En été, la nuit, c'est la fête ! Mais attention...

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 17 Août 2009 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 07 Juillet 2016 : 15h22
-A +A
Pour les fêtards, les vacances riment avec nuits blanches ! Danser, dormir à la belle étoile ou prendre un bain de minuit, à chacun son programme !

Une fête qui tourne mal, ça arrive. Ainsi, toutes causes confondues, il y a plus d'accidents domestiques en été, qu'en hiver et en automne ! Il n'y a pourtant aucune fatalité. Et un fêtard averti…

La nuit blanche

Seulement 15 % des Français sont de véritables oiseaux de nuit !

Veiller jusqu'à l'aube n'a donc rien d'évident pour la plupart des vacanciers. Cela ressemble même à une véritable lutte de tous les instants contre le sommeil, pour les 15 % de Français appartenant au groupe des 'lève tôt - couche tôt' !

Quel est le problème ?

Il y a un vrai risque de baisse de vigilance, en particulier autour de 3 heures du matin. Ce n'est donc pas le moment de conduire, faute de quoi, le temps de réaction double ! La fatigue est bien sûr le problème crucial, mais ce n'est pas le seul.

Ainsi, les asthmatiques doivent fuir les endroits enfumés (trop irritants), car le calibre de leurs bronches a tendance à rétrécir entre 21 heures et 5 heures du matin, ce qui les expose à une crise d'asthme.

Enfin, ceux qui ont des antécédents cardiaques ne doivent pas forcer sur la piste de danse, surtout au petit matin : vers six heures, leur tension grimpe, leur viscosité sanguine augmente et tout cela fait le lit de l'infarctus du myocarde.

La solution

  • Pour éviter d'être trop fatigué(e), prenez un peu d'avance sur votre sommeil. Si vous êtes du genre 'lève tard - couche tard', vous avez le choix entre faire la grasse matinée ou la sieste, dans la journée qui précède votre nuit blanche. Mais si vous êtes du style 'lève tôt - couche tôt', ça se complique ! Levez-vous comme d'habitude et faites une grosse sieste (la plus longue possible). Puis, exposez-vous aussitôt à une forte lumière.
  • Prenez du café car son effet stimulant est à son maximum environ 8 heures après sa prise.
  • Enfin, pour éviter que votre température corporelle ne s'abaisse trop (un facteur d'endormissement), prenez une douche bien chaude juste avant de partir danser !
  • Une fois sur la piste de danse justement, pensez à bien vous réhydrater, surtout si la nuit est encore chaude.
  • Ne buvez pas d'alcool - ou à doses homéopathiques - et évitez les mélanges car ses méfaits viennent se surajouter à ceux de la fatigue ! Si vous devez conduire, c'est zéro alcool.

Le bain de minuit

L'alcool et l'absence de surveillance sont les deux principales causes de noyade, durant la nuit.

Il est très fortement déconseillé d'aller se baigner dans une zone rocailleuse, de nuit, lorsque la mer est agitée. Question de bon sens !

Quel est le problème ?

Dès les premiers verres d'alcool, vous vous sentez capable de toutes les audaces et ce sentiment de toute-puissance pourrait bien vous pousser à trop vous éloigner de la berge. Comme vos réflexes sont ralentis sous l'effet de l'alcool, le risque de noyade est réel.

Sinon, même sans alcool, vous risquez de vous laisser surprendre par les courants marins. Et en cas de malaise, vos chances de trouver du secours sont minimes si la plage est déserte.

La solution

  • Renseignez-vous au préalable sur la marée (sens du courant) et ne vous baignez pas quand la mer remonte. Idem si la météo est mauvaise.
  • Jamais seul : allez-y à plusieurs et prévenez un tiers de votre intention afin qu'il puisse donner l'alerte au cas où.
  • Ne vous éloignez pas de la berge de plus de quelques mètres et restez là où vous avez pied, à distance respectueuse d'éventuels rochers.
  • Nagez en dessous de vos capacités, ne forcez pas.
  • Enfin, ne mettez même pas un orteil dans l'eau si vous avez bu de l'alcool !
Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 17 Août 2009 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 07 Juillet 2016 : 15h22
Source : "Vidal du voyageur", collectif.