Devloo julie
Portrait de cgelitti
bonjour,

le médecin vient de me parler de dyspraxie pour mon fils de 9 ans 1/2 qui écrit super mal

auriez vous des renseignements sur ce problème ?

que dois je faire pour l'aider ?

merci

muller
Portrait de cgelitti
j'avais déjà laissé un petit mot quand je vois les témoignages des parents il est vrai que c'est la galère pour tous lorsqu'il y a un enfant dyspraxique il ne faut surtout pas découragé Ben s'améliore doucement mais surement avec des périodes où il se rend compte qu'il n'est pas tout à fait comme les autres mais surtout ne pas lâcher il faut absolument les soutenir de surcroît avec la nouvelle loi sur le handicap ils seront je le souhaite mieux soutenu
caroline.muller@free.fr
Barbara
Portrait de cgelitti
[QUOTE=Françoise] Pourriez-vous me dire si les
symptômes que présente mon petit neveu depuis qu'il a 2-
3 ans correspondent aux signes de la dyspraxie. Il est
actuellement en CE2.Il a changé de région et donc
d'école à Noël et se trouve maintenant dans une classe à
deux niveaux. C'est un enfant qui a une mémoire
d'éléphant, qui entreprend des discours très surprenants
pour son âge, je dis qu'il délire (!). Jusqu'à il y a
très peu de temps, ses dessins se résumaient à des
poteaux, des pages de poteaux ; il a dessiné un bonhomme
très tard, est toujours plus ou moins maladroit, a eu
quelques difficultés pour faire du vélo ; jusqu'à l'âge
de 4-5 ans, il avait une phobie du bruit. Il a appris à
lire relativement vite et jusqu'à l'an passé, avait une
orthographe quasiment innée. Il avait toujours du mal à
s'intégrer dans un groupe mais depuis son changement
d'école, il est carrément rejeté et dit lui-même qu'il
n'a pas de copain. Sa soeur jumelle a du mal à le
supporter. En ce moment, il est en échec scolaire car il
n'arrive pas à s'intéresser à ce qui se passe en classe
mais connait par coeur ce qui est affiché au mur (par
exemple tous les départements, leur préfecture, les
rivières dans les détails, etc...). Ce qui est embêtant
dans tout cela, c'est que son entourage proche ne veut
pas regarder les choses en face, s'interroge un peu sur
ses troubles du comportement mais ils ne mettent rien en
oeuvre pour le faire aider. C'est un gosse adorable et
je me fais du souci pour lui. Il habite loin de chez
moi. Qu'en pensez-vous ? Comment m'y prendre ? Merci
pour votre aide.[/QUOTE]
JL78180
Portrait de cgelitti
Ma fille (14ans 4e européenne, sans bénéficeir d'aucune mesure pour DYS),et moi-même étions "dyspraxiques de développement"

- DVS (troubles de saccades, de poursuite, asthénopie, troubles de convergence tonique et phasique, pseudo-scotome directionnel, neutrailisation alternée, très faible capacité de mémoire visuelle : figure de Rey très mmédiocre)
- trouble de motricité globale (dysmétrie profonde)
- trouble de motricité fine partielle (trouble de préhension : hyposensibilité tactile)

Ma fille présentait des spasmes musculaires fréquents, une dysgraphie +++++, hyper lenteur en lecture/compréhension/écriture, combinée avec avec sa dysorthographie +++++, l'échec scolaire a été pronostiqué à la fin de CM2 en 2003.

2 tests de QI ont mis en évidence

- K-ABC : une "débilité spatiale" (performance spatiale=5/19),performance séquentiele : très médiocre, performance parallèle ; un peu meilleure

- WISC III : QIP très écroulé (Code 5, Symbole 6, Mémoire : 8, Labyrinth : 8, Cube 10...) QIV>>QIP


Sa dyslexie l'a sauvée : je suis tombée sur une ophtalmo à la retraite qui m'a parlé de la Posturologie de Lisbonne pour traiter la dyslexie en été 2003 : rien à perdre (j'ai quasiment TOUT essayé, sans résultats visibles sur ma fille),j'ai décidé de tester en famille ce traitement : car mon fils (16 ans actuellement, TS Bio-Maths : élève brillant) et moi (formation ingé en Génie Mécanique) présentions les mêmes signes de dyslexie de surface que ma fille (3 vrais dyslexiques auto-compensés, avec 3 niveaux de performance très différents en compensation).

