Fatigue, déprime, surpoids... et si c'était une carence en iode ?

Publié par Paule Neyrat, Diététicienne le Lundi 29 Avril 2013 : 10h00
Mis à jour le Vendredi 11 Septembre 2015 : 11h56
-A +A

Constipation, surpoids, fatigue, déprime, problèmes de mémoire... sont peut-être le signe d'une carence en iode.

L'iode est un oligoélément qui fait peu parler de lui. Pourtant on peut en manquer car il est rare dans notre alimentation.

Les répercussions d'une carence en iode peuvent être catastrophiques surtout chez la femme enceinte et le jeune enfant. Quels sont les signes de carence ? Quels sont nos besoins ? Dans quels aliments en trouver ?

A quoi sert l'iode ?

Nous avons, située à la base du cou, une jolie glande en forme de papillon, de 25 à 30 g, la thyroïde. Elle sécrète deux hormones : la triodothyronine (T3), la thyroxine (T4) sous l'impulsion d'une autre hormone, la TSH, qui vient de l'hypophyse.

La T3 et la T4, couramment appelées en bloc hormones thyroïdiennes, interviennent dans les métabolismes des protéines, des lipides et des glucides et elles sont indispensables au développement de toutes les cellules et plus particulièrement à celles du système nerveux. Et que faut-il pour que la thyroïde fabrique correctement ces essentielles hormones thyroïdiennes ? De l'iode !

A chaque âge ses besoins en iode

Selon l'ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation), les besoins en iode sont évalués à 80 microgrammes chez les enfants de 1 à 3 ans, 90 microgrammes chez ceux de 4 à 6 ans, puis 120 microgrammes jusqu'à 9 ans, et enfin 150 microgrammes à partir de 12 ans et pendant le reste de la vie. Mais quand on attend un bébé, il faut au minimum 200 microgrammes d'iode : normal, il est important que l'embryon grandisse bien et qu'il ait des cellules nerveuses performantes. Ce besoin de 200 microgrammes se prolonge quand on allaite, et ce pour les mêmes raisons. Ainsi en vue d'une grossesse, certains gynécologues proposent à la future maman, une iodurie, c'est à dire une mesure du taux d'iode dans l'urine. En cas de carences, des mesures diététiques peuvent être ainsi mises en place quelques mois avant la conception.

Publié par Paule Neyrat, Diététicienne le Lundi 29 Avril 2013 : 10h00
Mis à jour le Vendredi 11 Septembre 2015 : 11h56
Source : www.fao.org - www.who.int - www-dsv.cea.fr/institutes/unite-protection-sanitaire-contre-les-rayonnements-ionisants-et-toxiques-nucleaires-prositon/radiobio-tox/iode.
A lire aussi
Les maladies de la thyroïde Publié le 11/03/2002 - 00h00

Environ 6 millions de Français sont touchés par un dysfonctionnement de la thyroïde. Les maladies de la thyroïde sont nombreuses et peuvent conduire à un manque (hypothyroïdie) ou au contraire à un excès d'hormones thyroïdiennes (hyperthyroïdie).Dans certains cas, la thyroïde peut...

Thyroïde : l'art de doser les hormones thyroïdiennes Publié le 25/03/2008 - 00h00

Les dysfonctionnements de la thyroïde sont assez fréquents. L'hypothyroïdie par exemple, entraîne des symptômes (fatigue, surpoids, cholestérol…) mais aussi parfois un risque cardiovasculaire accru. Il est donc important de déceler tout problème de thyroïde, et de savoir doser les bonnes...

Iode : carence Publié le 26/08/2008 - 00h00

Le moindre déficit en iode entraîne de graves anomalies fonctionnelles. On estime que, dans le monde 40 à 60 millions de retards mentaux sont dus à une déficience en iode....

Plus d'articles