Exploration digestive : avalez la caméra vous êtes filmé !

Publié par Dr Agnès Lara le Mercredi 10 Avril 2002 : 02h00
-A +A
Une radio-caméra de 2,5 cm sur 1, nouvellement mise au point, vient d'être testée pour déceler l'origine de saignements dans l'intestin grêle de certains patients. Il suffit de l'avaler et ça tourne ! D'après les premiers essais, elle se révèle aussi efficace qu'une endoscopie classique tout en évitant anesthésie et hospitalisation.

Des saignements digestifs peuvent être suspectés chez les personnes qui souffrent d'anémie chronique ou chez celles dont les selles deviennent noires. On procède dans un premier temps à un examen du côlon (coloscopie), et de l'estomac (gastroscopie), ces deux parties, basse et haute, de l'appareil digestif étant les plus facilement accessibles. Toutefois, si ces deux premiers examens n'ont pas permis de situer l'origine des saignements, il faut alors examiner la partie centrale du tube digestif, l'intestin grêle. L'examen classique consistait jusqu'ici à introduire un endoscope (caméra câblée permettant aussi certains actes thérapeutiques) par voie orale et à le pousser jusqu'à ce qu'il atteigne l'endroit désiré. Mais c'est un examen long nécessitant une anesthésie générale et qui ne permet pas toujours de voir la totalité de l'intestin grêle.

Cependant, un endoscope sans câble, mis au point par la société israélienne Given Imaging Ltd, vient d'être expérimenté par une équipe de médecins de l'hôpital Edouard Herriot à Lyon. Il s'agit d'une capsule de 2,5 cm de long sur moins d'un centimètre d'épaisseur qui peut être avalée par le malade. La caméra filme le tube digestif en continu pendant 8 heures et émet des signaux à raison de deux images par seconde. Ces signaux sont transmis à des capteurs placés sur l'abdomen du patient.

Les chercheurs français ont comparé l'efficacité de cette radio-caméra avec celle de l'endoscope classique. Pour cela, les deux méthodes ont été utilisées en parallèle pour examiner 55 patients souffrant de saignements digestifs d'origine inconnue. Au final, l'examen à la capsule s'est révélé aussi efficace ou supérieur à l'endoscope dans 85 % des cas, ou tout au moins dans 72 % des cas si l'on exclut les actes thérapeutiques (l'endoscope garde un avantage certain de ce point de vue). Aucune des deux méthodes d'examen n'a entraîné d'effets secondaires.

Saurin et ses collaborateurs sont si satisfaits de leur nouvel outil, qu'ils envisagent de le proposer en première intention, c'est-à-dire avant même d'envisager une endoscopie. Selon eux, cet examen est non seulement aussi efficace mais est également moins agressif que l'endoscopie et convient mieux à des patients fragiles.La décision finale dépendra peut-être du coût de ces examens. Le prix d'une capsule est de 457 €, soit environ 3000 F. Elle évite les frais liés à une anesthésie générale et à une journée d'hospitalisation nécessaires en cas d'endoscopie, mais ne permet toutefois pas d'effectuer d'acte thérapeutique.

Publié par Dr Agnès Lara le Mercredi 10 Avril 2002 : 02h00
A lire aussi
Quoi de neuf pour l'estomac ? Publié le 27/05/2002 - 00h00

Les troubles gastriques sont très souvent dus à la présence d'une bactérie, H. pylori. Un test respiratoire permet de déceler ce germe et d'éviter ainsi une fibroscopie plus stressante nécessitant une hospitalisation.

MICI : parlons-en ! Publié le 12/11/2010 - 10h00

Les Maladies Inflammatoires Chroniques Intestinales ou MICI, dont la plus fréquente est la maladie de Crohn, impactent profondément la qualité de vie des patients. Quand suspecter une MICI, quels en sont les conséquences et les traitements ? Côté Santé lève les tabous…

Plus d'articles