Un ophtalmo de 77 formé à cette thérapie clinique nous a diagnostiqué le SDP* à tous les 3 entre août-octobre 2003.

Le traitement de SDP de Lisbonne a commencé le 24/10/2003 (mon fils et moi),15/11/2003(ma fille) : non médicamenteux, port de lunettes à prismes, de semelles "proprioceptives", respect des consignes de "bonne posture" de Lisbonne (bonne façon de se tenir debout, assis, couché, lecture/écriture, marcher),1 exercice de relaxation musculaire et "reprogrammation mandibulaire à faire (respiration abdominale).

Nous avons eu un peu de mal à stabiliser les résultats de traitement (hypersensibles à l'effet prismatique : tant que les prismes sont bons, les résultats étaient fulgurants, dès que les lunettes se déformaient, l'effet prismatique était mauvais : rechute rapide).

Nous ne sommes plus DVS.

Ma fille n'a pas redoublé une seule classe (ce n'est toujours une foudre de guerre, elle maintient 12-13 de moyenne générale sans travailler).

Mon fils est encore plus "brillant" qu'avant (EIP à bons résultats scolaires).

Leurs troubles de comportement se sont envolés (hyper-hypo activité, TDA sévère chez ma fille, provation-agressivité verbale, puis physique chez mon fils, opposition).

Leur cortège de troubles psychologiques a disparu (phobies diverse : d'échec chez les 2; agoraphobie, photophobie, claustrophobie chez ma fille, psychose "personne ne m'aime, tout le monde me déteste" chez les 2, paranoïa chronique, ...),ainsi que leurs douleurs chroniques (cervicalgie, lombalgie chez tous, douleurs polyarticulaires aux hanches, genoux, chevilles, coudes, poignets, doigts, orteils, ... chez ma fille).

Notre mal de transport a disparu.

Les troubles respiratoire de ma fille a disparu du jour au lendemain (crises d'asthme).

Nos troubles vasculaires comuns : phénomène de Raynaud (pieds et mains mal irrigués en hiver : gelés, même par 19°c),mes troubles cardiaques inexpliqués (tachycardie chronique, arythmie aléatoire, fluctuations aléatoire de tension artérielle) ont également disparu.

Dès le début 2004, après constat des premiers résultats positifs, j'ai commencé à creuser le mécanisme de fonctionnement de ce traitement "proprioceptif-postural".

J'ai mis un peu de temps à saisir le sens "proprioception" et effet proprioceptif des prismes, des semelles, des consignes de Lisbonne, de l'exercice de Lisbonne.

En septembre 2004, j'ai extrapolé de la dyslexie de développement (100% de dyslexiques de développement sont SDP positifs, selon les critères de Lisbonne) vers la dyspraxie de développement.

J'ai réussi à convaincre plus de 50 familles de l'association de DMF (dyspraxique mais fantastique) à explorer cette piste "proprioceptive".

Tous les enfants et adultes dyspraxiques ayant consulté un ophtalmo-posturologue confirmé ont été diagnostiqués "SDP positif" : le traitement proprioceptif de Lisbonne peut alors les aider efficacement.

Toutes ces familles sont au début du traitement: la majorité ont noté de changement significatif (l'autonomie, meilleure calligraphie, meilleure tenue de cahier, meilleure capacité cognitive, meilleure performance en sport, en activité corporelle et manuelle, ...).

Avec 28 mois de recul sur ce traitement, plus de 1000 SDP en cours de traitement dans ma correspondance privée, je trouve dommage que peu de personnes osent parler de leurs résultats : car c'est considéré "trop miraculeux pour être vrai".

Il y a un week-end à Lyon, les 11-12 mars prochain (Novotel Lyon Pardieu),organisé par APRO, avec présentation de l'équipe clinique qui a développé cette thérapie très efficace pour le SDP : il y a possibilité de demander un bilan gratuit, il suffit de vous y inscrire (cf. infos au lien suivant : http://dyspraxie.org/forums/viewtopic.php?t=59 ) auprès du président de l'APRO (Jean-Luc SAFIN).

