amoty
Portrait de cgelitti
- FILS D'UN PERVERS NARCISSIQUE ??Ce que je définirait comme père, et je sais que la majorité partagerait le même avis que moi, c'est une personne qui veille sur ses enfants, les encourage, les enseignes les bases qui leurs seront utiles a l'age adulte, leur forge une personnalité et leur fait découvrir le monde qu'ils seront contraints de combattre un jour ou l'autre, bref, je vois en un père ce sage qui enseigne l'art de guerre a son jeune guerrier tout neuf..ce n'était pas mon cas..si je me suis tourne ce jour vers ce forum pour discuter une parcelle de ma vie, c'est que j'avais tant souffert de ressentir toujours un vide immense au fond de moi, je ne me trouvait aucune ambition, aucun gout, aucun plaisir a vivre, j'ignorais tout du monde qui m'entourait, j'avais du mal a parler au gens, a m'exprimer et faire sortir mes sentiments, je n'avait pas de confiance en moi même...J'ai vécu ainsi une enfance bien plus que simple, je la qualifierait de déserte..j'avais dés le début senti que je n'était pas comme les autres enfants, je ne vivais pas, on me faisait vivre, qui?? mon père.. Il ne me laissait aucune liberté, aucun choix, aucun avis, sous prétexte que j'étais immature et incompétent, quand je me referait aux autres enfants, il me dirait que ceux la étaient bien plus matures que moi..'attendis donc patiemment le moment pour qu'on me considérerait comme responsable de mes actes, mais en vainc. Mon père devint de plus en plus contraignant, de plus en plus rude..et a chaque fois que j’essayais de montrer que j'existe, il devenait plus dur et plus froid, on dirait un garde qui serrait davantage le poing sur la chaine de son prisonnier. C’était ça, je me sentait prisonnier de mon père, il me faisait vivre a sa manière, m'injectait le poison de ses pensées, que je découvris plus tard qu'elle était toutes fausses et erronées..Je me permettrais ci-dessous de donner un portrait en lettre de lui, question d’abréger mon récit..- c’était le genre de personne qui voulait toujours avoir le dessus, aucune parole n’était aussi juste que la sienne, nulle personne ne savait plus que lui, personne n'avait le droit de critiquer ses choix et ses avis...- Il prenait les autres pour des ignorants, des fous, des psychopathes et schizophrènes, qu'il fallait oublier tout ce que disait les autres, n’écouter que ce qu'il disait..- Il humiliait d'une manière si pénétrante, si agressive, que ses mots semblait être des lames qui vous taillait la pensée et l'esprit..Il riait des avis des autres comme on rirait des propos d'un fou.. - Il nous faisait faire des choix malgré nous, disant que c’était le choix de notre destinée, trouvait des prétextes a tout ce qu'il faisait et disait, trouvait des raisons humaines et religieuses tordues pour prouver et imposer ses choix, des raisons qu'on ne pourrait refuses..il menaçait de façon confuse, et on la ressentait cette menace, comme l'orage qui s'annonce dans un ciel gris, on en prévoyait déjà les premiers éclairs..- il nous refusait toute chose, il trouvait des prétextes pour s’échapper de nos attentes de lui comme père, "je suis fatigue je veux me reposer" "je viens du boulot je suis fatigué ne me dérange pas" "ne vois tu pas que je suis en train de prendre mon déjeuner, revient plus tard.." "je vien de finir mon repas j'ai besoin de temps pour digérer, ne vien pas me parler maintenant, plus tard peut être" etc etc..- On ignorait tout de lui, moi, ma mère, mes sœurs, il ne disait rien de son travail, de ce qu'il vit dans sa journée, rien...tout ce qu'on savait c’était qu'il avait faim ou besoin de repos..- Quand on lui posait des questions, ses reponses étaient toujours mal formulées, recouvertes d'un étrange brouillard, incompréhensibles, mais étrangement acceptables..- Il se mefiait de tout le monde, même ses proches ses amis, il refusait l'aide de n'importe qui, disait qu'on lui voulait du mal, il etait toujours a l'affut, guettait, craignait, préparait en secret..