monéquilibre
Portrait de cgelitti

Bonjour je change de forum car depuis un mois les choses ont changé mon fils n'est qu'un peu tdah on vient de découvrir que depuis le début j'avais raison et à force de persévérance les medecins se sont rendu compte qu'il fallait refaire le diagnostic. Suite à ça le diagnostic tombe: MON FILS EST BORDERLINE!!!

Je ne peux meme pas expliquer la colère que je ressens. ........Toute ces années où je me doutais qu'il y avait quelquechose d'autre sans forcément savoir que c'était ça.

Je suis tres en colere mais en meme temps soulagée car je sais enfin ce qu'il faut faire je peux enfin le comprendre mieux.

J'ai décidé cette fois ci de faire comme je le sens car serieux les docs en europe c'est pas trop ça quoi.

Ils y connaissent pas grand chose sur cette maladie tres grave donc comme d'habitude je suis obligée d'aller sur des sites américains.

Enfin bon sil y a d'autres parents d'enfants borderline ou des personnes eux même borderline pour discuter cela m'aiderait à ameliorer le quotidien de mon fils.

Merci

monéquilibre
Portrait de cgelitti

Bonjour loliluso

Je comprends votre colère. Il ne faut toutefois pas penser que les médecins ont la science infuse et qu'ils détiennent la "vérité". C'est la maman qui connaît le mieux son enfant. Son attachement, ses liens émotionnels, son amour, font que son instinct maternel lui dit ce qui ne va pas, tire la sonnette d'alarme. C'est à ce moment-là que les professionnels rentrent en jeu mais souvent nous ne sommes pas écoutés comme nous l'espérons.

Notre fille est borderline. Elle a 22 ans. Elle a commencé par l'anorexie atypique il y a 5 ans. Les médecins n'ont rien vu. Elle était hospitalisée pourtant. C'est mon psychiatre, à qui je racontais tous ses comportements, qui m'a dit que pour lui la maladie primaire est borderline. J'ai immédiatement averti le médecin de ma fille et il a organisé un psy. Le xième bien sûr car au bout d'un moment, elle ne veut plus aller chez lui, il ne convient plus. Il semble maintenant que ce dernier est le bon. La vie est extrêmement difficile avec elle et toute la famille en souffre énormément. Je suis épuisée. Il n'y a pas de médicament type pour borderline alors c'est selon les périodes, entre les hospitalisations et les thérapies ambulatoires.

Il faut beaucoup de courage et de forces pour affronter chaque jour l'épée de Damoclès suspendue sur nos têtes. Malgré un bon entourage, il n'y a que les personnes partageant le même quotidien qui comprennent notre parcours, nos souffrances.

 

Se protéger, protéger nos autres enfants, protéger son couple est essentiel pour tenir mais pas facile. Pour ma part, je suis persuadée que la science ne peut pas encore expliquer le pourquoi et le comment de cette maladie perfide.

Tenez bon et dites-vous que vous n'êtes pas seule.

 

 

Sujet vérouillé