Ce traitement n'est pas entièrement remboursé : j'ai payé de ma poche un peu moins de 300?/personne sur 28 mois de traitement.

Espérant que cette piste permet aux autres familles dyslexiques et dyspraxiques d'améliorer leur quotidien.


PS : SDP =

- "syndrome de déficience posturale", selon feu Dr. Henrique Martins da Cunha, père fondateur de l'école de posturologie de Lisbonne, 1979;

- "syndrome de dysfonctionnement perceptif", selon Dr. Patrick Quercia, ophtalmo de Beaune, 2004 (initiateur de protocole universitaire de Dijon, ayant re-démontré la conclusion de Lisbonne :"100% de dyslexiques de développement=SDP" et validation de traitement de Lisbonne sur dyslexiques avec groupe placebo).

Site de patients SDP : http://posturo.free.fr avec forum d'échange.
Florence LE GOFF
Portrait de cgelitti
J'ai également un fils de 10 ans dyspraxique,scolarisé actuellement en CM2.
C'est un lourd parcours du combattant qui vous attend.
prenez contact avec le médecin scolaire du secteur pour l'en informer et mettre en place un PAI : plan d'accueil Individualisé. Informez-en également l'enseignant.
Je vous joins une adresse de site sur lequel j'ai trouvé plein d'informations concernant la dyspraxie.

http://www.dyspraxie.info/
Josée
Portrait de cgelitti
Mon fils de 29 ans est dyspraxique. Il a été diagnostiqué à l'âge de 13 ans mais à l'époque la maladie était peu connue au Québec. Malgré une intelligence testé supérieure, sa scolarisation a été difficile depuis le début. Le primaire et le secondaire s'est assez bien passé mais accompagné de beaucoup d'incompréhensions de la part des écoles et de ses pairs. Le fait d'être dans de très petites écoles ou il était très encadré l'a beaucoup aidé. Mais dès qu'il est entré au collège, rien n'a plus été possible et il a dû abandonner sa scolarité. Nous n'avons jamais reçu l'aide médicale appropriée la maladie n'étant pas très connue, nous ne pouvions pas recevoir d'aide dans le public (ou nous n'avons pas été bien dirigés) et nous n'avions pas les ressources financières pour consulter dans le privé. Benoit à maintenant 29 ans et il ne se débrouille toujours pas très bien dans la vie malgré son intelligence. Bonne chance à toutes. Si vous avez l'énergie pour pousser le système assez fort et obtenir de la recherche et de l'aide pour vos enfants ce serait certainement bénéfiques pour plusieurs autres.
Daniele
Portrait de cgelitti
[QUOTE=JL78180] Ma fille (14ans 4e européenne, sans bénéficeir d'aucune mesure pour DYS),et moi-même étions "dyspraxiques de développement"

- DVS (troubles de saccades, de poursuite, asthénopie, troubles de convergence tonique et phasique, pseudo-scotome directionnel, neutrailisation alternée, très faible capacité de mémoire visuelle : figure de Rey très mmédiocre)
- trouble de motricité globale (dysmétrie profonde)
- trouble de motricité fine partielle (trouble de préhension : hyposensibilité tactile)

Ma fille présentait des spasmes musculaires fréquents, une dysgraphie +++++, hyper lenteur en lecture/compréhension/écriture, combinée avec avec sa dysorthographie +++++, l'échec scolaire a été pronostiqué à la fin de CM2 en 2003.

2 tests de QI ont mis en évidence

- K-ABC : une "débilité spatiale" (performance spatiale=5/19),performance séquentiele : très médiocre, performance parallèle ; un peu meilleure

- WISC III : QIP très écroulé (Code 5, Symbole 6, Mémoire : 8, Labyrinth : 8, Cube 10...) QIV>>QIP


Sa dyslexie l'a sauvée : je suis tombée sur une ophtalmo à la retraite qui m'a parlé de la Posturologie de Lisbonne pour traiter la dyslexie en été 2003 : rien à perdre (j'ai quasiment TOUT essayé, sans résultats visibles sur ma fille),j'ai décidé de tester en famille ce traitement : car mon fils (16 ans actuellement, TS Bio-Maths : élève brillant) et moi (formation ingé en Génie Mécanique) présentions les mêmes signes de dyslexie de surface que ma fille (3 vrais dyslexiques auto-compensés, avec 3 niveaux de performance très différents en compensation).

