peace and love
Portrait de cgelitti
Bonjour à toutes,

Voilà, je voulais simplement vous partager mon expérience et mon cheminement.

En septembre 2003 j'arrète ma contraception en décembre 2003 on commence les essais pour avoir notre premier enfant. En décembre 2004 je consulte mon gyné pour absence de grossesse.

Début 2005 mon mari fait des spermogrammes qui est tout d'abord 'médiocre' peu de zozo et peu mobile. Il prend des hormones et le second spermo montre que c'est suffisant pour avoir une chance de tomber enceinte naturellement. Entre temps mes douleurs menstruelles sont de plus en plus invivables. Suite à des soucis de santé au niveau des cervicales, nous laissons faire la nature sans plus consulter malgré l'absence de grossesse. En juillet je change de gyné qui me fait une échographie et m'envoie faire une radio puis découvre une trompe bouchée et me fait faire une IRM.

Ensuite je suis envoyée chez un spécialiste. Premier rdv mi novembre 2005. Laparoscopie ou célioscopie le 29 décembre et découverte d'un 'vrai champs de bataille' endométriose de type 4 recouvre tous mes organes (vessie, estomac, utérus et surtout intestin qui recouvre le tout).

Depuis janvier je suis sous décapeptyl depot pour être en ménopause artificielle en attendant de commencer un ttt FIV. Première piqure de stimulation ce soir.

En effet, l'opération de netoyage envisagée par le chirurgien semble hors de propos. Mon médecin me dit que le fait de nettoyer crée des adérhences. Comme je suis remplie de cette saleté, je risque d'avoir pire après l'opération et d'avoir donc perdu mon temps. En gros seule solution pour avoir un bb faire une FIV. En plus d'avoir le bonheur d'être maman, je suis soignée, puisque si pas de cycle, pas d'agravation de la maladie et bb en prenant sa place va faire sauter les adhérences désechées qu'aurait du couper le chirurgien.

La maladie peut très bien revenir quand mes cycles recommencerons, comme elle peut disparaître à jamais. ça personne ne sait me le dire. Mais en attendant, elle ne progressera pas au risque de me faire perdre un morceau d'intestin, avec tout le reste des désagréments que peux causer cette maladie.

Maintenant je prie pour que le ttt FIV me donne un beau bb au premier essai, car après 4 mois sans cycle et donc sans douleur, j'ai peur que tout recommence avec un nouveau cycle.

En tous les cas, chez moi ni pds ni écho, ni irm ne laissait présager l'étendue de la maladie, seule la célioscopie ou laparoscopie l'on révélée. Alors surtout si vous souffrez, consultez le plus vite possible.

La célioscopie qui consiste en 3 petits trous, 2 dans le bas ventre et un dans le nombril afin d'aller voir avec une petite caméra l'intérieur de l'abdomen, n'est pas douloureuse. Vous êtes endormie complètement, vous rentrez le matin et sortez le soir même. Je n'ai eu aucun effets secondaires à part un peu de fatigue et mal au ventre quand on rit pendant quelques jours, et on retire les fils une semaine plus tard.

Ils procèdent pareil pour déboucher une trompe ou nettoyer. Parfois comme dans mon cas, ils parlaient d'une entaille de 10 cm pour le grand nettoyage vue l'ampleur des dégats. Mais c'est rare d'en arrivé là. Regardez pour moi finalement vu l'ampleur ils préfèrent opter pour ne pas opérer.

Enlever l'utérus n'est semble-t-il pas toujours "la" solution. Je connais une femme a qui on a découvert l'endométriose après ses grossesses. On lui a enlever l'utérus et malgré ça elle attend impatiemment d'être ménopausée pour ne plus souffrir chaque mois. En effet, l'endométriose est revenue quelques mois après l'opération et s'est localisée sur les ovaires. Comme elle reste localisée le doc qui la suit laisse les choses ainsi. Il dit qu'ainsi il sait où elle est et peut donc surveiller son évolution.

Cependant, ceci sont deux cas particuliers. chaque cas d'endométriose est particulier. les médecins y perdent leur latin car aucune femme ne souffre d'endométriose de la même manière. Il y a dèslors autant de ttt que de patient ou presque, car de ce côté aussi un ttt agit bien chez l'une et pas du tout chez l'autre. En gros, cette maladie dépasse les médecins qui la soignent du mieux qu'ils peuvent mais ils ne peuvent pas certifier de la guérir.

Garder espoir malgré tout, aujourd'hui les techniques médicales sont telles qu'il y aura toujours une solution possible à votre cas. Et avec le temps qui passe, d'autres solutions arriveront.

Bisous,

Fazi

PUB
PUB