Ce billet fait partie du blog "Le blog de la Rédaction".

Des enfants heureux et plus créatifs !

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 28 Avril 2014 : 12h16
Mis à jour le Lundi 05 Mai 2014 : 11h38
-A +A

Etre plus heureux, vivre des émotions positives, permet d’être plus créatif et de trouver plus de solutions aux problèmes qui se présentent à nous.

Ce phénomène a été démontré chez les adultes grâce aux travaux de Barbara Fredrickson en psychologie positive.

Mais cela est-il également vrai chez nos enfants ?

Une équipe de psychologues français lance une étude pour répondre à cette question clé.

Et si le bonheur de nos enfants était l’une des clés de l’épanouissement de notre société demain ?
Si vos enfants ont entre 9 et 12 ans, vous pouvez leur proposer de participer à cette étude : www.enfantsante.fr

Les émotions positives nous permettent d’élargir les possibilités de notre réflexion. C’est ce dont rend compte le modèle « d’élargissement et de construction » conçu par Barbara Fredrickson, chercheur à la pointe sur le sujet. Ce modèle indique que les émotions positives (joie, plaisir, intérêt…) élargissent le champ attentionnel et favorisent le recours à un répertoire plus large de pensées et d’actions.

L’efficacité des émotions positives

En effet, des études ont mis en évidence que les personnes à qui l’on induisait des émotions positives présentaient des processus de pensées plus efficaces, plus flexibles et créatifs, mobilisant davantage d’informations que les processus mis en œuvre par des personnes éprouvant des émotions négatives. Ces effets seraient notamment dus à l’augmentation des niveaux de dopamine dans le cerveau.

Lors d’une recherche portant sur le rôle des émotions positives dans l’attention et la résolution de problèmes, Fredrickson répartit une population de tout-venant en trois groupes. Elle présenta au premier groupe de courts documents audiovisuels éveillant des émotions positives (joie ou contentement), tandis que le second groupe regardait des documents éveillant des émotions négatives (peur ou colère) et le troisième des documents à valence neutre. Pour l’ensemble des groupes, on mesurait ensuite les informations retenues et le répertoire de comportements conçus pour résoudre le problème posé.

Les résultats de cette recherche indiquent que les émotions négatives réduisent le champ attentionnel des participants (ils retiennent moins d’éléments). À l’inverse, les émotions positives l’élargissent et entraînent une conception accrue d’options comportementales possibles pour faire face à la situation présentée. C’est ainsi que, déjà par le passé, d’autres chercheurs avaient souligné que les émotions négatives entraînaient davantage de focalisation sur le détail, ce qui représente un biais attentionnel spécifique repéré depuis plusieurs décennies : voir l’arbre plutôt que la forêt.

Des enfants plus heureux et plus créatifs

Reste à savoir si, conformément à la théorie d’élargissement et de construction, les émotions positives permettent également aux enfants d’accroître leurs répertoires de pensées et de comportements, leur permettant d’augmenter leurs compétences, notamment scolaires. Cette démonstration serait fondamentale pour tous ceux qui travaillent avec les enfants, les parents et les professeurs. Elle permettrait de concevoir une école plus heureuse, dans laquelle le bonheur aurait toute sa place pour aider les enfants à se développer.

Une équipe de psychologues français travaille sur le sujet. Si vous voulez développer la créativité de vos enfants, vous pouvez aller sur le site suivant qu’ils ont créé pour une recherche sur le développement de la créativité par le biais d’exercices simples à réaliser pendant 10 jours : www.enfantsante.fr. Dans tous les cas, il est sage d’accorder la priorité aux émotions positives car "Il est plus facile de créer des enfants solides que de réparer des hommes brisés." (Frederick Douglass)

Source : Rebecca Shankland, La psychologie positive, Dunod 2014.

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 28 Avril 2014 : 12h16
Mis à jour le Lundi 05 Mai 2014 : 11h38
Ce billet fait partie du blog : Le blog de la Rédaction
A lire aussi
Addiction aux drogues : le rôle de l’entourage Publié le 02/12/2015 - 16h39

Plus d’un adolescent âgé de 17 ans sur deux a déjà expérimenté le cannabis. 10% présentent une problématique addictive, c’est à dire d’abus et de dépendance au cannabis. Addiction ou consommation problématique de drogues, et parce que la confrontation directe et l’interdiction...

Les 5 clés du bonheur Publié le 10/12/2012 - 09h04

La psychologie positive, encore appelée psychologie du bonheur, a été une véritable révolution.Rebecca Shankland, Maître de conférence en psychologie à l’Université de Grenoble, la raconte dans un livre qui constitue la première synthèse des travaux en la matière.Un petit livre qui...

Plus d'articles