Un ophtalmo de 77 formé à cette thérapie clinique nous a diagnostiqué le SDP* à tous les 3 entre août-octobre 2003.

Le traitement de SDP de Lisbonne a commencé le 24/10/2003 (mon fils et moi),15/11/2003(ma fille) : non médicamenteux, port de lunettes à prismes, de semelles "proprioceptives", respect des consignes de "bonne posture" de Lisbonne (bonne façon de se tenir debout, assis, couché, lecture/écriture, marcher),1 exercice de relaxation musculaire et "reprogrammation mandibulaire à faire (respiration abdominale).

Nous avons eu un peu de mal à stabiliser les résultats de traitement (hypersensibles à l'effet prismatique : tant que les prismes sont bons, les résultats étaient fulgurants, dès que les lunettes se déformaient, l'effet prismatique était mauvais : rechute rapide).

Nous ne sommes plus DVS.

Ma fille n'a pas redoublé une seule classe (ce n'est toujours une foudre de guerre, elle maintient 12-13 de moyenne générale sans travailler).

Mon fils est encore plus "brillant" qu'avant (EIP à bons résultats scolaires).

Leurs troubles de comportement se sont envolés (hyper-hypo activité, TDA sévère chez ma fille, provation-agressivité verbale, puis physique chez mon fils, opposition).

Leur cortège de troubles psychologiques a disparu (phobies diverse : d'échec chez les 2; agoraphobie, photophobie, claustrophobie chez ma fille, psychose "personne ne m'aime, tout le monde me déteste" chez les 2, paranoïa chronique, ...),ainsi que leurs douleurs chroniques (cervicalgie, lombalgie chez tous, douleurs polyarticulaires aux hanches, genoux, chevilles, coudes, poignets, doigts, orteils, ... chez ma fille).

Notre mal de transport a disparu.

Les troubles respiratoire de ma fille a disparu du jour au lendemain (crises d'asthme).

Nos troubles vasculaires comuns : phénomène de Raynaud (pieds et mains mal irrigués en hiver : gelés, même par 19°c),mes troubles cardiaques inexpliqués (tachycardie chronique, arythmie aléatoire, fluctuations aléatoire de tension artérielle) ont également disparu.

Dès le début 2004, après constat des premiers résultats positifs, j'ai commencé à creuser le mécanisme de fonctionnement de ce traitement "proprioceptif-postural".

J'ai mis un peu de temps à saisir le sens "proprioception" et effet proprioceptif des prismes, des semelles, des consignes de Lisbonne, de l'exercice de Lisbonne.

En septembre 2004, j'ai extrapolé de la dyslexie de développement (100% de dyslexiques de développement sont SDP positifs, selon les critères de Lisbonne) vers la dyspraxie de développement.

J'ai réussi à convaincre plus de 50 familles de l'association de DMF (dyspraxique mais fantastique) à explorer cette piste "proprioceptive".

Tous les enfants et adultes dyspraxiques ayant consulté un ophtalmo-posturologue confirmé ont été diagnostiqués "SDP positif" : le traitement proprioceptif de Lisbonne peut alors les aider efficacement.

Toutes ces familles sont au début du traitement: la majorité ont noté de changement significatif (l'autonomie, meilleure calligraphie, meilleure tenue de cahier, meilleure capacité cognitive, meilleure performance en sport, en activité corporelle et manuelle, ...).

Avec 28 mois de recul sur ce traitement, plus de 1000 SDP en cours de traitement dans ma correspondance privée, je trouve dommage que peu de personnes osent parler de leurs résultats : car c'est considéré "trop miraculeux pour être vrai".

