe de recherche et d’information sur les ostéoporoses) : « L’ostéoporose est surtout associée au sexe féminin et en effet, environ 40% des femmes seront un jour ou l’autre concernées par la survenue d’une fracture ostéoporotique. Chez l’homme, c’est entre deux et trois fois moins fréquent, mais ça n’est pas pour autant négligeable. Environ 15% des hommes de plus de 50 ans vont faire une fracture au cours de leur vie, mais les fractures vertébrales (le tassement de vertèbres) sont très fréquentes chez les hommes âgés ».

Ostéoporose, les hommes plus durement touchés

Chez l’homme, lorsque l’ostéoporose frappe, c’est souvent plus fort. Les conséquences sont généralement plus graves en cas de fracture sévère car celle-ci survient surtout sur un terrain "fragile" c’est à dire plus souvent en présence de facteurs de risques (tabagisme, intoxication éthylique etc.) et de nombreuses maladies associées. Par exemple, l’alcool (consommé de manière prolongée à raison d’au moins 3 verres/jour) détruit le tissu osseux.

Pr Cortet : « On a tendance à l’oublier : l’ostéoporose peut être une maladie fatale. La mortalité à 5 ans après une fractureliée à l’ostéoporose atteint 51% chez les hommes contre 39% chez les femmes de plus de 60 ans (1). Certaines fractures ostéoporotiques dites sévères (vertèbre, hanche, bassin, humérus) augmentent le risque de décès. Mais cette surmortalité est plus importante au sein de la population masculine. Au-delà de 80 ans, les fractures chez l’homme sont trois fois moins fréquentes que chez la femme mais elles s’accompagnent d’une surmortalité deux à trois fois plus importante. »

Publié par Hélène Joubert, journaliste scientifique le Vendredi 12 Février 2016 : 17h02
Mis à jour le Jeudi 18 Février 2016 : 11h08
Source : * www.grio.org/test-risque-osteoporose.php et **www.shef.ac.uk/FRAX/tool.jsp?country=12
1) Bliuc, JAMA 2009 301(5):513-21
Informations sur www.grio.org/documents/fiche-pratique-70-1302703056.pdf
D’après des entretiens avec les Prs Bernard Cortet, chef de service de rhumatologie (CHU de Lille) et président du GRIO (groupe de recherche et d’information sur les ostéoporoses) et Pierre Mongiat-Artus, chirurgien urologue (Hôpital Saint Louis, Paris)
A lire aussi
Ostéoporose : les hommes aussi !Publié le 20/10/2004 - 00h00

Si 40% des femmes sont concernées par l'ostéoporose, on oublie souvent que 16% des hommes le sont aussi. Cette proportion, loin d'être négligeable, s'explique en partie par le vieillissement de la population masculine, mais aussi par l'existence de facteurs de risque et de pathologies...

Ostéoporose : efficacité confirmée du ranélate de strontiumPublié le 07/05/2007 - 00h00

Le ranélate de strontium est un médicament récent dont les effets préventifs vis-à-vis de l'ostéoporose sont très puissants. Il diminue de 45% le risque de première fracture vertébrale et de 32% le risque de fracture périphérique (poignet, fémur). Il est également efficace quel que soit...

Ostéoporose : le traitementPublié le 29/05/2006 - 00h00

L'ostéoporose, maladie du squelette caractérisée par une fragilité osseuse, conduit à une augmentation du risque de fracture. Du fait du vieillissement de la population, cette affection est extrêmement fréquente. Il convient de diagnostiquer l'ostéoporose à temps. Concernant les...

Ostéoporose : lutter contre l'indifférencePublié le 13/10/2003 - 00h00

Chaque année en France, plus de 130.000 fractures sont liées à une ostéoporose (et dans le monde, il se produit une fracture toutes les 20 secondes…). Avec l'allongement de la durée de vie, ce chiffre devrait doubler d'ici 2040. Il est aujourd'hui essentiel de ne plus considérer la survenue...

Plus d'articles