caramel58
Portrait de cgelitti
Bonjour,

En général, j'évite d'en parler, parce qu'officiellement, je " m'en suis sorti ", comme on dit.

Mais, en fait je n'y arrive pas. Je vais bosser sans savoir pourquoi, vu que je ne fais plus rien avec mon salaire. Avant, je le dépensais tout de suite en came. Après le boulot, je rentre et j'attends le lendemain, je n'ai plus rien à faire, plus de tournée des dealers ou des pharmacies. En fait, c'est presque autant la vie qui allait avec la came que la came en elle-même qui me manque... C'est nul car c'est à cause de cette vie que j'ai tout perdu : famille, copine, amis, super boulot...

Mais bon, je m'en suis sorti, je ne consomme plus, je tiens debout, je me lève tous les matins pour aller bosser normalement et surtout, je n'en parle pas.

Enfin bref, depuis un moment, je viens sur ce forum (je ne sais plus pourquoi j'y suis allé la première fois). Je vous lis. J'ai l'impression que ça vous aide d'en parler, de vous répondre les uns, les autres. Alors, aujourd'hui après un week-end à ne rien faire, avant une insomnie et avant une nuit de boulot sans aucune motivation, je me suis dit : "pourquoi je n'essaierais pas d'écrire moi aussi ?"

Alors, voilà, c'est fait.

Merci à ceux qui me liront.

Vincent.

charlotte
Portrait de cgelitti
eh ben.......bravo!donne moi ta recette miracle pour t'en sortir!!!!!!!t'as trop de courage etde force mentale,c'est admirable,vraiment!ne rechute pas,tu vaut mieux que cette merde!
Vincent
Portrait de cgelitti
Wow, ça va vite! Merci de me répondre.
C'est vraiment gentil, ça fait bien longtemps que quelqu'un m'a comme ça !
Ce que j'aimais faire avant ? N'importe quoi, surtout bosser, mais toujours stone.
Je n'ai plus aucun contact avec ma vie d'avant. C'est ça qui me manque surtout. J'ai envie de redevenir celui que j'étais!
Mon problème c'est que la super-vie, moi, c'est avant que je l'avais : femme, enfant, très bonne situation, prestige social, parents fiers... seul ombre au tableau, j'étais un tox. Maintenant, je suis un pauvre type paumé qui un boulot de **** et c'est tout... seul point positif, je suis clean.
Tu me conseilles de voir des gens, mais qui? Je n'ai plus aucune de mes anciennes relations, quant à rencontrer des gens, je crois que j'en suis incapable : j'étais, drôle, charmeur, brillant, je suis devenu une loque!
C'est la première fois en six mois que j'utilise le pronom personnel "je" comme sujet d'une phrase et encore, c'est sur un clavier d'ordinateur, face à un écran et à minuit passé. Tu vois le joyeux drille que je suis devenu... Remarque, la dernière fois je crois que c'était pour engueuler une infirmière sur laquelle je venais de vomir...
J'étais DRH dans une policlinique. J'adorais ce travail mais je ne pouvais être vraiment performant que sous cocaïne. Ce qui est bizarre, c'est que je n'ai commencé à faire des choses immondes que quand j'ai essayé d'arrêter. Ma femme me l'avait demandé à la naissance de notre fille. Je lui avait promis d'arrêter. Si j'ai une qualité, c'est celle-là : je tiens toujours mes promesses (tradition familiale).
J'ai donc arrêté la coke avec des hauts et des bas. Au bout de deux mois, entre nuits blanches pour couse de bébé à la maison, une période difficile au boulot et le manque, je suis devenu invivable. Lors d'une soirée de travail une collègue m'a initié au crack. Et très vite je n'ai plus pu m'en passer et je suis tombé dans un cercle infernal où je prenais tout ce qui me tombait sous la main... sauf bien sûr de la cocaïne, j'avais promis...
C'est là que j'ai tout perdu, je suis devenu immonde au boulot, méchant pendant les entretiens, horrible avec mes amis et la façon dont je me suis comporté avec ma famille me dégoûte.
Je me suis fait viré, ma famille ne veut plus enendre parler de moi et ma femme est partie avec ma fille le jour où j'ai commis l'inommable (pas vues depuis 2 ans).
Une semaine plus tard je faisais ma troisième overdose et pour la première fois, je me réveillais à l'hôpital tout seul. C'est là que j'ai regardé en arrière et que j'ai dit plus jamais ça.
J'ai trouvé une association qui offre l'asile aux volontaires à la désintox par seuvrage brutal et complet. Ils m'ont donné des couvertures quand j'avais froid, me soutenait quand je ne tenais plus debout, me tenait la tête quand je vomissais et se débrouiller pour que j'ai toujours quelqu'un après qui crier...
C'était il y a 16 mois. Comme ils disent "je m'en suis sorti".
J'ai cherché un logement et un emploi. L'état dans lequel je suis ne m'a pas facilité les choses mais j'y suis arrivé.
Aujourd'hui, j'habite une chambre de bonne, et je suis dispatcher de nuit dans une boîte de taxis. ...et je n'ai plus rien à faire...
Retourner dans l'asso qui m'a aidé? Je n'y tiens pas tellement. J'ai vraiment honte de mon comportement de ce que j'ai fait ou de ce que je leur ai dit quand j'étais en manque. Je leur suis vraiment reconnaissant de leur aide : sans eux je crois que je ne serais plus là mais c'était vraiment dur, j'ai cru que j'allais mourir. Je ne me sens pas prêt à jouer ce rôle auprès d'autres gens. C'est sûrement très égoïste mais ça me fait peur de rencontrer des gens comme moi.

Je crois que je vais arrêter là mes jérémiades qui doivent ennuyer tout le monde.
En tous cas, merci.