Il y a un week-end à Lyon, les 11-12 mars prochain (Novotel Lyon Pardieu),organisé par APRO, avec présentation de l'équipe clinique qui a développé cette thérapie très efficace pour le SDP : il y a possibilité de demander un bilan gratuit, il suffit de vous y inscrire (cf. infos au lien suivant : http://dyspraxie.org/forums/viewtopic.php?t=59 ) auprès du président de l'APRO (Jean-Luc SAFIN).

Ce traitement n'est pas entièrement remboursé : j'ai payé de ma poche un peu moins de 300?/personne sur 28 mois de traitement.

Espérant que cette piste permet aux autres familles dyslexiques et dyspraxiques d'améliorer leur quotidien.


PS : SDP =

- "syndrome de déficience posturale", selon feu Dr. Henrique Martins da Cunha, père fondateur de l'école de posturologie de Lisbonne, 1979;

- "syndrome de dysfonctionnement perceptif", selon Dr. Patrick Quercia, ophtalmo de Beaune, 2004 (initiateur de protocole universitaire de Dijon, ayant re-démontré la conclusion de Lisbonne :"100% de dyslexiques de développement=SDP" et validation de traitement de Lisbonne sur dyslexiques avec groupe placebo).

Site de patients SDP : http://posturo.free.fr avec forum d'échange.
[/QUOTE]
fatima
Portrait de cgelitti
bonjour,

