Dysmorphophobie : quand la laideur, c'est dans la tête !

Publié par Hélène Joubert, journaliste scientifique le Jeudi 03 Décembre 2015 : 14h57
Mis à jour le Lundi 07 Décembre 2015 : 15h58
-A +A

La dysmorphophobie, c’est l’impression d’avoir un corps laid ou hors-normes, et, dans le contexte des troubles alimentaires, un corps qui est, dans l’immense majorité des cas, perçu comme trop gros, au risque de tomber dans l’anorexie-boulimie. C’est pourtant juste une impression : sur la balance, quasi 100% de ces personnes -des femmes pour la plupart- sont dans les normes pondérales, ni en surpoids ni obèses... Comment retrouver un sentiment esthétique de l'image de soi enfin réaliste ?

Dysmorphophobie : le risque de l'anorexie-boulimie

Entre 1 et 2% des adolescentes et des jeunes femmes souffriraient de dysmorphophobie.

Cette peur d'une dysmorphie corporelle est médicalement identifiée (1). Elle représente une catégorie de personnes qui souffrent d'un trouble de l'apparence allant du doute obsessionnel à la certitude obsédante d'une disgrâce alléguée. Elle peut être, dans les formes les plus graves, associée à une phobie sociale avec un évitement du regard d'autrui voire un vécu dépressif.

La dysmorphophobie est notamment un symptôme de troubles alimentaires, d’autres dysmorphophobies obsessionnelles se focalisant sur d'autres parties du corps. Elle peut générer de légers troubles anxieux jusqu’à une psychose, une anorexie-boulimie et une addiction à la chirurgie esthétique. La dimension dysmorphophobique est moins présente chez les hommes : seuls 10% des personnes qui souffrent de troubles alimentaires sont des hommes.

Jean Michel Huet, psychanalyste et sexologue, spécialiste des troubles alimentaires (Paris) : « Il arrive parfois qu’au tout début de l’apparition de troubles alimentaires, les jeunes filles aient effectivement un ou deux kilos en trop. Mais après avoir maigri de 10 kg, elles s’estimeront toujours trop grosses ! On peut dire que presque toutes les femmes sont légèrement dysmorphophobiques. La faute principalement à l’image de la femme "parfaite" dans les médias! Beaucoup de femmes dysmorphophobiques s’inquiètent par exemple que leur ventre se plisse lorsqu’elles se penchent en avant. Que les femmes dans les magazines soient "Photoshopées" n’est pas un argument qui peut les raisonner ».

Suis-je dysmorphophobique ?

L’anorexie, la boulimie et éventuellement une orthorexie (pratiques alimentaires extrêmes caractérisées par l’ingestion d’une nourriture saine et le rejet systématique des aliments perçus comme malsains) sont les troubles du comportement alimentaire témoignant d’une dysmorphophobie. Mais la recherche de la perfection peut –sans aller jusqu’à ces extrémités- engendrer une souffrance, plus ou moins grande. Il s’agit d’un problème psychologique par excès quantitatif (se sentir en surpoids) et non pas qualitatif (la forme du corps).

Jean Michel Huet : « Les profils de femmes qui consultent pour dysmorphophobie sont variés ; Cela peut aller de l’adolescente de 15-16 ans poussée par sa famille du fait d’une perte de poids préoccupante, à la jeune femme vers la vingtaine parfois hospitalisée pour anorexie-boulimie qui, en dépit d’une reprise pondérale, vit avec des angoisses esthétiques fortes. Y compris les femmes plus âgées qui souffrent de ne pas avoir le corps de leur rêve comparativement à celui de leurs amies... Notre société a brouillé les cartes : on ne sait plus ce qu’est un corps humain normal, et le niveau d’études n’a rien avoir dans l’affaire ».

Les indices qui orientent vers un diagnostic de dysmorphophobie sont :

  • Une préoccupation quasi permanente de l’apparence physique. Peu importe la taille ou le poids objectifs, la personne n’est jamais assez mince. Un défaut physique (nez, dimensions du sexe pour les hommes) peut aussi générer une obsession démesurée.
  • Le fait que cette préoccupation entraîne une souffrance psychologique plus ou moins importante avec une altération de la vie sociale, professionnelle ou familiale.
  • Un trouble distinct d’autres troubles mentaux dont l’anorexie mentale (avec ses représentations délirantes du corps voire la négation de l’existence de certains organes).
Publié par Hélène Joubert, journaliste scientifique le Jeudi 03 Décembre 2015 : 14h57
Mis à jour le Lundi 07 Décembre 2015 : 15h58
Source : (1) Diagnostic and statistical manual of mental disorders (DSM V) et dixième classification internationale des troubles mentaux (CIM 10)
D’après un entretien avec Jean Michel Huet, psychologue, psychanalyste et sexologue, spécialiste des troubles alimentaires (Paris), correspondant de divers services hospitaliers spécialisés en Nutrition.
A lire aussi
Anorexie de l'adolescente : comment la déceler ? Publié le 15/03/2012 - 17h49

Votre fille fait très attention à ce qu'elle mange et cela vous inquiète ? Rassurez-vous, un régime n'est pas en soi le signe d'une anorexie. En revanche, son association avec d'autres signaux doit vous alerter.

Les TOC peuvent annoncer l'anorexie ou la boulimie Publié le 06/05/2002 - 00h00

Les personnes anorexiques ou boulimiques sont fréquemment atteintes de TOC, ou troubles obsessionnels compulsifs. Ces troubles caractérisés par la répétition immuable d'un grand nombre de rites touchent plus particulièrement les anorexiques purgatifs, c'est-à-dire celles qui sont enclines à...

La boulimie : une maladie insidieuse Publié le 07/01/2002 - 00h00

La boulimie est caractérisée par l'ingestion compulsive de grandes quantités de nourriture (souvent en cachette), généralement suivie de régurgitations provoquées. Elle apparaît vers 17-20 ans et peut durer de longues années. 2 % de la population féminine générale et 4 à 8 % de la...

Plus d'articles