Enfants hospitalisés : Plume, une poupée pour mettre des mots sur les maux

Publié par Hopital.fr le Vendredi 07 Septembre 2012 : 11h05
Mis à jour le Lundi 10 Septembre 2012 : 08h47

Blanche, en coton, avec deux oreilles du même coté, elle commence à investir de manière significative les services pédiatriques des hôpitaux. Ludique, Plume est aussi thérapeutique

Mais qui est donc cette Plume ? Présentation.

© getty
PUB

Plume une poupée pour aider les enfants hospitalisés

Les services pédiatriques de Necker (Paris), comme ceux du CH de Saint-Malo par exemple, l’ont résolument adoptée.

Plume est une drôle de poupée offerte par un professionnel de santé à un enfant qui va subir des soins.

Donnée avec un mini-guide de feutres multicolores, la poupée créée par l’association Apache est personnalisable par l’enfant qui peut ainsi dédramatiser son séjour à l’hôpital en jouant.

PUB

Un objet de médiation

Souvent, comme les soins peuvent être invasifs, les soignants utilisent Plume comme un objet de médiation. Ils montrent le soin sur la poupée avant de le réaliser sur l’enfant.

Ainsi, Marie a été rassurée de voir qu’utiliser un bronchodilatateur pour son asthme ne serait pas trop compliqué .Tom, lui, a été soulagé de voir qu’une prise de sang ne durait pas longtemps.

Certains soignants utilisent Plume pour que l’enfant projette hors de lui son appréhension.

Plume sert alors d’« objet transitionnel », selon les termes du pédiatre et psychanalyste Donald Winnicott.

Publié par Hopital.fr le Vendredi 07 Septembre 2012 : 11h05
Mis à jour le Lundi 10 Septembre 2012 : 08h47
Source : Hopital.fr
A lire aussi
Mon enfant à l’hôpitalPublié le 14/02/2018 - 17h03

L’hospitalisation d’un enfant, que ce soit dans l’urgence ou programmée, est toujours une épreuve pour la famille. Sera-t-il bien soigné, comment va-t-il supporter la séparation, va-t-il comprendre ce qui lui arrive ? Des interrogations qui génèrent un stress que l’enfant va ressentir....

Mais pourquoi fait-il des cauchemars ?Publié le 14/03/2012 - 10h38

Il se réveille en pleurs à cause d’un monstre ou d’une sorcière qui hante ses nuits. Les cauchemars de votre enfant vous mènent la vie dure. Suivez nos conseils pour apaiser ses angoisses.

Psycho et enfant : partager, cela s'apprendPublié le 27/02/2006 - 00h00

Partager ses jouets, c'est difficile quand on est enfant. La générosité n'est hélas pas instinctive, c'est plutôt l'instinct de possession qui l'est. Aussi, les parents ont un rôle subtil à jouer pour aider leurs enfants à évoluer.

Plus d'articles