Votre message m'a touché....mon fils Killian est un enfant très calme en classe, n'a pas de copains et préfére les enfants plus grand en âge et il s'interesse à la préhistoire, l'histoire de l'égypte, les incas, les mayas la gaulle romaines, l'astronomie et la géographie depuis l'âge de 4 ans....actuellement il a 8 ans et n'arrive toujours pas à s'impliquer en classe en travail de groupe, mais ses notes restent bonnes seul l'écriture reste parfois difficile....en dehors des cours je l'emméne souvent aux musées et même cette année il a eu droit au Chateau de Versailles (puisqu'il le réclamer...et dans les mois à venir ça sera vaux le vicomte etc...) et actuellement il s'interresse à Napoléon. Je n'ai pas encore passé les tests car cela me fait trop peur...mais sinon j'essaie de l'occuper de mon mieux et parfois il faut avoir beaucoup d'énergie. Mais à la fois c'est tellement merveilleux d'avoir un enfant qui s'intéresse à pleins de choses.
Par contre, il se comporte souvent comme un petit adulte, mais parfois il se comporte difficilement en faisant le pitre uniquement à la maison, et souvent il me dit qu'il ne veut pas grandir...car la mort lui fait peur. Vous verrez ce sont souvent des enfants très sensibles...et deteste souvent l'indifférence et l'injustice.
bon courage...
vous pouvez m'écrire : email : fatimaouahbi@yahoo.fr
NATHALIE 67
Portrait de cgelitti
JE VIENS DE LIR VOS MAIL jE SUIS ASSISTANTE MATERNELLE ET GARDE 1 PETITE FILLE QUI VAS SUR SES 4 ANS .EN LISSANT LES FORMES DE DYSPRAXIS JE RETROUVE LE COMPORTEMENT DE CETTE PETIT FILLE MAIS LA MAMAN NE REçOIS AUCUNE AIDE ET INFORMATION PAR RAPORT AU PROBLEME DE çA FILLE JE VOUDRAI L' AIDé ET L'ENVOYé VERS DES PERSONNE QUI POURRAI L AID2 A COMPRENDRE ,ELLE ET DEJA ALLé CHEZ 1 NEUROLOGUE ELLE FAIT PSHYCHOMOTRISITé,ET ELLE A PLEIN DE QUESTION SANS REPONSE (EXP,SUR LA PROPRETé,SUR LE FAITE QU'ELLE MET PLUs DE TROIS QUART d'heure pour mangé,et comme la petit ne   parle pas correctement d'ici 1 ans il vont lui possé un apareil et la maman et trés inquiete ,et inquiete aussi par raport a l avenir de ça fille surtout niveau scolaire )je remerci les parent qui voudron bien me repondre nathalie     
iza
Portrait de cgelitti
[QUOTE=Robert TROUDE] Ma fille est également atteinte de dyspraxie
(trouble occulo spatial). Elle suit des séances de psychomotricité,
d'ergothérapie, d'orthophonie, d'orthoptie. Elle est agée de 8 ans et on
vient de nous apprendre qu'il existe des possibilités d'améliorer sa
situation par un "acte chirurgical". Est-ce une solution pour une meilleure
vision? Pourl'instant,je n'arrive pas à trouver beaucoup d'éléments sur ce
sujet. Si quelqu'un peut apporter des expériences vécues...[/QUOTE]
vlh10
Portrait de cgelitti
je suis dysortographique dyspraxique visio constructive dysphasique et dyslexique pas d oeuil directeur et pas non plus de conception droite gauche j ai 27 ans j ai eu mon bac s spé maths à 26 ans et les seules choses qui m 'ont sauvé ce ne sont pas les medecins !!!!!!! ( je suis trops vielle pour eux , demander au <"nom du médecin supprimé par le modérateur"> à Marseille ce qu'il en pense !!!!) c'est les maths et le dessin dans le btp . je vis une vie normale j ai des amis pas de boulots certes mais ca à mon avis c'est plutot du à l absence de permis b ( que je suis en train de passer d ailleurs ). Regardez je ne fais pas 200 fautes par ligne j 'ai une jolie écriture bref JE VIS UNE VIE NORMAL CERTES JE SUIS NUL EN VOLLEY EN ANGLAIS ET J'EN PASSE DES MEILLEURS MAIS BON QU'EST CE QUE JE M'EN FOUS .Et puis d'ailleurs on peut pas etre bons partout.
Pourtant au yeux des medecins et d ailleurs de la plupart des gens qui ne connnaisse pas ce que c'est, je suis malade handicapée et je dois prendre des medicaments MDR et le fait d etre noir c'est une maladie !!!!! C'EST UN ETAT C'est comme etre gaucher ou ambidextre ou avoir les yeux bleus ou la peau blanche ( prenez le comme ca vos enfants ont la peau si blanche qui carbonise au soleil mais bon c'est pas une maladie faut juste mettre un écran total ).
Utilisez les passions d vos enfants comme un moteur pour les faire avancer .
Le secret beaucoup de sport réviser ces cours 4 fois plus que la normale dormir ( c'est pendant le sommeil que le cerveau se construit) et l amitié avec les animaux ( ils ont un tres bon contact avec eux les comprenne les juges pas les écoute ( memes si vous ca belle lurette que vous avez laché l affair en la matière parceque vous y comprennez que couic à ce qu'ils disent.
Bref donnez leur du temps de l'amour et beaucoup de compréhension n'écoutez pas les psys qui vous disent que vos enfants sont des autistes ou attardé ou meme perturbé ( ce qu'il le perturbe c'est de se faire traité de malade toute la sainte journée ).
Je vous le dits ce qui faits le plus de mal à vos enfants c'est l'incomprehension ( j'en ai marre de voir des yeux eberlué ou inquiets ou meme de la pitié dans leurs yeux j ai l'impression qu on retourne 200 ans en arrière au temps ou on croyait qu'etre gauché ou roux c'est l'oeuvre du diable )
Si je vous écrit ce message à vous parents c'est pour vous éviter la souffrance de ma mère ( son inquietude sa tristesse face à tout ça )
Ah oui une derniere chause au regard des neurologue je suis un cas bizar tordu et meme rare tss connerie apprenez ceci on est ous un peu bizar parceque le cerveau c'est pas une machine il n y a pas qu un seule modele de pensée ( leur regard perdu dans leur bouquins leur connaissance forcement me laisse songeuse ) lol et une idée pratique contre 50 euros la consultation pour améliorer le quotidiens et rien j ai toujours des crampes ( la spasmine y a pas mieux ) les crises d excema au crane ( le henné ça marche d'enfer ) . Ce qui permetttra à vos enfants de vivre à vos enfants c'est vous c'est votre amour inconditionnelle de parents .
Conclusion : courage .
PS : si vous me croyez pas je me ferais un plaisir de vous envoyer par mails les differents rapports de neurologue psychologue psychomotricien    
du CMP de TOULON.      vlh10@hotmail.com                                                      

Pages

Sujet vérouillé