Est-ce que je pense à mon besoin d'amour ?

Publié par Dr Catherine Solano le Mercredi 12 Mai 2004 : 02h00
-A +A
Les premiers besoins évidents qui nous motivent à agir s ont une importance capitale, car s'ils ne sont pas assouvis, je me sens mal, j'ai peu d'énergie et je la consacrerai alors totalement à l'assouvissement de ces besoins.ont ceux de notre corps. Respirer de l'oxygène, boire, manger et dormir. Ils

Quelqu'un qui a vraiment faim cherche à se nourrir, car son corps est en danger. Le reste importe peu.Mais une fois les besoins primitifs satisfaits, apparaît le besoin de sécurité. En effet, si je risque de me faire dévorer par une bête féroce, ou si je risque d'avoir à nouveau faim d'ici quelques heures, je ne peux pas me projeter dans l'avenir.

Une fois la sécurité présente, je peux faire des projets de vie. Aller vers ma réalisation personnelle.

Dans ce mécanisme, nous oublions souvent l'un de nos besoins essentiels : le besoin d'amour ! En effet, tout comme un enfant privé de nourriture peut mourir de faim, un enfant privé d'affection, de contacts physiques chaleureux, de câlins, peut se laisser mourir de détresse. Il en va de même pour nous adultes.

Car avec l'âge, les besoins primitifs sont toujours présents, mais moins pesants. Adulte, si j'ai faim, je peux attendre. Un nourrisson, lui, va hurler ! Si je suis fatigué, j'attends d'être couché, un enfant, lui, s'endort comme une masseQuand il a besoin des bras, un enfant crie pour réclamer. Moi adulte, je ne vais pas crier, pleurer, je peux attendre. Et c'est bon signe, signe que j'ai appris à supporter une certaine frustration. Mais le revers de la médaille, c'est qu'à force d'apprendre à attendre, je peux en oublier ce besoin vital d'amour, le laisser de côté. Ainsi, beaucoup de dépressions, de suicides, sont certainement dus à ce besoin d'être aimé qui n'est pas comblé.

Et si je ne me sens pas aimé, je n'ai pas la force d'aller de l'avant, de réaliser mes rêves, de penser aux projets de vie qui me tiendraient à coeur.

Alors, avant de trouver que vous manquez d'énergie, pensez à recharger vos batteries en amour. Et le plus beau, c'est qu'en vous rechargeant d'affection, vous ne prenez rien à personne, bien au contraire. Que cet échange affectif se fasse avec votre amoureux, votre enfant ou votre ami, vous contribuez à recharger aussi sa réserve d'amour à lui !

Publié par Dr Catherine Solano le Mercredi 12 Mai 2004 : 02h00
A lire aussi
Pourquoi il faut savoir dire non à ses enfants... Publié le 20/06/2010 - 00h00

Aimer ses enfants et les aider à grandir en harmonie, c'est le voeu de tous les parents. Et vouloir leur donner tout ce dont ils ont besoin pour les voir s'épanouir, c'est sain. Oui, mais leur donner aussi des limites en sachant dire non est tout aussi important. Le Pr Philippe Jeammet*,...

Adultes et enfants, nos besoins sont les mêmes ! Publié le 04/09/2006 - 00h00

Nous avons l'impression qu'un adulte a des besoins d'adulte et un enfant des besoins d'enfant. En fait, nous continuons à avoir les mêmes besoins que les enfants. Car même devenus grands, nous restons, à l'intérieur, des enfants.

Souffrances, peurs et dépendance affective Publié le 15/10/2007 - 00h00

Souffrances, peur et dépendance, pour en parler, nous avons rencontré Gérald Pagès*, psychothérapeute, dont c'est l'axe privilégié de travail. Nos difficultés à l'âge adulte plongent souvent leurs racines dans des souffrances de la toute petite enfance, et en particulier le manque...

Plus d'articles