A l'école, la vue c'est l'avenir

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 08 Septembre 2004 : 02h00
-A +A
Ecrire sur un cahier, lire un livre, sur le tableau, sur un écran d'ordinateur… la scolarité exige de grandes capacités visuelles, lesquelles font appel à des mécanismes extrêmement délicats et complexes. D'où l'importance essentielle de dépister toute anomalie de la vision.

L'Association nationale pour l'amélioration de la vue (ASNAV) s'est inspirée du célèbre slogan « au volant, la vue c'est la vue » pour lancer son message visant à sensibiliser et informer sur les conséquences d'une anomalie visuelle durant l'enfance. Toute négligence de dépistage peut perturber la scolarité et compromettre l'avenir professionnel, voire empêcher de bénéficier d'une bonne vue aussi longtemps que possible. Et selon certaines études, il existe une corrélation entre les anomalies de la vision et les difficultés d'apprentissage de la lecture.

Actuellement, il existe un contrôle des capacités visuelles en classe de grande section de maternelle par les médecins de santé scolaire. Toutefois, l'âge de 6 ans est également un moment crucial pour le dépistage d'éventuelles anomalies, afin de permettre à l'enfant d'aborder l'apprentissage de la lecture, puis de l'écriture avec des capacités optimales.

A savoir

  • Entre 6 et 14 ans, un enfant sur trois présente un ou plusieurs défauts visuels : myopie, hypermétropie, astigmatisme. De plus, un enfant peut avoir des difficultés à coordonner ses deux yeux, à les faire converger ou à poursuivre un objet en mouvement, dont les conséquences sont sérieuses : fatigabilité à la lecture, paresse d'un oeil, tendance à loucher.
  • Pour lire et écrire, quelle est la bonne distance d'éloignement du document ? Elle correspond à la longueur de l'avant-bras de l'enfant pouce tendu comme pour dire OK.
  • Pour travailler ou jouer sur un écran d'ordinateur, la distance doit être supérieure à 40 cm.
  • Pour regarder la télévision, il doit être assis à plus d'un mètre.
  • Les écrans n'abîment pas les yeux. En revanche, si votre enfant fatigue, c'est le signe de petits défauts visuels passés inaperçus.
  • De 6 à 18 ans, la Sécurité sociale rembourse une paire de lunettes par an. Les montures et les verres sont beaucoup mieux pris en charge que pour les adultes selon un tarif adapté à chaque type de correction et le régime de couverture sociale des parents.

Quelques motifs de consultations

  • Il cligne fréquemment des yeux.
  • Il fronce des sourcils.
  • Il a les yeux rouges, qui piquent ou qui pleurent.
  • Après l'école, il est fatigué, souffre de maux de tête ou de douleurs dans la nuque.
  • Il dessine, écrit ou lit le nez collé à son cahier.
  • Il perd parfois sa ligne en lisant ou la relit deux fois.
  • Il confond certaines lettres.
  • Il est sensible aux fortes luminosités.
Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 08 Septembre 2004 : 02h00
Source : Communiqué de presse de l'Association nationale pour l'amélioration de la vue (ASNAV), Rentrée 2004 : " A l'école, la vue c'est l'avenir ", juillet 204.
A lire aussi
Sachez repérer un trouble visuel chez votre enfant Publié le 02/09/2012 - 22h00

Votre enfant écrit le nez sur son cahier, il a mal à la tête, il plisse les yeux ? Et si c’était le signe d’une anomalie visuelle ? En attendant le jour de votre consultation chez l’ophtalmo, voici quelques indications qui peuvent vous mettre sur la piste : myopie, hypermétropie,...

Votre enfant voit-il bien ? Publié le 07/01/2004 - 00h00

Chaque année en France, sur les 750.000 enfants qui naissent, près de 120.000, soit un sur six, présentent un défaut visuel. Un dépistage précoce est essentiel pour une correction adaptée. A côté des visites chez le pédiatre ou l'ophtalmologiste, les parents jouent un rôle important en...

Plus d'articles