Caroube
Portrait de cgelitti
Bonjour à tous,

J'ai 19 ans, l'hypophyse légèrement plus que la moyenne, un taux de prolactine de 40 (moyenne de 3 a 20), mon médecin m'a prescrit un arrêt de la pilule et une visite chez un endocrinologue pour faire des "tests".

J'aurai voulu savoir si quelqu'un pouvait m'éclairer la dessus, sur l'origine de ces tests (prise de sang, douloureux ou non...).

Merci

Caroube
Portrait de cgelitti
Bonsoir Aurel536,

Normalement, c'est sur base de perturbations hormonales décelables à la prise de sang classique (hyperprolactinémie notam) que le médecin peut penser à une cause hypophysaire, qui est dans le cas d'espèce le plus souvent un adénome, appelé plus précisément un "prolactinome" car il s'agit d'une petite tumeur bénigne de la glande hypophyse située dans l'encéphale.

L'adénome est assez frqéuent chez la femme jeune d'où qu'il est utile d'aller vérifier bien que souvent les taux de prolactine sont alors bien plus élevés que ça.
Toutefois de tous petits adénomes peuvent causer de très petites élévations au début.

L'examen de choix pour investigeur la glande hypophyse est l'IRM hypophysaire c'est à dire que tu passes dans une sorte de tunnel, la tête enserrée dans un cadre en plastique afin de ne pas bouger et ne pas fausser l'examen. Cet examen nécessite le plus souvent une injection intraveineuse de produit contraste qui est le gadolinum mais il s'agit d'un produit très vite éliminé par les reins et très bien toléré (contrairement à l'iode utilisé comme contraste avec le CT scanner).
Ce produit aide à mieux visualiser la glande qui est très petite( de l'ordre du cm2) et les éventuelles excroissances de l'ordre de qq mm).
L'injection n'est vraiment pas douloureuse, c'est la même sensation que pour une simple prise de sang.

La seule chose qui peut te gêner pendant cet examen qui dure environ 20 minutes c'est si tu es claustrophobe (mais tu à une petite sonnette avec toi dans le tunnel et en cas de stress, tu peux communiquer avec le staff) et alors le niveau de bruit qui est très important et assez lancinant car le principe de l'IRM c'est l'utilisation d'un grand aimant qui vibre et fait vibrer les atomes d'hydrogène du corps de là découle l'image finale qui est analysable et interprétable.
Normalement, ils te mettent un casque comme pour écouter la musique afin d'atténuer le bruit.

C'est 100% non douloureux et non invasif.
De plus l'IRM est non irradiant contrairement au scanner qui utilise les rayons X.

Normalement, si tu es très inquiète, le radiologue peut te donner une première évaluation tout de suite après mais le plus souvent tu sauras quoi dès que ton doc aura reçu le compte rendu d'examen.

Cet examen permettra de voir si oui ou non il y a un adénome hypophysaire (prolactinome), ce qui n'est pas certain du tout et franchement me parait plutôt peu probable avec cette valeur de 40.
En cas d'adénome décelé, il peut y avoir l'option chirurgicale qui consiste à enlever l'adénome par voie transnasale (microchirurgie sans cicatrice donc) et qui résout le problème et les conséquences possibles de cette hyperprolactinémie dans un % de cas opérables.
Ou alors, il y a l'approche médicamenteuse qui permet d'inverser les effets et de faire diminuer la taille de l'adénome voire parfois le faire disparaitre.


Il existe d'autres examens possibles comme ce qu'on nomme les "épreuves dynamiques" c'est à dire des tests qui se passent à l'hosto ou au laboratoire et qui consistent à injecter des substances freinatrices ou activatrices de la production de différentes hormones dont la prolactine et de contrôler à différents temps la réaction de l'hypophyse quand on a injecté ces produits. Cela donne des infos à portseriori sur les possibles causes de cette hyperprolactinémie.
Ainsi par exemple, une majorité de prolactinomes ne répondent pas au test de stimulation par la TRH.

Normalement, c'est vraiment l'IRM qu'on prescrit d'emblée car elle est souvent amplement suffisante, permettant d'enlever le moindre doute.

Il faut en effet se dire qu'il y a d'autres causes possibles à cette élévation hormonale que les prolactinomes. Les problèmes de thyroïde (hypothyroïdie), la prise de certains médicaments, le stress et/ou l'exercice peuvent augmenter le taux circulant de cette hormone.

D'où qu'il est intéressant que tu fasses un dosage sanguin de TSH, T4 et T3 libres (= évaluation thyroïdienne) et aussi un dosage du cortisol sanguin afin d'en savoir un peu plus sur ton stress éventuel...
Ce sont là des examens que ton médecin généraliste pourrait très bien te prescrire de même que l'IRM hypophysaire quitte après, pour avoir l'avis d'un spécialiste, à ce qu'il t'envoie chez en endocrino!


En fait, il faut juste ne pas négliger ce problème car à long terme, les effets d'une hyperprolactinémie sont des effets cardio-vasculaires, une ostéoporose et un risque de stérilité ou tout du moins de moindre fertilité. Donc, fais ce ou ces tests et vois après ce qu'il en est. Tout peut très bien redevenir normal de soi-même, sans aucun traitement et sans aucun adénome, il est très important que tu gardes ça à l'esprit afin de ne pas t'affoler en vain et si jamais tu as un adénome dis-toi bien que des tas de jeunes femmes vivent avec ce genre de petite tumeur (bénignes j'insiste!!)et sont en parfaite santé!!

Donc, voilà sois sereine!
Et n'hésite pas à nous donner de tes nouvelles!
Bien à toi
Sujet vérouillé