mél
Portrait de cgelitti
Bonjour. Je suis âgée de 25 ans, je suis institutrice. Je suis mariée depuis plus d'un an à un homme adorable. Enfin rassurée quant à ma situation je me suis décidée à avoir un enfant. Il a déjà fallu plus de six mois pour que ca fonctionne. Je surveillais ça de prés et j'ai su rapidement quand je me suis retrouvée enceinte. J'ai eu tout de suite les symptômes de la grossesse: seins douloureux, nausées et surtout un ventre qui grossissait rapidement. J'ai donc mis mes parents et ma soeur au courant parce que ça commençait à se voir. Nous avons commencé à faire des projets: quelques achats, projet de travaux pour la chambre... Hélas,un mercredi j'ai eu des saignements importants. Je me suis immédiatement rendue aux urgences à l'hôpital et le gynécologue m'a dit que l'embryon ne vivait plus depuis 15 jours. Je me trouvais à la neuvième semaine. Il a prévu un curtage pour le mardi suivant. Je l'ai très mal pris mais je suis repartie et j'ai terminé ma journée au travail pour y penser le moins possible. J'ai retrouvé mon mari le soir, lui aussi l'a très mal pris et nous avons pleuré ensemble. Le lendemain, je me sentais encore plus déprimée et j'ai décidé de retourné travailler pour éviter de retourner tout ça dans ma tête mais au cours de la journée j'ai eu des douleurs de plus en plus importantes dans le ventre et énormément de pertes. Le soir je souffrais tellement que nous sommes retournés aux urgences. Ils m'ont gardée et m'ont donné des calmants tant les douleurs étaient importantes. J'avais de très fortes douleurs dans le ventre et ça descendait dans les jambes et ça montait dans le dos. Le lendemain, on m'a fait un curtage d'urgence dans l'après-midi. Après m'être réveillée de l'anesthésie, je me sentais mieux, libérée. J'ai eu aussi énormément de chance, mon mari est resté près de moi jour et nuit et il m'a réconforté à chaque fois que ça n'allait pas. Ca fait maintenant trois jours que l'opération a eu lieu et je suis rentrée chez moi mais à présent, je me sens vraiment très mal. J'ai un vide en moi, mon gros ventre a tout à fait disparu et j'ai parfois l'impression d'avoir rêvé. A d'autres moments je pleure et je ne sais plus m'arrêter, je me sens mal, j'ai l'impression que je ressentirai ça tout le temps. Je le voulais tellement ce bébé. J'ai beau me dire que d'autres personnes vivent des drames pires encore comme certains témoignages que j'ai pu lire, c'est trop dur pour moi. Nous étions prêts, nous avions pensé à tout pour son bien-être mais voilà maintenant c'est fini.J'ai beau essayer de positiver, je n'y arrive pas. J'avais besoin d'en parler encore. Merci de votre attention et faites-moi part de vos témoignages.
mél
Portrait de cgelitti
je suis ravie d'avoir à nouveau de tes nouvelles je me demandais comment tu allais prendre l'air ça fait du bien surtout après autant de mésaventures il faut se poser.Moi j'étais comme toi j'ai eu besoin d'en parler beaucoup et donc de pleurer beaucoup mais il est vrai que le temps passé et que du coup ça va mieux et quand tu recommenceras les essais tu verras les choses autrement.le plus important finalement c'est que ton mari te soutienne et que vous puissiez échanger par rapport à ta fausse couche.Moi j'attends patiemment mon tour on essaye et puis on verra bien quand un petit bout voudra bien pointer son nez.En tout cas je te souhaite plein de bonnes choses tiens moi au courant à plus
Stéphanie
Portrait de cgelitti
Désolé pour mon long silence mais je suis partie en vacances une semaine. Ca nous a fait un bien fou à mon mari et à moi-même. S'éloigner des autres nous a été très bénéfique. Nous avons parlé à plusieurs reprises de ma fausse couche et à force c'est beaucoup plus facile à gérer. Nous avons à nouveau des rapports et ça aussi bizarrement ça m'a fait un bien fou. Plus de saignements, rien du tout, c'est parfait. Je termine ma pillule et nous essayons à nouveau, je me sens prête à retenter le coup. Merci encore mille fois pour tes messages et tiens-moi au courant de ce qui se passe pour toi.A plus
mél
Portrait de cgelitti
je comprends ta réaction car moi aussi j'avais l'impression que les gens ne comprenaient pas avec leur"c'est pas grave dis toi que tu pourras recommencer ou encore dis toi que la nature est bien faîte" bref toujours plus facile à dire qu'à faire.Surtout il faut que tu evacues ta tritesse moi j'ai pleuré pendant longtemps ,mon mari rentrait du travail le soir et me retrouvait en train de pleurer je dois avouer que même si mon mari a été adorable et present il a vite été désemparé j'ai d'ailleurs noué des contacts avec des femmes qui ont vécu la même chose que nous et ça m'a fait du bien.Comme pour des choses graves seul le temps fera son oeuvre ça sera surement long mais il faut que tu en parles et que tu tournes la page.Déjà quand tu auras eu ton retour de couche ça ira mieux.Je te souhaite beaucoup de courage dones moi de tes nouvelles a plus
Stéphanie
Portrait de cgelitti
