Un don de 213 jours de RTT pour s’occuper de son enfant malade

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 29 Décembre 2015 : 12h01
Mis à jour le Mardi 29 Décembre 2015 : 12h01

A Evron (Mayenne), une femme de 44 ans a bénéficié d’un formidable élan de solidarité. Ses collègues lui ont offert un total de 213 jours de RTT, soit l’équivalent de 10 mois de congé pour s’occuper de son enfant malade, atteint d’une tumeur au cerveau.

La « loi Mathys » rend possible une telle générosité

Ce type de générosité n’est possible que depuis mai 2014, grâce à une loi permettant aux salariés d’une entreprise de faire don de leurs de RTT à un collègue ayant la charge d’un enfant atteint d’une maladie, d’un handicap ou victime d’un accident rendant indispensable une présence soutenue. Cette « loi Mathys » porte le nom d’un enfant malade d’un cancer, dont le père avait bénéficié, alors illégalement, de jours de RTT offerts par ces collègues. Depuis, ce type de geste solidaire s’est multiplié.

PUB

Présence maternelle auprès d’un enfant malade

Dans le cas de Sandrine, veuve et mère de trois enfants, cet acte de solidarité lui permet de sortir d’une situation difficile : rester présente auprès de son enfant malade durant tout son traitement de chimiothérapie sans perte de salaire. Le 5 août, lorsqu’elle reprendra son travail à la fonderie auprès de ses collègues d'Howmet Ciral, son fils sera sans doute guéri.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 29 Décembre 2015 : 12h01
Mis à jour le Mardi 29 Décembre 2015 : 12h01
Source : BFMTV, 28 décembre 2015.
A lire aussi
Grossesse : le congé de paternitéPublié le 14/06/2010 - 00h00

Alors que le congé de maternité est classiquement de 16 semaines, dont 10 semaines après l'accouchement, le père, lui aussi, bénéficie d'un congé de paternité. Certes de courte durée, puisqu'il n'est que de 11 jours consécutifs, il peut cependant se cumuler avec le congé de naissance qui...

Faire face à la maladie d'AlzheimerPublié le 15/09/2004 - 00h00

Il cherche constamment son gillet, il grignote plutôt qu'il ne mange, il lui arrive de ne plus remettre une voisine ? Bien sûr on préfère en rire, on évoque son « grand âge », on accuse « la vieillerie ». Finalement on trouve ça presque normal... Mais au fond, on sait bien que ce n'est...

Plus d'articles