cauchemarcrural
Portrait de cgelitti
que penser des "médecines douces" (homeopahie, acupuncture et autre mesothérapie?

je viens de consulter un centre antidouleur (les miennes sont depuis 14 ans difficiles à supporter, et depuis quelques mois insupportables, au point d'en faire une depression) et le médecin anesthésiste qui m'a reçu m'a prescrit un deuxième antidépresseur eet invite à subir de l'acupuncture de de la faciathérapie(?)

Quelqu'un a-t-il eu recours à ces méthodes? quel effet?

Merci

marie-christine
Portrait de cgelitti
la mésothérapie ne fait pas partie des médecines douces
l'acupuncture peut aider mais il faut connaître un bon médecin ce qui n'ait pas tjrs le cas
l'homéopathie est encore la plus adaptée en traitement de fond et même en période de crise elle peut aider avec un antalgique allopathique
c'est un plus
Moi je suis dans le même cas que vous depuis des années et j'ai essayé jusqu'aux guérisseurs
Les centres anti-douleurs ne sont pas tous égaux en qualité
nous en province les résultats sont médiocres on tourne un peu en rond
bon courage
vous pouvez me contacter si vous le désirez
annastasia70
Portrait de cgelitti
Etant sous anti-douleurs depuis plusieurs années, et, suite à une grave dépression il y a quelques années du à une mauvaise prise en charge de ma douleur.
Mon médecin spécialiste de la douleur ma mise sous traitement avec des médicaments qui sont normalement pour les épileptiques (la douleur était nettement plus supportable qu'avant).
Après il m'a fait une péridural cervicale sous Altim, et, la "miracle", j'arrive maintenant depuis deux ans à vivre presque normalement ( déjà pouvoir tourner la tête, et, lever le bras.
Ce qu'il faut surtout c'est avoir un super médecin anti-douleur, et, à l'écoute.
Bon courage à toi.
La route est longue dans le combat contre la douleur.
Véro.
cauchemarcrural
Portrait de cgelitti

Il y a quelques années, pendant une crise aigue de cruralgie extremement douleureuse qui a duré plus de 3 mois, une rheumatologue m'a précrit un médicament normalement utilisé pour les épileptiques, mais prescrit comme antalgique par les rheumatos. Alors qu'à ce moment-là, cela faisait déjà quelque temps que je me reveillais tous les matins à 4 h (à cause de la douleur) dans le noir total , et quittais ma chambre tout de suite pour aller aux toilettes, avec ce médicament qui traite l'épilepsie, mais censé soigner ma douleur, pour la première fois depuis 2 mois, je n'ai pas réussi à trouver la porte de ma chambre pour sortir! Ma désorientation était telle que -quand mon mari, reveillé par mes mouvements frénétiques, a allumé la lampe de chevet- je me trouvais à l'autre bout de la piece, bien loin de la porte que normalement je trouvais dans le noir sans difficulté, et à côté de laquelle je me croyais. Je n'ai plus jamais pris ce médicament et cette décision m'a valu le courroux de la rheumato qui voyait en moi une malade difficile, voire contestataire, dont la mauvaise attitude & la résistance à son savoir-faire s'opposaient à ses objectifs thérapeutiques. Il s'est avéré par la suite que ce medecin était incompétant, car elle n'a même pas remarqué que l'IRM qu'elle m'avait ordonnée manquait une partie du rachis lombaire, essentiel pour faire un diagnostique exact! C'est le 2ième rheumato que j'ai consulté qui m'a dit que cette IRM ne valait rien et je devais en faire faire une autre!

Sujet vérouillé