Ce matin, je me sens mieux, je suis sortie un peu ça m'a fait du bien. Mais hier soir ça a été la catastrophe, quand je suis comme ça j'ai vraiment l'impression que ça n'ira jamais plus. L'ennui c'est qu'à part mon mari qui est on ne peut plus adorable, mes parents et ma soeur, qui sont les seuls au courant, n'ont pas l'air de se rendre compte que c'est une catastrophe pour moi. Ils essaient de me réconforter mais j'ai l'impression qu'ils veulent me faire dédramatiser mais ça ne marche pas. Je pense que dès que ce sera possible on se remettra au travail mais j'appréhende déjà une autre grossesse. Merci pour ton message et tiens-moi au courant de ce qui se passe pour toi. A plus
Stéphanie
Portrait de cgelitti
Ca fait maintenant une semaine que j'ai subi mon curtage et franchement je me sens mieux. Je n'avais aucune envie de sortir les jours précédents et mon mari m'a obligé à aller faire un peu les magasins, avant-hier nous sommes allés au ciné et hier au resto. Ce n'est pas du tout dans nos habitudes de bouger comme ça mais ça m'a sorti de ma léthargie car je ne faisais plus grand chose et toutes les après-midis c'était sieste. Je suis allée aussi un peu travailler sur le côté, je me force. J'y pense et j'arrive à positiver, tous les saignements se sont déjà arrêtés et la gynécologue m'a dit qu'après un mois de pillule, je pouvais réessayer, ça m'a fait un bien fou. Par contre, je n'ai aucune envie de voir des gens que je connais mis à part mes proches qui sont au courant. J'ai peur que les autres me parlent de choses banales en se prenant la tête et je crains de mal réagir donc je préfère éviter. ET ce soir pour continuer à foncer, j'ai invité mes parents, ma soeur (avec son copain et leur bébé d'un mois et demi) à souper pour l'anniversaire de ma mère. J'ai vraiment envie de ne pas me laisser abattre, je me sens repartie et maintenant, je sais que ça va aller. J'espère que pour toi aussi ça va et merci mille fois pour ton écoute et tes messages, ça fait un bien fou de se savoir comprise. A plus
mél
Portrait de cgelitti
Bonjour Stéphanie je t'écris car j'ai vécu aussi une fc il y a presque 4 mois.J'ai 28 ans et j'ai passé 4 fois le pe sans succès alors avant qu'il ne soit trop tard nous avons décidé d'avoir un enfant meme si la situation financière dans laquelle nous sommes ne nous le permet pas forcément.Alors pour résumer notre histoire j'ai arrêté la pilule en octobre et au mois de février pas de règles mais sachant que j'avais des cycles irréguliers on a patienté et puis je fais un test négatif alors on patiente toujours rien et puis finalement test positif.Donc là on fait prise de sang et rdv pour echo de datation et là ça se complique car au lieu d'etre enceinte de 7 semaines en fait j'ai un cycle qui avait sauté et donc je débutais de quelques jours.Bref je passe, finalement j'étais enceinte de 5 semaines et de 2 oeufs clairs.Donc fc médicamenteuse.Alors en fait pourquoi je te réponds tout simplement parce que cette fc m'a totalement anéantit 'ai cru que le monde s'écroulait alors effectivement je n'étais enceinte que de 5 semaines mais je l'ai su pratiquement des le premier jour donc pendant 5 semaines j'ai vécu comme une future maman sans penser que ça pourrait arriver.Je l'ai tres mal vécu et j'ai eu du mal à tourner la page maintenant ça va mieux je reprends les essais avec mon mari.Si tu as besoin d'en parler je suis là je te souhaite beaucoup de courage pour la suite et ça ne présage en rien^pour la suite donnes moi de tes nouvelles.
mél
Portrait de cgelitti
je suis ravie que tu ailles mieux c'est vrai que trouver la force de positiver n'est pas evident et oi aussi j'ai eu du mal à voir les gens surtout ceux qui savaient pour la grossesse il a fallu leur annoncer cependant certains ont été perspicaces en ne voyant plus mon ventre grossir.Concernant la fc je n'ai pas voulu reprendre la pilule car déjà je n'ai pas de cycles réguliers j'en avais meme un qui avait sauté donc j'ai préféré mettre des préservatifs(mon mari était ravi il déteste ça) mais bon c'est une question de survie.Concernant la reprise des essais nous on a attendu deux cycles pouretre surs donc on recommence depuis le mois dernier.par rapport aux autres tu vas avoir un temps d'adaptation car evidemment il y a ceux qui ont toujours un avis sur tout et c'est pénible donc ne te laisses pas faire et remets les à leur place tu verras en plus ça fait un bien fou.Après le plus dur c'est quand on t'annonce une grossesse là c'est chaud il faut ravaler sa tristesse et faire celle qui est ravie alors que tu n'as qu'une envie c'est de t'enfermer dans ya chambre et pleurer en te disant que ce n'est pas juste et puis avec le temps ça passe.Surtout passes du temps avec les gens avec qui tu te sentes bien et à qui tu peux te confier pleurer ou crier ou meme rabacher la meme chose et parles à ton mari le mien a été bouleversé mais il va de l'avant et m'a beaucoup aidé.Voilà j'espère que ça ira mieux et tu aborderas ce mois de vacances dans de meilleures dispositions je suis à ton écoute si tu as besoin bon courage
Sujet vérouillé