Enfants migraineux

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 09 Août 2005 : 02h00
-A +A
La migraine est une maladie fréquente chez l'adulte, qui touche également 5 à 10% des enfants. Mais cette pathologie reste méconnue chez ces derniers. Pourtant, une fois diagnostiquée, elle peut être prise en charge de manière spécifique et on peut limiter le handicap social.

Entre 5 et 10% des enfants présentent d'authentiques crises migraineuses. Elles peuvent débuter dès l'âge de deux ans ! Mais seuls 20% d'entre eux sont identifiés comme migraineux. Les crises sont parfois confondues avec des crises de sinusite, souvent attribuées à tort à des troubles visuels, voire à une maladie psychologique. En effet, les facteurs déclenchants psychologiques sont au premier plan, mais ce n'est pas une maladie psychologique. Le stress, l'anxiété et les contrariétés sont souvent à l'origine des crises de migraine.

L'hérédité

Dans près de 90% des cas, d'autres membres de la famille sont ou ont été migraineux. De tels antécédents aident à diagnostiquer la maladie chez l'enfant.

Migraine et céphalées de tension

La migraine est une céphalée sévère évoluant par crises stéréotypées, avec souvent des signes digestifs marqués (nausées, vomissements). Un caractère pulsatile et des difficultés à supporter le bruit et la lumière intense sont très souvent retrouvés, ainsi que des douleurs abdominales et des vertiges. En début de crise, l'enfant est livide, « cadavérique », avec les yeux cernés et « creux ». L'intensité élevée des crises oblige généralement les enfants à cesser leur activité. Dans la moitié des cas, ils se mettent à pleurer. Le sommeil est souvent réparateur. Par rapport à la migraine de l'adulte, l'enfant a plutôt mal au niveau du front ou des deux tempes simultanément et ses crises sont plus courtes. De plus, la migraine est plus facile à traiter chez l'enfant, il ne faut donc pas la considérer comme une fatalité. Comme chez l'adulte, mais plus fréquemment, les enfants migraineux ont très souvent des petits maux de tête appelés céphalées de tension. Moins longues et moins fortes que les véritables crises de migraine, ces céphalées surviennent plus volontiers en fin de journée et sont fréquemment liées au stress. Elles ne s'accompagnent pas des autres signes de la migraine (nausées, sensibilité à la lumière). Toutefois, elles sont très souvent aussi associées à de vraies crises migraineuses, ce qui est source de confusion de diagnostic.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 09 Août 2005 : 02h00
Source : Dossier de presse du Centre de la migraine de l'enfant, mars 2005.
A lire aussi
La migraine de l'enfant est héréditaire Publié le 02/05/2006 - 00h00

La migraine chez l'enfant est une maladie fréquente mais sous-diagnostiquée. Pour une prise en charge précoce, il faut bien sûr repérer les symptômes mais aussi garder à l'esprit que la migraine de l'enfant est génétique. C'est-à-dire qu'un des parents ou un des membres de l'entourage...

Mal de tête : reconnaître une migraine chez les ados Publié le 24/06/2015 - 14h50

Les ados aussi peuvent souffrir d’une migraine ou d’une céphalée de tension. Comment les reconnaître ? Comment traiter les crises et surtout comment les éviter ? Petite revue sur la migraine à destination des ados mais aussi des parents pour qu’ils puissent les aider à surmonter cette...

Migraine de l'adulte et de l'enfant, quelles différences ? Publié le 27/10/2008 - 00h00

Les enfants aussi peuvent souffrir de migraine. On estime que sur une classe de 30 enfants, deux à trois d'entre eux présentent de véritables crises migraineuses. Mais celles-ci ont des caractéristiques légèrement différentes de celles de l'adulte. Atypiques, elles sont aussi plus difficiles...

Un test en 3 questions pour dépister les migraineux Publié le 06/05/2015 - 16h23

La migraine est une vraie maladie. Invalidante, elle peut être soignée autrement que par l’automédication à outrance qui peut mener à des complications par abus médicamenteux. Or 80 % des 10 millions de migraineux ne se soignent pas, faute d’avoir été diagnostiqués. Pour remédier à...

Plus d'articles