- Il avait refuse depuis un temps bien tot sa responsabilité en tant que pere et en tant que mari, disant qu'il etait trop vieux (50 ans) et trop malade pour supporter notre "folie".. disait que selon lui c'est les enfant qui prennent soin de leur parents..- il présentait une sympathie sans égal a l'égard de ses amis, a la maison sur le téléphone, il leur parlerait mieux qu'un ange, leur offrant des multitudes de services et de faveurs sans contre partie, se montrait si indulgent si tolérant si aimable, que je me doutait si serait bien lui, mais dés qu'il repose son portable, il revient a son état de froideur et d’insensibilité, si effroyable et effrayante.- Il niait complétement nos gouts pour la vie; pas de sorties en famille, pas de voyage, même pas une ballade a pied a ses cotes, disant être submergé par le travail..- Il me reprochait de ne pas m’intéresser a mes études, alors que je passait presque toute ma journée penché sur mes bouquins, et de même avec mes sœurs- Il me disait que ma mère n’était qu'une folle, une psychopathe sans esprit et sans cerveau, que je perdrait ma vie si je suivait ce qu'elle me disait, que je devait la fuir comme la peste, ce que je fesais depuis mon jeune age, j'ai appris' bien malheureusement a haïr ma propre mère sans même avoir de preuves, sous prétexte que mon père la savait mieux que moi..- Il disait bien souvent qu'on lui a bousillé sa vie, qu'il le supportait plus notre responsabilité, que nous voulons le tuer, qu'on voulait vivre de son propre sang, de son propre argent, de sa propre réputation.- Il se montrait comme le MARI parfait, comme le PÈRE PARFAIT en présence des invités, il riait, parlait de nous, se prenait aux petits sois pour nous, devenait si doux avec ma mere, et je remarquait toujours cette impression sur son visage comme pour dire :"un jour on reconnaitra ton vrai visage"...- Il ne tenait pas ses promesses, mentait sur ce qu'il fesait, sur ou il allait etc...- Il nous cachait tous sur sa famille, et encore plus sur la famille de ma mère, alors que lui savait tout ce qui se passait, la preuve c'est qu'il disait tout quand quelqu'un nous rendait visite...- Il parlait souvent de lui comme étant une personne si intelligente, si responsable, si modeste, si parfaite etc.. et nous plaignait de ne pas être a sa hauteur, nous rabaissait sans regret, il disait toujours ce proverbe: "le feu donne naissance aux cendres"..- Il se faisait un esprit calme, disait qu'il ne se laissait pas troubler par les émotions pour cacher son insensibilité et sa froideur glaciale..C'est ainsi que je le voyait, je découvrait chaque jour une chose nouvelle sur lui, qui me faisait éloigner de plus en plus de lui. Aujourd’hui a l'age de 18 ans, je ne vois en lui qu'un etranger, qui rentre et sort de la maison, je ne ressentait rien a son égard, ni amour ni haine, juste un simple étranger insensible... je ne ressens pas cette angoisse qu'on les enfants de perdre l'un de leur parents, sa mort me serait si indifférente que l'est sa vie aujourd'hui..On ne se parle que rarement ces derniers temps, mais ce que je vois dans ses yeux, c'est cette frustration du chasseur qui perd son butin.. qui le poursuit, lui colle au trousses pour le reprendre..La conséquence de tout cela, c'est que je suis devenu agressif, irrité, je me mettais en flamme contre n'importe qui et n'importe quel incident, je souffre depuis quelque temps d'une sérieuse insomnie, sans compter un isolement social, et que j'arrive plus a me faire des amis, on dirait j'ai développé une "phobie sociale", je reste dans ma chambre tout le jour, a ne rien faire, je me sens comme profondément anesthésié, vidé, et profondément triste..J'essaye tout de même de me créer une nouvelle vie, de me retrouver une personnalité, des ambitions et des gouts, bref de faire de moi mon propre père...J'aimerais tant recevoir vos réponses et vos avis, je vous remercie d'avance...
amoty
Portrait de cgelitti

