kd
Portrait de cgelitti
Bonjour a tous.

Je suis tombé sur le forum un peu par hasard. Durant mes coups de blues il m'arrive d'avoir envie de me livrer, de déballer ma vie, parait il que la "confession" a des vertues salvatrice. Bref peut etre en saurais-je plus a ce sujet a la fin.

Je m'en vais donc vous raconter un peu ma vie oscillant entre tentation et conneries.

J'ai tout d'abord commencé a fumer jeune, joints et clopes vers mes 13ans. tres peu sur de moi a l'époque, enfant mal dans ma peau j'y ai vu, comme beaucoup je pense, un moyen d'intégration. Le coté "cool" de la chose, la décontraction et l'aspect social des premier joint a été un déclique.

Très vite et toujours en bande, l'alcool a innondé nos soirées. Le but etait l'ivresse, une soirée réussi était une soirée ou l'on finissait minable. Ce rythme a tenu plusieurs années entre college et lycée m'offrant une deuxieme 2° au passage.

A cet époque bien que n'en foutant pas une en cours ni chez moi seul l'attention et un peu de reflexion me permettait de maintenir des notes autour de la moyenne.

Vers mes 17ans est arrivé un nouveau phénomene dans ma vie, les teufs.

Rave et technival occupaient tout nos weeke end, et avec ca l'ecsta, la méta la coke et a peu pres tout ce qui est consommable a l'heure actuel. J'ai une majoritée de bon souvenir de cette époque, beaucoup d'insouciance beaucoup de délire et leur évocation me rend souvent nostalgique.

Puis vint ma premiere prise d'héroine. Plus puissant que tout cette premiere experience reste malheureusement ll'un de mes meilleur souvenir.

Les teufs ne furent plus qu'une excuse au produit, puis tres vite avec des plans régulier et un peu d'organisation mes moyens de m'en procurer se faciliterent... bien trop.

S'ensuit 3 ans de fortes dépendance, études arretées, boulot merdique je bosse pour me droguer et je me drogue pour continuer a bosser. Peu de sommeil état semi réel permanent, panique et crise, stress de livraison en retard.

Notre groupe si soudé a éclater ntre arnaque et galere d'argent. Deux nous ont quitté la meme année. Les enterrements ne sont qu'un défilé de jeunes arrachés, hypocrite.

J'ai pris peur, réelement pour la premiere fois. Retour de conscience, reflexe de survie je ne sais pas.

Réaction impulsive, j'ai quitté ma vie, mon environnement. J'ai tout plaq=ué du jour au lendemain, j'ai fait 600 bornes m'installer chez une amie. Je me suis sevré sans traitement, cloitré et surveillé pendant quelques temps. Grosse connerie, aujourd'hui je ne prend plus d'héro. J'y pense tout les jours, meme si je n'ai plus de manque physique tout me parait fade; moin interressant.

Je m'ennuie vite; trop vite.

A chaque retour dans ma ville natal je rechute, 3/4 grammes pour quelque jours. J'en rentre dans un état lamentable aggravé a coup de sub pour assurer le travail.

Depuis peu je n'ai plus de travail. J'ai repris les joints. cette situation me panique et bien que conscient de cela je n'arrive pas a changer cet état, remplacant une dependance par une autre depuis des années.

Je lutte, je gere ca tant bien que mal mais j'espere toujours pour demain, j'aimerais me lever un jour sans me dire que cette journée passerait mieux avec une trace au levé.

On a beau etre prévenu des dangers de la drogue ...

j'aimerais croire qu'il ne s'agit que de volonté

milie
Portrait de cgelitti
Bonjour MRGREEN,
ton témoignage me rappelle un peu près mon histoire...
J'ai commencé exactement pareil, joints alcool puis rave avec tous ce qui
y appartient (mais pas d'héro à ce temps là, c'était mon seul frein!!)...
ensuites vers 21 ans j'ai arreter tous, à part les joints et de temps en
temps une petite cuite, jusqu'à mes 27 ans ou j'ai rencontré un mec qui,
malheureusement était en 'traitement' méthadone, enfin quand il ne
consommait pas de l'héro et moi 'naïve' et ne connaisant pas ce milieu j'ai
cru qu'avec tout mon amour (pfff) j'arriverai à l'en sortir. Je consommais
de temps en temps un peu de coke, on se faisait des soirée relax quoi...
et puis 2 ans plus tard mon papa est tombé gravement malade, vu que
mes parents sont séparés c'est moi qui me suis occupé de lui, je n'ai pas
tenu le coup, j'ai testé pour la première fois l'héro... mais pendant 2 ans
je consommais occasionnellement le Week-End de temps en temps et
puis mon papa est décédé et je n'en avait plus rien à foutre je me suis
laissé glissé dans la dépendance...consciement...
Après 6 mois, déjà, je n'en pouvais plus, mauvaise conscience envers tout
le monde et surtout envers moi-même! Comment j'ai pu être aussi
conne!!! Faut dire qu'entre temps je n'etait suis plus avec ce mec, j'ai un
nouveau compagnons depuis 2 ans, mais je voyais mon ex régulièrement
pour acheter et passé des soirée avec lui, tout en mentant sur ma
consommation à mon ami!
Début de cette année, j'ai arrêter tout, plus rien, ni alcool ni joint et
principalement plus de coke et d'HERO! Je suis un traitement au subu, j'ai
déjà descendu à 0,6mg et si tout va bien je suis 'clean' à la fin du mois...
Tous ca pour te dire que j'y pense très souvent, pas forcément à une
substance en particulier, mais simplement au fait d'être dans un état
second... c'est dûr et c'est pas encore fini, je penses que j'en aurais
toujours envie, mais j'espère tenir le coup!! Pour moi le subu est un frein
, en ce moment, mais qu'en j'en prendrai plus, il faudra que je pense dans
quelle état j'étais en prenant toute cette merde, ce sera un combat
éternelle...
C'est le prix à payer après avoir vécu dans l'excés...
Ne perd pas espoir, chaque petit pas est un pas vers une vie meilleur.
Bienvenu sur ce site et j'espère avoir de tes nouvelles
Max
Portrait de cgelitti
Salut,
Le parcours, est souvent similaire, avec des divergences suivant son age et le milieu coyoyé, et le point commun quand on à 2 sous de bon sens, est d'arrêter un jour et la cela deviens problématique, et encore plus quand on c'est désociabilisé, pas de boulot etc..., donc la 1ère chose à faire, remettre le plus d'ordre possible dans sa vie, et diminuer sa consomme, du boulot en perspective, mais pas le choix. A+
kd
Portrait de cgelitti
salut moi mon parcoiurs est plus court jai des problemes avec le speed depuis 5 ans j essaye d arreter mais j ai de la difficulter je suis en arrat de travail pour depression plutot trouble bipolaire et je trouve ca dure je me demande si ca va etre faisable darreter de geler mes émotions
Sujet vérouillé