Emploi du temps scolaire : le sommeil des enfants et des adolescents doit être respecté

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 17 Avril 2001 : 02h00
Mis à jour le Mercredi 20 Juillet 2011 : 08h31
-A +A

On parle beaucoup de l'aménagement de l'emploi du temps scolaire. Mais que connaît-on des besoins et des rythmes des enfants et des adolescents ? Un groupe d'experts de l'INSERM (l'Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale) rend publiques son analyse et ses recommandations sur cette question. Peu favorables à la semaine de 4 jours, ils préconisent d'ores et déjà de laisser les petits faire la sieste et de retarder l'entrée en classe des adolescents !

A la demande de la CANAM (Caisse nationale d'assurance maladie des professions indépendantes), l'INSERM a effectué un bilan des connaissances sur les rythmes biologiques dans le but d'appréhender les interactions entre les emplois du temps scolaires et les horloges internes propres aux enfants et aux adolescents. En effet, la question de l'aménagement éventuel du temps scolaire, de plus en plus souvent débattue, risque d'interférer sur les rythmes naturels des enfants et d'avoir des conséquences négatives tant sur leur état de santé que sur leurs apprentissages.

Les enfants : faciliter la sieste et respecter des nuits de 9 heures

Les rythmes biologiques sont essentiellement régulés par le rythme veille/sommeil. Entre la période fœtale et l'adolescence, il évolue en permanence, mais il existe également une grande variabilité à tous les âges selon les individus. On parle ainsi de petits ou de grands dormeurs, et d'enfants plutôt du matin ou du soir. Après une analyse critique de la littérature scientifique publiée récemment, les experts en arrivent à préconiser la sieste chez les petits, sans la limiter à la petite section de maternelle. Ils soulignent par ailleurs que les enfants doivent avoir leur « content de sommeil », soit des nuits de 9 heures à 10 ans, ainsi que des horaires réguliers de coucher et de lever !

Les adolescents : retarder l'entrée en classe

Chez l'adolescent les besoins de sommeil sont plus importants que chez le pré-adolescent, probablement en raison des modifications biologiques de la puberté. En fonction des caractéristiques de leur sommeil, il semble préférable de retarder l'entrée en classe : « pas de cours avant 9h ».

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 17 Avril 2001 : 02h00
Mis à jour le Mercredi 20 Juillet 2011 : 08h31
Source : Rythmes de l'enfant : de l'horloge biologique aux rythmes scolaires. INSERM, Editions INSERM, avril 2001.
A lire aussi
Le fragile sommeil des adolescents Publié le 07/09/2009 - 00h00

Les ados négligent souvent leur sommeil. Ils finissent ainsi par accumuler des dettes de sommeil qui détériorent leur forme physique et intellectuelle, et entravent leur réussite scolaire... Pourquoi et comment en arrive-t-on à une telle situation ?

A quoi sert le sommeil ? Publié le 28/10/2015 - 11h27

Le sommeil est une fonction biologique essentielle. Un sommeil à la fois suffisant et de qualité est crucial, et encore plus à l’adolescence, période de vulnérabilité propice aux désynchronisations de l’horloge interne et donc à risque de manque de sommeil chronique. Préserver son...

Troubles du sommeil : 1 Français sur 4 ! Publié le 13/03/2006 - 00h00

Mode de vie et travail exercent un impact considérable sur le sommeil : 45% des Français ne dorment pas suffisamment. Les conséquences des troubles du sommeil sont flagrantes : manque d'énergie et de dynamisme professionnel. Or 77% des personnes concernées ne sont pas traitées pour leurs...

Travail de nuit et horaires variables : quels risques ? Publié le 23/08/2005 - 00h00

Près de 20% de la population des pays industrialisés exerce une activité professionnelle postée les amenant à travailler de nuit ou à adopter des horaires de travail variables. Les troubles du sommeil constituent une première conséquence de taille.

Plus d'articles