 

Salut/bonjour anonyme 0613,

Ce soir à 1H00 du mat j'ai tapé "fils d'un pn" pour essayer de partager la souffrance psychique terrible de l'enfer avec qq'un même anonyme, pour écouter le coeur de l'autre qui résonne alors dans le mien.

Je reviens aussi de l'enfer de l'intolérance et de la non-compréhension car c'est toujour de cela qu'il s'agit. En effet quand tu comprend (émotionnellement comme intellectuelement indissocié) tu a moins peur et alors tu peux avancer.

En lisant ton texte je lis un courage immense dont j'ai conscience vraiment que tu a fait preuve dans la conscience progressive de ce que cela signifie pour ta résilience (si tu accepte ce concept de Boris Cyrulnique qui a vécu un enfer avec sa mère qui l'a "abandonné" pour lui sauver la vie ce qui fait penser à un  acte absurde rendu possible par un pervers-n : Hitler. Les PN engendre les actes PN même si la personne ne l'ai pas: elle n'a plus le choix face à ce type de manipulation).

Ton témoignage est donc trés précieux pour des acteurs sociaux et tout une société dont nombre des êtres qui la composent se sentent mal dans l'absurdité car chacun aspirent à vivre bien et rendre ce bien. Helas c'est encore la compréhension qui faillit. Dans cette faillite les PN ont la plus lourde responsabilité (pour moi il ne sont pas irresponsables, pas "fou" mais "pervertis" dans un rapport erroné à autrui pris en simple objet de désir et non en être humain). Le seul moyen avec eux c'est de faire comme-ci ils existent pas m'a t-on dit et cela m'a sauvé la vie à plusieurs reprise car les PN m'"adorent" (enfin le simulent t-ils bien sûr).

J'ai souffert affreusement des acteurs de ma société française car j'ai découvert récemment que une partie de ma personnalité était fortement coloré par un comportement de "surdoué" comme on dit or je ne suis pas ok avec ce mot qui est pervers (car il met à distance de l'autre que j'ai déjà tant de mal à rejoindre ordinairement). Je suis surtout ultrasensible, c'est donc sans étonnement finalement que j'ai versé qq larmes à la lecture de ton superbe texte, clair surtout car là vraiment c'était accrochant. Un fils de PN ce n'est pas anodin, c'est une personne qui à mon sens a acquis un grand degré d'humanité, une compréhension humaine importante, je ne pense pas me tromper. Il paraît que je suis trés exposés aux PN car ouvert à tous, eh bien grâce à des témoignage comme le tiens je suis moins exposé alors merci!

VIVE LE DIRE VRAI

 

 

 

 

 

lalouise
Portrait de cgelitti

    Vous avait bien plus souffert et et souffrer toujours de ce "père" INDIGNE. La fuite, c'est la fuite qu'il faut prendre. Allez voir votre medecin pour qu'il vous fasse admettre dans une maison de repos, vous pourrez ainsi commencer a vous reconstuire, ce qui sera très long mais necessaire. Je suis de tout coeur avec vous. Votre temoignage est bouleverssant ansi que celui de déb2v, justice et clefdeschamps. J'ai moi même eu un depart de vie très difficille, maintenent je vais beaucoup mieux, j'ai reussi là où je ne croyer jamais reussir. J'éspére qu'il en sera de même pour vous. Prenez soin de vous, votre mère et et frères et soeurs, ne le laisser pas vous detruire plus qu'il ne l'a déjà fait. Comme le dit Déb2v c'est lui le damné.   Gardez éspoir et courage    L

justice
Portrait de cgelitti

Ces gens la il faut les fuir sans se retourner car seule leur personne compte , il s'abreuvent de la force des autres comme le fait mon mari me concernant. Moi je vais liberer mes enfants de ce poids et moi aussi. Je vais demander le divorce c'est decidé. Dans ton temognage je le retroue et moi c'est ma fille qui aujourd'hui insomnique et socipathe enfin presque depuis qu'il a fouillé dans ses affaires et lu ses echanges avec ses amis. Mon fils lui souffre en silence. Je vais les liberer de lui les sauver et me sauver sinon on va finir tous fous. Voila courage et bat toi , sauve toi cours loin tres loin de ce dingue.