Vincent
Anonyme
Portrait de cgelitti
bravo vincent pour ton courage, essaye de ne plus rechuté ça ne te fera que du mal essaye de voir la vie + positive . avec l'argent que du gagne fait de petit cadeau a ceux que tu aime ou pour toi meme, moi je n'aie jamais touchée a la came mais mon entourage oui, et je peut te dire que ça fait mal de les voir ainsi dépendant, maintenant c'est toi qui souffre mais ton entourage doivent etre surement heureux et tout doucement ils reviendront vers toi, courage et surtout tient bon. bravo. maria
Marie-Anne
Portrait de cgelitti
Pour Vincent,
Je voudrais pouvoir communiquer avec toi car j' aurais besoin de quelques conseils, Je t' ecris de Slovenie, je suis francaise et au debut de 2006, je vais diriger une restauration collective, dans un centre de readaptation, pour personnes toxicomanes.
J' espere que tu me reponderas.
Gros mimi-
Marie-Anne
laurette
Portrait de cgelitti
mon frere est à fond dans l'hero j'aimerais tant qu'il puisse dire aujourdhui qu'il s'en est sorti ou quil puisse echanger avec toi mais impossible il ne veux pas reconnaitre qu'il est dedans cela fait deja 3 ans je sais pas quel age tu as lui il a 24 ans c'est terrible car je voudrais y croire ton message me redonne espoir mais la lucidité me gagne toujours il se laisse mourir
et quand il essaie de se faire un petit sevrage il se dit comme toi à quoi bon c'est ce qui me fait fait le plus peur il na plus envie de vivre j'espere qu'un jour il aider a les autres sur ce forum en tout cas toi tient bon c'est génial espoir de voir que rien est jamais perdu encore bravo à toi tient bon jimagine le bonheur pour ta famille meme si elle ne l'exprime pa ca viendra bravo mille pensée pour toi et que tu soit 1 ex tu le merite
zabou
Portrait de cgelitti
salut vincent, je viens de decouvrir ce forum car je suis desespere!!!mon homme est dans l hero et il a deja fait une cure mais ca n a servi a rien!!!!il a tellement envie d y arriver mais tu sais comme c est dure !!!je te tire mon chapeau et j espere du fond du coeur que tu y arrivera!!!j aimerais bien savoir ce que tu a fait pour t en sortir car je n en peut plus et j aimerais tant l aider et je ne sais plus quoi faire a par le quitter mais je n en ai pas envie car je l aime et je ne veut pas le perdre a cause de cette merde!!!merci de me repondre
stephanie
Portrait de cgelitti
[QUOTE=Vincent] Bonjour,
En général, j'évite d'en parler, parce qu'officiellement, je " m'en suis sorti ", comme on dit.
Mais, en fait je n'y arrive pas. Je vais bosser sans savoir pourquoi, vu que je ne fais plus rien avec mon salaire. Avant, je le dépensais tout de suite en came. Après le boulot, je rentre et j'attends le lendemain, je n'ai plus rien à faire, plus de tournée des dealers ou des pharmacies. En fait, c'est presque autant la vie qui allait avec la came que la came en elle-même qui me manque... C'est nul car c'est à cause de cette vie que j'ai tout perdu : famille, copine, amis, super boulot...
Mais bon, je m'en suis sorti, je ne consomme plus, je tiens debout, je me lève tous les matins pour aller bosser normalement et surtout, je n'en parle pas.

Enfin bref, depuis un moment, je viens sur ce forum (je ne sais plus pourquoi j'y suis allé la première fois). Je vous lis. J'ai l'impression que ça vous aide d'en parler, de vous répondre les uns, les autres. Alors, aujourd'hui après un week-end à ne rien faire, avant une insomnie et avant une nuit de boulot sans aucune motivation, je me suis dit : "pourquoi je n'essaierais pas d'écrire moi aussi ?"

Alors, voilà, c'est fait.
Merci à ceux qui me liront.

Vincent.
[/QUOTE]
christina
Portrait de cgelitti
vincent je voulais t'apporter tout mon soutien. je ne connais pas la drogue ni rien mais ton message m'a vraiment touché.j'en ai même les larmes au yeux.
j'éspère que tu pourras bientôt revoir ta petite fille et aller mieux.

aux autres je souhaite bonne chance
Anonyme
Portrait de cgelitti
mais non ça embète personne on n'est la pour lire et si on s'est faire qqch, ça fait tjrs plaisir, si ça te fait du bien d'écrire continu tu trouveras surement qqun qui a vécus la mm chose, en tout cas tu as eu un passé très lourd et surtout pas facile avec tes proches. c'est très bien que tu t'en ai sorti je te félicite, j'éspère que tu ne rechuteras plus je comprend c'est pas facile. encore BRAVO
caramel58
Portrait de cgelitti
Hello Vincent,
Ce que tu dis je le ressens comme toi, j'ai aussi l'impression d'être devenue une loque. La came m'a aussi fait presque tout perdre (la chance que j'ai c'est d'avoir ma famille qui m'aide). La santé je ne l'ai plus, mon mari est décédé il y a juste 11 mois. Je vais déménager en espérant que le goût de la vie me reviendra. Mais j'ai peur de sortir, de voir du monde car je retombe toujours sur les toxicos que j'ai fréquenté. Depuis le décès de mon mari j'ai rechuté mais maintenant ça fait 2 semaines que je n'ai pas repris d'héro et de coke. Je suis un sevrage à la méthadone mais je n'ai plus confiance en moi. Et pourtant j'aimerais tellement m'en sortir mais j'ai peur car je me sens faible, j'ai peur de ne pas arriver à dire Non quand on va m'en proposer. J'ai vécu 26 ans avec mon mari décédé et je ne vois que le vide devant moi.

Pages

Sujet vérouillé