Déb2v
Portrait de cgelitti

Bonjour, 

 

Je reconnais le père de mes enfants à travers votre témoignage, je me bats de toutes mes forces depuis déjà des années pour protéger mes enfants de cette destruction de masse que nous imposent ces monstres. Mes enfants ont 7 et 4 ans, et certains des symptômes que vous décrivez sont déjà là... Aujourd'hui, je suis séparée, il est allé trop trop loin et notre situation est entre les mains de la justice et d'un expert pédopsychiatrique. J'ai peur qu'il puisse avoir un droit de visite comme un père digne, c'est ainsi qu'il se défini... J'imagine aussi le désespoir de votre mère, c'est très difficile de lutter contre ces personnes, et ils arrivent à embobiner tout le monde, et vous passez effectivement pour une folle... Est-ce qu'il a été violent avec vous? Physiquement? J'essaye d'accepter que je devrais composer avec lui, et pire encore mes enfants, parce qu'il reste leur père, celui que j'ai choisi pour eux. Vous devez l'accepter aussi pour pouvoir vivre avec cette énorme souffrance. Ne le laissez pas vous détruire, car c'est ce qu'il continue à faire, et vous lui donnerez raison, vous êtes la victime, mais vous n'êtes pas condamné, le damné est votre père. J'espère que vous pourrez trouver la paix. 

clefdeschamps
Portrait de cgelitti

Egalement je reconnais mon ex-mari.Nous sommes en instance de divorce.J'ai 2 filles de lui.Son père est aussi pervers narcissique ainsi que sa grand-mère!!Il a été lui-même victime et il est maintenant PN.J'ai toujours trouvé en lui en 16 ans de vie commune quelque chose qui clochait.Je m'en suis aperçue lorsque j'ai appris par hasard son adultère il y a un peu plus d'1 an.Tout alors est devenu une évidence.Pour préserver les filles,j'ai préféré fuir,puis le divorce.Je suis suivie par une psy.Cette dernière ainsi que mon médecin traitant m'ont confirmé son comportement et m'ont dit que j'avais pris la bonne décision.Maintenant Monsieur se prend pour la victime et se plaint sans cesse.Il cherche à se venger absolument.Une célébre phrase de Monsieur Racamier:"tuez-les ils s'en moquent,humiliez-les ils en crèvent".Je l'ai fait,il m' a détesté davantage et là depuis quelques mois j'ai fait le choix de l'ignorer c'est encore mieux!Ca marche et ça fait du bien!Donc la seule solution c'est de FUIR!!Il s'est trouvé une nouvelle victime,je l'ai prévenue mais elle n'a pas l'air de comprendre.Il l'a tellement bien manipulée...Je pense aussi à mon ex belle-mère qui doit être bien détruite...Prenez votre courage à deux mains et fuyez,ne regardez pas en arrière.

Karine

anonyme0613
Portrait de cgelitti

selon vous et votre experience, quelle serait la methode ideale pour retrouver la paix, l'accepter et vivre avec ce poids sur les epaules ou refuser tout contact et rompre la relation pere/fils, parceque la je ne supporte plus ses paroles ni son regard d'ailleurs, c'est comme si on pointait une arme sur moi, je deviens tres mefiant a son egart, et je ne croit plus en ses mots...

J'aimerait tellement vivre une vie normale comme tous les autres, me sentir libre  et responsable de mes actes, mais faudra d'abord se debarasser de ce poids ecrasant, donc c'est quoi la bonne methode??

Sujet vérouillé